Mes 3 coups de cœur de l’été

Comment revenir ici ? Je n’ai pas complètement déserté le blog cet été, mais je n’ai clairement pas pu y consacrer l’énergie que j’aurais voulu. J’avais des idées, des projets, des brouillons plus ou moins avancés. Et puis la vie m’a obligée à concentrer mon attention sur d’autres priorités.

Le choc de la lettre recommandée qui t’apprend que tu vas divorcer, passer en 3 jours d’une vie à 4 au quotidien de maman solo, sans avoir pu m’y préparer. Les conflits divers et variés sur des sujets plus ou moins anecdotiques – le temps passé à régler des trucs pas glop. Être maman quasiment à plein temps. La joie de partir en voyage avec Virgile, presque immédiatement suivie par un tour aux urgences suite à une mauvaise fracture.

Un chouette contrat pro qui pompe toute mon énergie, le ballon d’eau chaude qui lâche – sans prévenir lui non plus.

Et au milieu du champ de ruines qu’est devenu mon quotidien, le sourire rayonnant de mon enfant. Réaliser que l’essentiel, c’est lui. Prendre le temps de lui faire des prouts sur le ventre, circuits à billes, burgers maison. Instaurer nos nouveaux rituels à 2. Faire de mon mieux pour que cet été reste émaillé de jolis moments, malgré tout.

J’avais terminé le confinement sur les rotules – tenir la maison à bout de bras avait déjà vidé ma batterie. Quand j’ai appris que c’était fini, je n’imaginais pas que le tsunami allait arriver. Je n’étais clairement pas prête – pas le temps de me requinquer, il fallait nager de plus belle pour rester à la surface. Parce que je n’ai pas le droit de me noyer : je ne peux pas abandonner Virgile.

Alors j’ai enfilé ma tenue de vaillant petit soldat. J’ai affiché mon plus beau sourire et j’ai pansé mes blessures en silence, seule. J’ai traversé assez de moments durs petite pour savoir que ça peut fonctionner. Se concentrer sur l’essentiel, ne pas chercher à voir l’ensemble des problèmes d’un coup. Faire une chose à la fois, sourire à la vie. D’abord en se forçant. Et puis au fil des jours, réaliser que ça devient de plus en plus naturel.

Un été particulier

Je retiendrai 2 choses de cet été si particulier :

1 Il faut parfois arrêter de se débattre et se laisser emporter vers les profondeurs. C’est en touchant le fond de la piscine que tu trouves l’appui nécessaire pour remonter.

2 Je peux devenir mon propre prince charmant. D’accord, techniquement il y a 2-3 écueils :

  • je ne sais pas monter à cheval
  • avec une cape j’aurais trop peur de finir comme Isadora Duncan
  • les princesses en robe longue prostrées à leur fenêtre en attendant qu’on vienne les délivrer, c’est pas trop ma came

Mais je n’ai besoin de personne pour venir me sauver, et je sais maintenant que je suis la mieux placée pour enchanter mon quotidien. Si j’ai besoin d’une baguette magique, je peux toujours me la fabriquer ( d’ailleurs, après avoir bricolé à gogo ces derniers mois, mon stock de tasseaux me permettrait de fabriquer assez de baguettes magiques pour en faire boutique ).

Je pourrais m’épancher et faire un article pour vous raconter comment j’ai tenté de réparer mon chauffe-eau. Mais le hic, c’est que j’ai envie de vous proposer du contenu qui puisse vous être utile. N’ayant pas le talent de Claude François pour intéresser des hordes de fans déchainés aux problèmes de mise à la terre en milieu aqueux, je me suis dit qu’un petit article « coups de cœur » serait bienvenu.

Sans transition donc, voici mes 3 coups de cœur de l’été :

Hasta Dente, une enquête policière surréaliste

Je suis tombée sur ce podcast par hasard, en cherchant un feuilleton radio à écouter sur les routes suisses avec Virgile. Gros coup de cœur partagé : Virgile était aussi emballé que moi. C’est surréaliste, truffé de digressions  – et délicieusement barré.

Le pitch ? Suite à la découverte d’un stock de sachets de ramen instantanées & tracts annonçant l’avènement du « Dieu spaghetti volant », l’inspecteur Matteo Razzoni décide, contre l’avis de sa cheffe, de mener l’enquête. Il découvre que c’est l’œuvre d’adeptes du pastafarisme, une parodie de croyance qui détourne les codes religieux.

Mais la farce tourne au cauchemar quand un premier meurtre est commis.

Hasta Dente est une série audio en 11 épisodes de 10 min chacun, proposée sur son site par France Culture. C’est loufoque, irrévérencieux & surréaliste au possible. Une pépite qui ravira les amateurs de second degré – esprits cartésiens, passez votre chemin !

Si vous cherchez d’autres idées, voici mes  feuilletons radio préférés  , ainsi que  5 podcasts  à découvrir d’urgence.

Utopia, une série à part

C’est Philéas qui m’a parlé en premier de cette série anglaise atypique. Mais je n’avais pas du tout accroché en voyant le début du premier épisode. Trop sombre, trop violent, trop glauque. Et puis, il y a 2 semaines, j’ai profité d’une de mes rares soirées de maman solo pour laisser une seconde chance à Utopia. Et là, claque monumentale. C’est assurément le fait d’être seule, sans risquer d’avoir Virgile qui déboule au milieu d’un épisode, qui a changé la donne.

L’élégance et le soin apportés à chaque plan offrent un contraste saisissant avec la brutalité qui s’y déchaine. La scène d’ouverture m’avait d’ailleurs glacée par sa froideur au premier visionnage.

Mais une fois passé la stupeur, on comprend enfin que rien ici n’est gratuit. Au début, on est aussi perdus que les personnages. Personne ne semble croire à la réalité de ce qui se produit. Et à juste titre :

Petit pitch de départ

Passionnés par le mystérieux roman graphique Utopia, des lecteurs échangent sur un forum. L’un d’entre eux annonce qu’il a déniché le manuscrit du tome 2. Ils se donnent rendez-vous dans un bar pour en discuter sans se douter que des tueurs sont aux trousses de quiconque s’intéresse à ce livre. Ces hommes sont prêts à tout pour mettre la main sur ce manuscrit, qui pourrait bien être plus qu’une simple BD.

Je vous garde la surprise de la suite, ce serait trop dommage de déflorer cette série si vous ne la connaissez pas encore. Utopia balaie les théories conspirationnistes, offrant un étrange miroir à la crise sanitaire actuelle. C’est un projet excessivement audacieux, qui sublime la beauté de la banalité. Le plus impressionnant est de voir comment les scénarstes puisent dans des faits historiques pour nourrir la série, s’appuyant sur des vidéos d’archives qui s’intègrent à la perfection. Les personnages sont bien plus complexes qu’il n’y parait, dévoilant failles & contradictions au fil des épisodes.

Mais Utopia a aussi une qualité que je chéris dans les séries anglaises : il n’y a que 2 saisons, de 6 épisodes chacune. Ce qui signifie que je peux raisonnablement envisager de voir la fin avant 2021 – ne me spoilez pas hein ; j’en suis au début de la 2ème saison.

Louise Michel : quand l’art sauve des vies

Louise Michel : c’est en mémoire de la militante anarchiste et féministe que Banksy a nommé ce bateau qu’il finance grâce à son travail sur les migrants. Il a contacté Pia Klemp, l’ancienne commandante du Sea Watch ainsi :

Je suis un artiste du Royaume-Uni et j’ai travaillé sur la crise des migrants, évidemment je ne peux pas garder l’argent. Pourriez-vous l’utiliser pour acheter un nouveau bateau ou quelque chose comme ça? S’il vous plaît, faites-moi savoir“.

Graffé de rose par Banksy, le Louise Michel a pris la mer en secret fin août. C’est uniquement après avoir récupéré en mer 89 migrants blessés par des hydrocarbures que la presse a été mise au courant.

Il faut un sacré du cran à Sea Watch, Sos Méditerranée & Banksy pour affronter nos gouvernements qui refusent de débarquer ces quelques naufragés parmi des milliers de noyés anonymes. Ce ne sont pas juste des tracasseries administratives interminables qui attendent les bateaux quand ils trouvent enfin un port pour les accueillir. Mais c’est aussi la justice qu’il faut affronter : Pia Klemp, accusée de soutenir l’immigration illégale en allant sauver ces vies en mer risque 20 ans de prison.

Je me dis que ce ne sont pas seulement des vies de naufragés que ces marins sauvent chaque nuit en Méditerranée. C’est aussi notre humanité, quand nos gouvernements retiennent les bateaux des ONG à quai. On est tous complices en détournant les yeux de ceux qui se noient loin des caméras. Alors merci Mr Banksy d’avoir hissé le pavillon de l’humanisme. Grâce à vous, des vies sont sauvées et ce drame invisible est à nouveau sous les projecteurs des médias – peut-être arrêterons-nous de détourner le regard cette fois ?

S’abonner
Notifier de
guest
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Marie
Marie
10 septembre 2020 19 h 37 min

Allez, je fais l’effort de laisser un commentaire sur le blog et pas sur insta. Utopia !!! Ma série préférée depuis plusieurs années, l’histoire, l’ambiance, le côté graphique incroyable, les personnages, tout est génial. Je ne vais pas te spoiler, tu me diras ce que tu as pensé quand tu auras vu la saison 2.

Sabrina - Et si le bleu
Sabrina - Et si le bleu
10 septembre 2020 21 h 07 min

Quel plaisir de te lire. Tu as éveillé ma curiosité et réveiller ma sensibilité pour un sujet qui est malheureusement toujours d’actualité.
(c’est marrant cette histoire de prise de terre, trop de chanson du même Cloclo fredonnées ce matin au petit déjeuner, ça m’a donné envie d’aller vérifier les lampes de ma salle de bain) (pardon, pardon, c’est bête !)

Cléobuline
Cléobuline
10 septembre 2020 21 h 44 min

Merci pour cet article, je file télécharger les épisodes d’Hasta Dente, moins sûre d’accrocher avec Utopia, mais je vais sûrement me laisser tenter par le premier épisode. Pour Louise Michel j’avais tout de suite deviné que tu allais en parler en voyant ton poste sur instagram avec la photo d’un bateau couplée de l’évocation d’une action humanitaire incroyable, qui fait également écho au terrible incendie de Moria…

Laetitia
Laetitia
11 septembre 2020 9 h 40 min

Bonjour Daphné,
Merci encore pour tous ces partages. Je vais aller écouter ce podcast avec mes plus jeunes, j’ai hâte de ce moment partagé.
Pour la série, j’ai plus de mal à me libérer du temps et plus encore de plus en plus de mal à passer le cap de la violence pour voir le message derrière. Je vais en parler à d’autres.
Le Louise Michel, merci à certains de garder leur humanité. Gardons nos coeurs ouverts.
Prenez soin de vous tous les 3. Belle journée

Anne
15 septembre 2020 21 h 09 min

Je pense qu’Utopia n’est pas pour moi, mais je le vends à mon mari, c’est tout à fait ce qu’il pourrait aimer!
Que la force soit avec toi!!!Et la bienveillance et la douceur aussi.