voyager avec un enfant

Pourquoi voyager avec un enfant ?

Je sais, cette question peut paraitre bête – pourtant on me la pose souvent. On a embarqué Philéas pour premier grand voyage à 13 mois – c’était d’ailleurs notre premier échange de maison en 2001. A peine sortie de la maternité, j’ai filé faire le passeport de Virgile. On l’a emmené en Corse à 1 mois, puis à 2 mois 1/2 pour un long échange de maison à Sydney en 2011.

De toute façon, il ne s’en souviendra pas !

Quand mes garçons étaient petits, on me demandait invariablement  » Mais pourquoi voyager avec un enfant si jeune ? De toute façon il ne s’en souviendra même pas ! « . Et quand on est partis à Montréal cet été, j’ai reçu des centaines de messages me demandant si c’était bien sérieux de faire rater sa rentrée à Virgile pour partir en voyage en famille.

Alors voilà ce que je répondrais à ces deux questions-là :

pourquoi voyager avec un enfant ?

 

 

 

Pourquoi voyager avec un enfant ? Déjà pour passer du temps ensemble

Voyager avec un enfant , c’est déjà passer du temps ensemble, loin des contraintes quotidiennes . Je sais, ça peut paraître évident dit comme ça mais je le répète quand même ; dans un contexte différent, on a l’esprit plus libre pour être pleinement disponible , à l’écoute – du monde et de nos proches ( ce qui revient souvent au même ).

J’apprécie ces moments privilégiés pour prendre du recul , me recentrer sur ce qu’on vit et savourer l’instant présent.

voyager avec un enfant

Déconnecter , loin des contraintes quotidiennes

Parce qu’être parent, c’est aussi jongler tous les jours entre travail et vie de famille. Parfois, j’ai l’impression de courir et de passer mon temps à gérer des contraintes sans vraiment être disponible pour mes enfants. Certes, repas et devoirs sont faits, maison et linge sont propres et on arrive même à caser quelques activités. Mais on manque trop souvent de temps pour se retrouver ensemble sans rien faire de particulier.

En voyage, libérés de ces contraintes, c’est tellement plus simple de lâcher prise pour profiter pleinement de nos moments en famille. Même si voyager comporte son lot de contraintes aussi hein, surtout avec des enfants ( et puis évidemment, je suis bien plus motivée et lâche plus facilement du lest ailleurs que chez moi ).

conseils pour voyager en famille

Découvrir ensemble

En voyage, tous nos sens sont éveil; même les actes les plus simples du quotidien sont déroutants. Tout est propice aux découvertes et on est happés par ce nouveau mode de vie à découvrir . Quoi de mieux que de partager ces surprises avec nos enfants ?

Monter dans le tram à Lisbonne , acheter des bagels à Montréal, cueillir des bananes à Madère , nager sur un récif de corail en Thaïlande ou marcher sur un volcan en Islande ; voilà autant d’expériences que j’ai trouvées encore plus plus belles partagées avec Philéas et Virgile.

Montrer à nos enfants la diversité du monde

Voyager avec un enfant , c’est aussi lui montrer la diversité du monde, pour lui offrir une ouverture d’esprit et un regard différent sur son quotidien.

D’ailleurs, nos enfants sont de merveilleux compagnons de voyage : ils remarquent les plus petits détails, de ceux auxquels les grands ne prêtent pas attention, et s’adaptent en même temps tellement facilement à toutes les situations. Que ce soit une nouvelle langue, des plats inconnus, jeux à partager, nos enfants sont toujours partants pour vivre de nouvelles expériences.

voyage en famille

se re-découvrir dans un autre environnement

Mais voyager en famille, c’est plus que partir à la découverte du monde : c’est aussi se re-découvrir autrement. Libérés de nos rôles habituels, on se sent libres d’exprimer ce qu’on ressent et interagir différemment. Et si en partant en découvrait plus encore qu’un autre pays ? Il se pourrait bien qu’on revienne avec autant de découvertes sur nous-mêmes que sur les lieux qu’on a visités.

les enfants facilitent les contacts

Pourquoi voyager en famille ? Et bien, parce qu’on est une famille justement ! C’est fou comme voyager avec un enfant change les choses, non seulement dans notre manière d’être mais aussi dans la façon dont les autres interagissent avec nous aussi. Voyager avec un enfant simplifie énormément les contacts avec les gens ; que ce soit grand-mère qui vient faire coucou à votre bout de chou, les parents des enfants avec lesquels votre petit joue, le boulanger qui lui offre un bonbon, ou le maître d’un chien qui s’arrête pour lui montrer son toutou, tant d’échanges naissent si simplement en présence d’un enfant.

Nos enfants ne sont pas intimidés par la barrière de la langue ( d’ailleurs, vous ne devriez pas non plus avoir peur de voyager sans parler de langue étrangère ), n’ont pas d’idées préconçues sur un pays, et sont toujours partants pour partir à l’aventure . Finalement, nos enfants ne seraient-ils pas les meilleurs compagnons de voyage possible ?

pourquoi voyager avec un enfant

Voir le monde à travers les yeux de notre enfant

Un caillou en forme de cœur , chat qui miaule sur le trottoir, flaque d’eau dans laquelle sauter. Voilà qui attire un enfant. Nous adultes qui avons tendance à courir pour « caser » notre programme de voyage dans une journée, cela nous fait un bien fou de nous arrêter un instant pour regarder ce que notre enfant veut nous montrer. Toucher l’écume dans la mer, jouer dans un parc, lécher le sucre qui colle à nos doigts après avoir mangé une gaufre ; voilà exactement le genre de chose qu’on devrait tous faire en voyage.

Parce que nos plus beaux souvenirs de voyage sont souvent ceux-là. De New-York, je me souviens mieux du moment où Philéas est parti seul de la maison de nos échangeurs pour acheter du pain ( et de son sourire plein de fierté en revenant ) que de notre visite de la statue de la Liberté.  Pareil en Finlande cet été . Un de mes meilleurs souvenirs, c’est une bête balade à vélo dans le quartier de nos échangeurs de maison, sur d’adorables pistes cyclables au milieu de la forêt.

voyager en famille

Voyager au rythme de son enfant

La clé pour qu’un voyage avec un enfant se passe bien , c’est d’adapter notre rythme au sien. Ne pas chercher à enchaîner les visites, garder du temps pour faire trois fois rien. Voyager avec un enfant pousse à ralentir le rythme, accepter de ne pas tout voir pour profiter de l’instant. Et c’est tant mieux !

Dans notre société où tout doit être rentabilisé, jusque dans nos vacances qui se doivent d’être « réussies », soigneusement mises en scènes sur les réseaux sociaux, on a clairement besoin d’apprendre à ralentir. Pourquoi voyager avec un enfant ? Parce que nos enfants sabotent à la perfection nos plans trop bien huilés, nous obligent à sortir des sentiers battus et s’en fichent pas mal des incontournables. Et s’ils avaient raison ?

voyager en famille

Se fabriquer des souvenirs ensemble

De tous mes voyages, quels sont mes plus grands souvenirs ? Pas les hôtels de luxe ( d’accord, le plus luxe c’était à Ko Ngai , j’ai de la marge ), ni les heures à me prélasser sur un bain de soleil ( hum on peut compter en minutes ? Ou secondes ? ). Non, mes plus fabuleux souvenirs souvenirs, ce sont des trucs qui vous paraitront insignifiants mais que j’ai vécu avec eux.

Et j’espère que Philéas et Virgile garderont de leur enfance des souvenirs aux 4 coins du monde, main dans la main, à rire de tout et de rien. Je ne vois pas de plus bel héritage à leur laisser.

Transmettre une certaine ouverture d’esprit

On vit dans un monde qui construit de plus de plus de murs, où certains refusent de tendre la main à ceux qui se noient au large de nos côtes. Alors au moment où le monde se replie sur lui-même, je veux croire que montrer le monde à mes enfants, c’est une manière de leur offrir une certaine ouverture d’esprit.

Découvrir d’autres modes de vie, être confronté à la pauvreté ou à l’arrogance, comprendre que notre monde englobe tant de réalités différentes, ça forge un certain caractère. Aujourd’hui, je suis par exemple fière de voir Philéas intéressé par des questions politiques, analyser toute l’actualité sur les données personnelles. Après avoir utilisé cet été les consignes automatiques en Finlande, puis le tout-jetable au Canada, Virgile se questionne en ce moment beaucoup sur le recyclage des déchets et la manière dont on consomme.

voyage avec un enfant

Voyager avec un enfant , c’est aussi un bel héritage à lui transmettre

Je pense qu’on n’a pas besoin de construire plus de murs, mais plutôt de créer des ponts entre les cultures pour mieux se comprendre. Je suis consciente que pouvoir voyager est un réel privilège, et je veux en profiter pour montrer à mes enfants le monde dans toute sa diversité.

Hier, j’ai accompagné Virgile en classe pour l’aider à présenter son voyage au Québec cet été. Ce jeune homme m’a bluffée ; il se souvenait de tant de détails, avait plein de choses à raconter sur la manière de vivre là-bas et un tel enthousiasme pour partager son voyage . En l’écoutant, je me suis dit que j’avais bien fait de l’emmener là-bas ; non seulement il fut un compagnon de voyage génial, mais il est aussi excellent passeur. J’ai trouvé ça génial de voir notre voyage continuer à vivre à travers lui. Je suis sûre qu’il gardera de notre été au Canada des souvenirs pour toute une vie.

Et en s’endormant, il m’a demandé : »dis maman, c’est quand qu’on repart ? ».

voyager avec un enfant

Et vous, aimez-vous voyager avec vos enfants ?

23 comments

  1. J’ai un peu honte de le dire : je n’ai jamais voyagé avec mes enfants ! J’ai commencé à voyager quand ils ont quitté la maison ! Quand ils étaient petits, c’était compliqué et onéreux à six, on se contentait de trouver des hébergements en France grâce au comité d’entreprise. Je me souviens de la fois où on me refusait un séjour en village vacances au ski parce que la dame trouvait que les enfants étaient trop petits pour dormir seuls dans une chambre et qu’on ne pouvait pas mettre un parent et deux enfants dans chaque chambre parce que « c’est un séjour familial, Madame ! ». C’est la seule fois de ma vie où j’ai dit sèchement « appelez votre supérieur ». Et obtenu gain de cause. Bref, à part la côte Atlantique et son bienheureux club Mickey, pas de voyage !
    Aujourd’hui, je me dis que c’est dommage et peut-être le prochain échange se fera-t-il avec deux d’entre eux…
    Mais je trouve que tu as tout à fait raison, être accompagnée d’un enfant modifie notre regard sur les choses. Cela dit, j’ai souvent l’impression, en voyage, de regarder à travers leurs yeux ! J’échange beaucoup avec eux dans ces moments-là, nous partageons nos ressentis et c’est très doux. Ma fille, en balade au Kirghizistan, a fait pareil cet été et j’ai adoré partager cette échappée belle avec elle.
    Quant à la rentrée de Virgile, c’est une blague ? Il apprend dix fois plus en un mois de Canada qu’à l’école. Plus exactement, il découvre des choses très différentes et prend une super leçon de vie. Pour le b-a ba, ça se fait partout ! Parole d’une qui est toujours partie au ski hors vacances scolaires et qui a eu le bac, si, si ! Sans même voyager, j’ai écouté le récit de la journée passée au musée mais pas que, des élèves de 4ème de l’homme aux yeux bleus. Qui leur a fait deviner comment était orienté le Vieux Port, où était le nord, comment s’orienter avec le soleil, puis leur a fait découvrir (si !) la mairie de Marseille, le quartier qui a été démoli pendant la guerre, l’architecture spécifique du port. Je pense qu’ils ont plus grandi qu’en une matinée de cours. Parce qu’ils regardaient autour d’eux, cherchaient des indices, voyaient leur ville avec des yeux neufs.
    Euh, désolée, je me suis laissé aller. (parait que ça ne s’accorde plus mais ça fait bizarre !)
    Des bises !

    1. Purée, le Kirghizistan, ce doit être un voyage fabuleux !

      Oui Yanne, c’est le point que je n’ai pas abordé dans l’article : encore faut-il avoir les moyens de le faire – j’ai bien conscience d’être privilégiée. Quoique, certains voyages comme Cracovie peuvent être envisagés avec un tout petit budget ( j’aimerais d’ailleurs continuer à explorer la Pologne, une très chouette destination en famille ).

      J’ai reçu tellement de messages sur instagram me demandant comment j’allais faire pour la rentrée ; je dois t’avouer que ça a fini par me faire douter, le jour du départ. Mais je suis persuadée que sortir, que ce soit avec sa classe, partir avec ses copains ou parents, est la plus merveilleuse façon d’apprendre. Rien ne remplace l’expérience qu’on vit, et ça permet de donner corps aux apprentissages.

  2. Ah combien de fois on me l’a demandé aussi… « mais il ne se souviendra de rien… ». Bah si, déjà, il se souvient de trucs que nous, on a oublié (comme si on se souvenait de tout…), et il voit des choses qu’on ne voit pas non plus avec son regard. Et il apprend à aller vers les autres, à s’ouvrir, remettre en question ses façons de faire et d’être…
    Et moi aussi, il me dit souvent « hum, quand est-ce qu’on reprend l’avion? » (et pas juste parce qu’il y a des films sur les longs courriers)

    1. On me pose tellement souvent cette question, je suis toujours épatée quand on m’explique que je devrais plutôt consacrer mon budget vacances à aller en club ou au ski – « parce que tu prives tes enfants d’une expérience tu sais, et que eux ça les rendrait sûrement plus heureux » .

      Je n’arrive décidément pas à comprendre pourquoi certains tiennent à tout prix à imposer leur point de vue, et une certaine norme. Ça fait des semaines que j’avais envie d’écrire cet article ( le déclencheur fut cette avalanche de questions et remarques à propos de la rentrée de Virgile ). Virgile m’a fait rire hier, il m’a dit : « maman, la prochaine fois tu pourras choisir un avion où il n’y a pas d’écrans ? Parce que sinon j’oublie de regarder les nuages ».

    2. Oui, c’est toujours assez édifiant de voir comme on reproche aux enfants nos propres « défaillances » ; les adultes disent très facilement qu’ils sont « nuls » en maths, ou qu’ils oublient plein de détails – et dans le même temps, on exige des enfants qu’ils assurent dans toutes les matières, se souviennent de choses qu’on a oubliées depuis longtemps.

      Comme toi, je pense que voyager en famille est une chance; nos enfants nous poussent à regarder les choses autrement, discuter simplement avec ceux qu’on croise. Bons préparatifs pour votre séjour à Washington ; cette ville est vraiment épatante !

      1. Ahem ; donc je n’avais même pas remarqué que je t’avais déjà répondu une première fois. Ce qui ne m’a pas empêchée de faire une deuxième réponse aussi longue, et complètement différente. Quel incorrigible bavarde je fais là !

    1. On a tout un rythme et une manière différente de concevoir les vacances – j’avais envie d’expliquer pourquoi voyager en famille est une de mes priorités. 😉

  3. Merci beaucoup pour cet article !!!!!!! Cela m’a ouvert pleins de réflexions auwquelles je n’avais pas du tout pensé ! j’ai un enfant de 11 mois, et je me faisais aussi la réflexion, pourquoi partir avec un enfant ? c’était surtout pour le côté pratique, je me voyais pas trop voyager avec lui.
    peut-être un peu plus tard, quand moi, j’aurais pris du galon et que je me sentirais plus à l’aise dans mon organisation.
    dans tous les cas, c’est un super article, et cela m’a ouvert les yeux. quand je vois comment ma fille est heureuse avec certaines personnes, dans certaines situations, c’est sûr, elle comprend tout, et elle emmagasine du bonheur. voyager avec ses enfants, c’est ça aussi j’imagine, emmagasiner du bonheur pour tout le monde.

    1. Quand Philéas est né, je n’ai pas osé partir immédiatement faire de grands voyages avec lui – la jeune maman que j’étais se posait pas mal de questions. On est partis à Montréal quand il avait 13 mois, et je me suis dit que franchement, cela aurait été plus simple de voyager avec un plus petit bébé. Test validé haut la main avec Virgile ; on a profité du congé paternité du papa pour aller en Australie quand il avait 2 mois ; c’était top !

      Nos enfants ont une curiosité et une capacité d’adaptation absolument épatants ; ils n’ont aucun préjugés, vont facilement vers les autres et prennent chaque nouvelle étape comme un jeu.

  4. Ah la la! Vraiment d’accord sur tous ces points sans exception! Nous aussi on l’a baladée partout très jeune, et c’était (c’est) vraiment chouette. En avion, en voiture, en trottinette en camping, en gîte… 😉
    Même le partage des petites galères de voyage les rendrait (presque) sympa. on trouve des solutions ensemble.
    Et finalement, ils se souviennent de beaucoup plus de choses qu’on ne le penserait.
    Je dirais que l’expérience ultime a été l’expat en famille, qui de ce fait, prend une toute autre saveur. Rien de mieux qu’un enfant pour s’insérer dans la société où on arrive.

    1. Oui, les enfants ont le don de dédramatiser la plupart des situations – et puis ils savent aussi saboter les plans trop bien huilés, et ça c’est génial aussi !

      J’aurais adoré aller passer une année à l’étranger en famille. Des amis reviennent de 2 ans en Angleterre et c’est fou comme leur fils a changé, muri, voit les choses avec une grande ouverture d’esprit ( en plus d’être parfaitement bilingue maintenant ).

  5. Bonjour,
    Je n’ai pas l’habitude de laisser des messages sur les blogs mais ton article m’a beaucoup plu car je m’y suis totalement reconnue. Partir avec les enfants, c’est tout simplement magique. Alors certes, notre carnet de voyage n’est pas aussi rempli que le tien mais mes 2 filles (7 ans et 10 ans) sont déjà parties au Maroc, en Turquie, en Italie et en Espagne (je crois que Barcelone est leur 2ème maison …. !).
    C’est vrai, elles ne se souviendront pas de toutes ces destinations, mais à travers ces voyages, nous leur inculquons une ouverture d’esprit, la curiosité, la beauté de notre planète et le besoin de la protéger, la tolérance,..
    D’ailleurs, je pense que le voyage est surtout une question d’esprit. Nous profitons souvent des vacances de la Toussaint et de février pour découvrir des coins de France que nous ne connaissons pas. Et bien pour les enfants, en France ou ailleurs, l’aventure est la même. Pas besoin donc de partir toujours au bout du monde pour se sentir l’âme d’explorateur. J’ai souvenir d’une semaine en Dordogne à découvrir les châteaux, la grotte de Lascaux, la Dordogne en canoë … C’était formidable. Idem pour un grand week-end à découvrir les Châteaux de la Loire !!
    De plus, ce qui me plait lorsque nous voyageons avec les enfants, ce sont les rencontres humaines. Avec de jeunes enfants, il y a toujours des gens qui viennent vous parler, vous montrer quelque chose, vous faire goûter une spécialité … A chaque voyage, nous avons toujours une anecdote avec nos filles. Les enfants attirent , c’est comme ça !
    Enfin, comme toi, partir, c’est s’offrir une parenthèse dans le quotidien si aliénant : pas de ménage, lessive, repassage, rangement , devoirs d’école. On profite juste d’être là tous ensemble. Je me rends compte d’ailleurs que, maintenant que mes filles grandissent, c’est presque le seul moment où je dégaine l’appareil photo et les mitraille dans tous les sens. Pas trop le temps le reste de l’année ou on y pense pas …
    Alors, oui, partir avec les enfants, c’est formidable !!!

    1. Oui Maud, tu as entièrement raison; l’aventure est au coin de la rue, il suffit de lui tendre les bras. Pour se retrouver ensemble et vivre des moments loin du quotidien, nul besoin de partir à l’autre bout du monde.

      Les enfants aident énormément à faire de chouettes rencontres en voyage; voyager en famille est un vrai atout pour communiquer plus facilement. Comme toi, je prends trop peu le temps de faire des photos au quotidien, je réalise au fil des ans que j’ai surtout des photos de voyage ( par contre j’en ai vraiment beaucoup – il va falloir que je me lance dans une grande opération spéléo-tri sur nos disques durs : ça déborde ! ).

  6. Je surkiffe ton article! Je suis d’accord avec tout! J’ai toujours voyagé avec mon fils (il a 6,5 ans) et je me souviens d’une excursion à Paris (nous habitons à Bruxelles) juste pour lui montrer la Tour Eiffel. Je pense qu’il m’a parlé de la tour et des roues de camions dans les métros parisiens pendant 6 mois. Moi seule, je n’avais jamais remarqué. Et puis, il est enthousiaste, plutôt sage, s’intéresse à tout. Je crois que c’est une des choses que je préfère faire avec lui 🙂

    1. C’est mignon comme tout Elisa ; le « et demi » est tellement important à cet âge-là. J’imagine sa joie en arrivant devant la tour Eiffel – mon petit Virgile n’en revenait pas non plus ! Et mon jeune provincial qui vit dans la nature est toujours fasciné par le métro, comme si un monde magique s’ouvrait devant lui.

      J’ai remarqué aussi qu’on a une dynamique très différente quand je pars seule avec lui ; il n’est plus le petit qui réclame de l’attention pour exister, mais mon grand compagnon de voyage. J’espère avoir l’occasion de repartir bientôt avec lui; c’est toujours tellement cool !

  7. Je suis tellement d’accord avec toi !! On adore voyager avec nos enfants, partager des souvenirs, des impressions, des bons plats… on est loin du quotidien et ça fait du bien ! De plus je trouve que même tout petit les voyages permettent de développer l’ouverture d’esprit de nos chers bambins ainsi que le goût du voyage et de la découverte. Merci pour ce bel article!

    1. Oui Claire, c’est sans doute comme le vélo ; plus on voyage et plus ça devient simple de partir. Je pense que ça forge une certaine ouverture d’esprit chez nos enfants ; tout comme je ne me suis jamais cantonnée aux seuls spectacles pour enfants. Depuis qu’ils sont petits, j’emmène mes garçons voir toutes sortes de spectacles, de leur âge, ou pas. Ça me semble important de les ouvrir à d’autres univers, ça aide à questionner le monde.

  8. Je tout à fait d’accord avec toi sur l’importance de voyager avec des enfants. Ma fille a 2 ans, et nous avons déjà beaucoup voyagé avec elle, car nous vivons en Martinique et allons voir notre famille en métropole 1 fois par an. Elle avait 8 mois lorsque nous l’avons emmené au Canada, puis en métropole pour la première fois. Cet été elle a pris 8 avions en tout, nous l’avons emmené en Jamaïque, puis en France. Cependant, nous continuons à voyager parce que c’est important pour nous et qu’avoir un enfant ne devait pas nous arrêter. Pour le moment et tant qu’elle est petite, je trouve ça assez compliqué, surtout les longs trajets en avion. Elle n’y est pas bien, ne comprend pas encore pourquoi il faut patienter. Nous déployons toute notre imagination pour l’occuper mais lorsqu’arrive la fatigue elle pleure et nous faisons subir ses pleurs aux autres voyageurs. Pour nous, franchement, c’est un«prix» à payer pour continuer à voyager, et sur place il nous faut bien 2 jours pour nous remettre de ces trajets. Durant le séjour c’est un plaisir de lui faire découvrir des sensations nouvelles.

    1. Je te comprends Hélène ; c’est sans doute l’âge le plus compliqué pour tenir assise dans un avion – ces grands ont quand même des idées bizarres, non ? 😉 Je me souviens d’interminables vols passés à marcher derrière Philéas qui refusait de rester sur un siège et préférait marcher dans les travées.

      As-tu essayé de la faire voyager dans on siège-auto ? La plupart sont homologués et le fait d’avoir ses repères, un siège adapté dans lequel elle ne glisse pas peut simplifier les trajets. J’avais aussi fait cet article pour partager mes astuces pour simplifier les trajets en avion avec des enfants :

      https://www.befrenchie.fr/conseils-pour-prendre-l-avion-avec-un-enfant/

      Peut-être y trouveras-tu des infos utiles ? 😉

  9. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Un petit week-end en amoureux avec papa peut faire du bien, mais les vacances pour moi c’est obligatoirement en famille dès le plus jeune âge. Bien sur c’est compliqué avec de jeunes enfants qui se trouvent un peu déboussolés, il faut garder un rythme assez habituel. En tout cas ce fut le cas avec nos jumeaux pour passer des vacances réussies.

    Le plus gros problème pour moi étant le cout financier d’un voyage en famille. Il faut trouver la bonne occasion. Je déteste vraiment les clubs de vacances qui sont parfois assez peu chers pendant les promos.

    1. Oui WorkingMutti, le vrai hic c’est le budget quand on veut voyager en famille ; j’essaie d’anticiper autant que possible pour réserver vol, location de voiture et logement – et évidemment l’échange de maison nous permet de faire des voyages inabordables autrement. Je n’ai jamais tenté de club vacances, je n’ai pas d’avis à ce sujet ; mais il me semble qu’en s’organisant bien en amont, ça ne revient pas plus cher d’organiser soi-même son voyage. Et puis il y a des destinations méconnues qui permettent de s’offrir de superbes voyages avec un tout petit budget. Cette année, j’ai été bluffée par Madère, une île à la nature spectaculaire et un voyage à tout petit prix. Cracovie fut aussi un gros coup de cœur ; la Pologne est plutôt oubliée des touristes, pourtant le pays à tant à offrir.

  10. Bonjour,
    Nous avons peu voyagé avec nos enfants: budget et nous étions dans le tourisme, pas question de voyager pendant les vacances scolaires.
    Mais à chaque voyage, nous faisions des orgies de musées. Et cela , quelque soit l’âge de nos enfants. Lorsque nous étions à Paris,il y a bien plus de quarante ans, c’était facile, et nous avons visité le Louvre et le musée de l’Homme (à l’époque) au Trocadéro, de fond en comble (en plusieurs fois quand même!) avec notre fille aînée qui avait à l’époque quatre ou cinq ans. Elle était pratiquement la seule enfant à courir partout. Certains la regardaient bizarrement, d’autres souriaient. A Londres, les musées étaient plus accessibles aux enfants et il y en avait (des musées) plus intéressants pour eux: le musée des jouets, par exemple.
    La nounou de ma seconde fille m’avait dit à l’époque: « Mais elles sont bien trop jeunes pour aller dans les musées! ».
    Puis nous sommes partis en province, dans un endroit sans musée…
    Mais maintenant, lorsque mes enfants voyagent avec leurs propres enfants, les musées sont toujours une priorité. Mon petit-fils de quatre ans et demi a adoré visité le Louvre et la partie concernant l’Egypte.
    Maintenant, on voit beaucoup plus d’enfants dans les musées qu’il y a quarante cinq ou cinquante ans et j’en suis bien contente. C’est aussi une façon de voyager même quand on ne peut aller loin.

Laisser un commentaire