faire du velo a londres

La vie est trop courte : puis-je manger le dessert d’abord ?

Coupe playmobil et épinards

Quand j’étais petite, régulièrement, ma mère préparait des épinards pour le dîner. Je détestais ça. Avec du recul, je me dis que ce devait être des épinards surgelés de la marque Beurk. Sans doute un copain de Captain Iglo ? Si tu n’es pas belge, voici l’objet du crime. Et pour te prouver que j’ai beaucoup morflé enfant, il faut que tu saches que j’avais la même coupe de cheveux que la gamine condamnée à manger les bâtonnets dans la pub.

Alors je vous vois venir ; oui, les épinards peuvent être bons. Mais là, franchement, ils ne l’étaient pas.

londres a velo

Philéas a pris ces photos, pas maquillée et les cheveux en bataille, quand on traversait Londres à vélo la semaine dernière. Faire du vélo, je crois que c’est le truc que j’aime le plus dans les grandes villes. Alors tant pis; je ne serai jamais une blogueuse mode accomplie. Je préfère vous montrer des photos imparfaites, mais qui respirent le bonheur, le vrai. 

Seule face à mon assiette

Donc j’étais seule, face à mon assiette d’épinards beurk. Et je savais précisément ce qui allait se passer : tant que je ne les mangeais pas, je resterais là. L’idée de passer une soirée en tête-à-tête avec eux me semblait encore pire que de les avaler le plus vite possible. J’en prenais une pleine fourchette, gobais et buvais de l’eau pour faire passer. Le plus vite possible, jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus. En espérant qu’il y ait de la danette pour faire passer le goût.

Tu te doutes de ce qui arrivait ensuite ? Généralement, on me disait : “oh mais tu aimes tellement ça, je vais t’en resservir.” Là, tu pouvais clairement lire le désespoir dans mes yeux.

londres en velo

La vie est courte, mange le dessert d’abord

Life is short. Eat dessert first. Quand je tombe sur cette citation, je repense invariablement à cette petite Daphné. Après tout, elle gérait comme elle pouvait – même si je ne suis pas sûre que le message diététique maternel soit bien passé. Aujourd’hui je suis réconciliée avec les épinards – enfin, quand ils ne sont pas cuisinés par Mr Beurk. Mais j’ai gardé cette expression : “mange tes épinards d’abord”. Mon expression secrète, qui ne veut rien dire aux autres mais que je ressors souvent.

Pendant ces deux semaines de vacances, entre virée à Londres et échange de maison à Paris, je pensais arriver à garder le rythme du blog. Tout en faisant mon équipée sauvage à vélo, donc. Bien sûr, j’avais oublié que les journées n’ont que 24 h. Finalement, quelques coucous sur instagram, c’était déjà bien, non ?

En rentrant ce week-end, j’étais hyper impatiente de vous retrouver. Puis j’ai réalisé que j’avais de la compta’ à faire. Alors j’ai d’abord avalé vite fait mes épinards. Mais maintenant, place au dessert : cet article pour le blog !

Et vous, comment gériez-vous les épinards petits ?

Mangez-vous le dessert en premier ?

31
Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Yanne
Yanne

En T Shirt à Londres alors que j’avais deux cachemires à Amsterdam ? Je suis trop envieuse !
Je détestais les épinards ! Et les carottes ! Et les petits pois ! On finissait par me faire grâce (sic) d’une partie de l’assiette. Quand je suis seule, il m’arrive de ne manger que du fromage et du dessert !
J’ai Londres sur ma wishlist, en tous cas !

Jo Ridee rieuse

Cette expression me parle. Mes parents étaient paysans et seule la notion de travail comptait pour eux.
Pas de livres (ça rend fainéant !) Le journal et la télé apportaient quand même un peu de culture à la maison. Tu vois, les épinards, j’ai l’impression que c’était le quotidien de mon enfance et d’une partie de mon adolescence dans cette maison où j’étais un ovni qui aimait lire et rêvasser.
Quand j’ai quitté la ferme, j’ai pu enfin manger autre chose, des entrées et des desserts. Mes parents ne comprennent pas mes envies, C’est pas grave et je les remercie. Je me suis beaucoup ennuyée, enfant et ça développe l’imagination. Et j’admire ce petit grain de folie, propre à tous ces belges un peu ‘barrés’ qui ont tellement de talent. Le meilleur compliment qu’on puisse me faire, c’est de me dire que je suis un peu folle, j’ai l’impression d’être un tout petit peu belge.

isacoolpix
isacoolpix

ah ces épinards!!! et ces parents qui voulaient sans doute bien faire mais se trompaient totalement!!!

moi petite je sortais le chocolat du pain au chocolat, je mangeais la pâte ensuite!!! j’aime cette phrase… life is short, eat your chocolate-icecream-fruit-cake!!!! ( but f— spinach)

vivement londres alors!!!

isacoolpix
isacoolpix

<3 tu as raison, savourons… belle semaine à toi dans l'Aygo!

Miss Blabla

Ah la la ! Je ne sais même pas par quel bout commencer ce commentaire…
Moi qui adore les épinards, depuis un mois et demi, j’aimerais tellement les manger d’abord mais je crois que je suis obligée d’attaquer par le chocolat (et je n’aime pas vraiment le chocolat)…
Mais ce n’est pas vraiment mon sens du devoir qui est en cause plutôt la vie qui se rappelle qu’à un moment quelconque il ne faut pas s’asseoir sous les arbres en pensant que tout va rouler paisiblement durant la vie des ageasses !
Alors, j’avale vite les louches en buvant beaucoup d’eau et en pensant que mon assiette d’épinards finira bien par revenir et qu’avec un peu de chance, elle n’aura pas trop refroidi…

Reine
Reine

Miss Blabla , je suis allée voir la définition des “ageasses ” …si tu le permets , je vais en jeter en reprenant l’expression!

Miss Blabla

J’en conclus donc que c’est une expression de mon coin alors ! 😉

Fredix
Fredix

Je me rappelle des repas à 3 puis à 1 car je n’avais toujours pas mangé mon steak ! Je mâchais, mâchais, mâchais ma bouchée jusqu’à qu’elle n’ait plus de goût et que je puisse la refiler discrètement à mon chien planqué sous la table ! Toute ma jeunesse, j’ai été très mince , au point que mes parents m’emmenent voir un pediatre et s’entendent dire de me laisser manger à ma faim ! Depuis mon corps s’est “légèrement” étoffé !
Comme Jo, mal vu de lire à la maison, du coup je m’enfermais des heures aux toilettes pour lire les livres de la bibliothèque de l’école ! Mes parents ont toujours cru que j’étais constipée !
Je me suis également beaucoup ennuyée étant fille unique d’une mère qui aurait pu être ma grand mère et repassait plus souvent que jouait à des jeux de sociétés avec moi ! Mais maintenant je ne m’ennuie plus jamais !
Je me présentais sur copaindavant : j’ai un mari, 2 enfants, un chien, un chat et une araignée au plafond !
Daphné, tu es entrain de tricoter de magnifiques souvenirs couleur arc-en-ciel à tes enfants !

chris
chris

tes épinards étaient mes endives cuites grhhh et comme le commentaire ci-dessus je devais bien souvent finir mon assiette seule dans la cuisine … jamais je n’ai pu imposer cela à ma famille.
Si je commençais par le dessert, je crois bien que je ne mangerais que cela -;)

Françoise
Françoise

Coucou Daphné, bon retour !

Fanchette
Fanchette

Moi c’est mon morceau de poulet froid que ma mère m’a ressorti à quatre-heures, pour le goûter à la plage… alors que les autres avaient des BN.
J’en rigole mais ça m’a marquée : je devait avoir 6 ans.

Damenat
Damenat

Je ne mange pas le dessert en premier, je fais pire : je regarde les épinards de loin en les laissant refroidir. Et une fois mon estomac au bord de l’agonie je mange les épinards refroidi, et je n’ai plus le temps de manger le dessert…
Aller on va arrêter la métaphore filée :p, j’ai hâte de lire tes articles sur Londres, j’ai très envie d’y traîner mon homme (qui parle anglais comme un ardennais, ça c’est pour ajouter une petite touche de fun au voyage).

Val Lao sur la Colline

Je crois que mon enfance a été faite de confitures sur du pain de campagne beurré, d’odeurs de foins coupés, et de livres illustrés. J’ai eu beaucoup de chance, même si parfois je me suis cassé les dents sur quelques noyaux oubliés (c’était pour la pectine, bien sûr, qui rend plus fort le jus de la vie !).

Val Lao sur la Colline

et sans métaphore aucune, je me rappelle qu’en vacances (en camping sauvage), on faisait parfois des repas à l’envers : on commençait par le dessert qu’on mangeait sur l’assiette retournée, on finissait (si on avait encore faim) par les tomates à croque sel !

Dom
Dom

Mon plus mauvais souvenir, une année passée dans le nord dans une école religieuse, le pire jour de la cantine c’était des saucisses immondes avec de la compote de pomme, les morceaux de saucisse (beurk) dissimulées dans les poches de ma blouse finissaient dans les bosquets du jardin après le repas.

Carnetdelaine
Carnetdelaine

Je découvre votre blog et j’adore 🙂
Sinon oui ce post me renvoie des années (pour ne pas dire au moins deux décennies en arrière)… Moi je détestais la purée de céleris …. Je suis restée des heures assise à table devant mon assiette! Pas le droit de sortir de table et aller jouer avant d’avoir tout mangé. En grandissant j’ai opté pour une stratégie comme la tienne et le nez bouché j’avalais tout le plus vite possible.
Le comble : aujourd’hui j’adore la purée de céleris 😉 mais je n’oblige jamais mes enfants à manger ce qu’ils détestent!

Fabienne
Fabienne

Je revois mon désespoir devant une assiette de viande rouge, seule à table, bien après l’heure, j’alignais les morceaux à la file indienne, en les visualisant sous forme de train, ils étaient certainement plus faciles à avaler…et comme je peinais, ma grand-mère avait trouvé la parade, elle me pressait la viande rouge pour en extraire le jus qu’elle me servait chaud ! Un plein verre de sang chaud donc…je te laisse imaginer mon angoisse !

maison fleurie
maison fleurie

Ohhh lala tes epinards sont mon tapioca de mes jeunes années…sauf que si je ne les mangeais pas ma mère les mettait au frigo et hop le lendemain matin et ainsi jusqu à que je les mange…depuis je mange de tout …ma maman n a jamais été rellement sentimentale. Je n impose rien à ma fille sinon de goûter un peu avant de dire beurck ! Ahhhh jeunes annees ne riment pas toujours avec sourire