apprendre à nager

dans le grand bain

instantané du quotidien

Pendant ce week-end encore une fois caniculaire, alors que je triais des photos de mon petit gars, j’ai reçu un message aussi adorable qu’inattendu ( coucou Morgane ). En le lisant, j’ai réfléchi aux liens qu’on tisse ici. Mes billets habituels servent à présenter des projets ( même modestes ), et je n’évoque mon quotidien qu’en filigrane. Et si c’était une manière de rester dans ma zone de confort ?

Mais, d’une part, je ne suis pas certaine que ma vie quotidienne soit fascinante, et d’autre part, dans un échange, j’aime surtout écouter ce que les autres ont à me dire. Et mon histoire familiale un peu particulière m’incite à ne pas trop m’étaler – internet, archivant tout ce qu’on partage, n’arrange pas les choses pour moi. En regardant les photos de notre week-end, je réfléchissais à cette ambivalence et l’équilibre que j’aimerais trouver. Et puis, je me suis dit : “oh, et puis zut”.

Ouaip, non seulement je parle toute seule mais en plus j’utilise des expressions désuètes qui sentent bon la naphtaline dès potron-minet. Call me mémé mais, de grâce, ne me poussez pas dans les orties.

Bref, en regardant ces photos, prise d’un soudain regain de fierté maternelle, je pensé que je ne pouvais pas vous priver de cette information essentielle pour la marche du monde : Virgile sait nager !

Enfin presque. A force de lui répéter de faire attention, j’avais réussi à lui transmettre mes angoisses et mon petit gars se cramponnait à ses brassards. Et puis, fin août, une de ses copines est venue à la maison. Elle avait pris des cours de natation et était très à l’aise dans l’eau. Après quelques jours de réflexion, Virgile a décidé de se lancer lui aussi dans le grand bain sans brassards. Mais difficile de l’accompagner alors qu’il se cramponnait à moi, et ma peur latente. Et puis on a eu la chance de trouver un professeur pédagogue qui a su lui donner confiance en lui, lui proposant des jeux et exercices ludiques adaptés à son âge. En deux cours, envolée la peur de l’eau, il ne lui restait plus que l’envie de s’élancer dans le grand bain.

sauter-dans-le-grand-bainsauter-dans-la-piscineapprendre-a-nagersavoir-nagerenfant-qui-nageapprendre-a-nagerdans-la-piscinese-jeter-a-leaupiscine-en-ete

Quand Virgile avait 8 mois, il a découvert un monde nouveau; le haut de notre table basse. Depuis plusieurs jours, mon bébé essayait de se redresser, tirant de toutes ses forces. Un soir, s’accrochant à la table, il a tiré et poussé des pieds encore une fois et s’est retrouvé debout, accroché au plateau. Quelques secondes de surprise sont passées dans ses yeux puis il nous a regardés, éclatant de rire. Son regard parlait pour lui: il se sentait tel Christophe Colomb. Enfin, il avait vaincu et plus rien en l’empêchait d’aller voir ce qui se passait plus haut, plus loin, tout seul.

Et ce week-end, il a décidé tout seul qu’il irait maintenant aussi voir sous l’eau ce qui s’y passe. Un saut a suffit à briser toutes les barrières de sa peur et depuis, il éclabousse tout sur son passage. Je crois que je me souviendrai aussi longtemps de cet instant où il s’est jeté dans le grand bain. Il sentait que le moment était venu et il a décidé d’y aller tout seul, pour affronter ses peurs.

Et j’ai réalisé qu’encourager nos enfants à grandir, les pousser hors de leur zone de confort, les accompagner dans leur autonomie, c’est aussi une manière de nous encourager nous même à le faire. Quand je serai devant le grand bain, en prenant mon inspiration, je penserai au courage de mon petit bonhomme au moment de sauter. Vas-y Virgile, saute autant que tu veux, j’ai confiance en toi.

Et vous, que vous ont appris vos enfants ?

This post was written by Daphné

27
Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Marikat (Selki)
Marikat (Selki)

Trop trognon Virgile dans ce maillot tout droit sorti de Downton Abbey 🙂
Mes filles m’ont appris à me faire confiance (même si c’est pas encore gagné, loin s’en faut, mais je progresse !) et dans le même temps, j’ai découvert ce qu’était la peur, la peur viscérale qui te colle à la peau et te noue le ventre dès qu’elles quittent tes ailes (là aussi, je me soigne !!!!!!) J’ai découvert que je serais capable de torturer à petit feu et de tuer quiconque s’en prendrait à elles et j’en suis pas fière 😉
Mais j’ai surtout appris à LEUR faire confiance !
Et cet émerveillement, et cette joie de les voir grandir et évoluer, s’affirmer, et même de les voir à la fois heureuses et tristes de quitter le nid : c’est un second accouchement aussi merveilleux et “douloureux” que le 1er !!!!!!!! En ce moment, le pire c’est la peur de ne pas trouver les mots pour redonner cette confiance en elle qui s’éloigne de ma grande.
Et vivre au quotidien avec des moins de 3 ans et les voir progresser et gagner en autonomie un peu plus chaque jour et participer un petit peu avec bienveillance et encouragements à leurs découvertes et apprentissages est un réel plaisir et leur départ à l’âge de la rentrée à l’école, un déchirement !!!!
Bizzzz les filles

MarieL
MarieL

J’ai un peu la larme à l’œil en regardant les photos et en lisant ce joli texte et celui de Selki aussi…
Pris dans le quotidien, on oublie parfois de s’arrêter pour admirer un plongeon particulièrement réussi, et de se souvenir d’avant le plongeon surtout…
Merci Daphné de me rappeler de faire “un pas de côté” pour changer mon angle de vue, ce sera mon Mantra du jour !
Je trouve ça si émouvant de voir grandir un petit d’homme, de le regarder prendre son envol, de voir pousser ce qui était en germe, le voir faire des choix, se planter, tomber et recommencer…
J’aurais rêver d’apprendre à mes 3 gars le “lâcher-prise”, la légèreté… ce que je ne suis pas, quoi… C’est raté. Par contre, les petits (ou plus grands) maux et difficultés de notre quotidien leur ont appris la détermination, la bienveillance aussi… et l’humour surtout !
Belle journée joyeuse et tendre à toutes !

Val Lao sur la Colline

Cette série de photos est vraiment extra ! (oui, moi aussi j’ai des expressions désuètes et j’aime ça) La première en particulier, je l’adore, elle est d’une drôlerie !

Mes filles m’ont appris…. que le temps passe vite. C’est d’une banalité affligeante, mais c’est pourtant vrai.
Elles m’ont appris aussi la bienveillance et l’écoute
Elles me maintiennent dans l’actu en m’apprenant par exemple comment utiliser telle application (mais je dois dire que parfois c’est moi qui leur montre, haha !)
Elles m’ont appris qu’en les regardant, en les voyant agir et grandir comme elles font, je pouvais être fière de moi, de nous deux. Je ne le dis pas souvent, la fierté est un sentiment avec lequel je ne suis pas très copine, disons que j’ai une fierté sélective, et une définition particulière de ce concept. Mais quand je vois la liberté qu’elles ont acquise entre autres grâce à notre confiance et notre écoute à leur égard, je suis quand même un peu contente de nous, que l’on ait su passer outre nos peurs pour leur offrir ça. Je ne savais pas que j’étais capable de ça.
Elles m’ont appris le combat. Je n’ai pas eu à le faire souvent, mais je me suis vue telle une louve dans des situations particulières, capable de mots et d’affrontement, sans peur aucune.
Elles m’ont appris que l’amour maternel n’est à aucun autre pareil. Elles m’ont appris que le coeur peut grandir pour faire une place particulière à chacune.
Elles m’ont appris beaucoup, beaucoup…

Marikat (Selki)
Marikat (Selki)

Piououou les filles, suis toute émotionnée de vous lire ! Si tous les enfants pouvaient avoir la chance de grandir entourés de confiance, de bienveillance, de respeçt, d’humour, de tolérance et d’amour, mais c’est un monde proche de la perfection qui émergerait dans l’avenir ! J’aime beaucoup ce terme d’équité, j’y ai été sensibilisée dès mon plus jeune âge par un curé du tonnerre (si si ça existe !!!!) lors de mes “cours” de catéchisme 😉 puis plus tard par 2 profs extraordinaires, un de philo et un d’histoire-géo.
Étirer le temps de leur enfance…….. Daphné, tu es toute jeune, il est encore temps de penser au p’tit 3ème !!!!!! (J’aurais adoré avoir un petit 3ème, la vie en a décidé autrement !)
Bonne journée, ici des éclairs plein le ciel, le tonnerre au loin et quelques gouttes, vais donc préparer ma barque et ma bouée !!!!!

Morgane
Morgane

Coucou Daphné;-)
Je suis également fan de cette photo de Virgile, il est trop chouchou ce petit. Bravo à lui pour la natation. Ici pour ma louloute de 5 ans c’est pas gagné, la tête sous l’eau ce ne sera pas encore pour tout de suite mais comme elle s’éclate avec des brassards c’est bien aussi. Je suis comme toi et bcq de mamans, j’ai tellement peur qu’il leur arrive du mal que j’ai tendance à les brider un peu trop (“attention!” “attendez moi!” “ne vas pas trop vite” “reste derrière maman dans les escaliers!” etc) mais ils m’épatent et me surprennent ces petits. Je dis souvent à mon grand de 10 ans (ce mois-ci!) que je ne m’inquiète pas pour son avenir, et c’est sincère (son projet professionnel : youtubeur, là par contre on en reparlera). J’ai bien fait attention de ne pas dire que je suis fière d’eux, mais c’est dur;-)

Yanne
Yanne

Que m’ont appris mes enfants ? Que nous accueillons et élevons de parfaits petits étrangers ! On aimerait trouver des ressemblances, physiques ou mentales, des traits de caractère et en fait, ils sont eux ! Et nous, on fait comme on peut pour les accompagner sur leurs chemins de vie en tentant de poser des valeurs, d’ouvrir des portes. L’un de mes fils a intégré l’une des plus grandes écoles françaises en mathématiques fondamentales, l’autre est un graffeur apprenti tatoueur ! L’une de mes filles joue la comédie, crée des spectacles, chante, rêve, l’autre est passionnée d’économétrie et de politique financière… Et puis un jour, quelqu’un regarde ma blonde aux yeux bleus à moi qui suis une parfaite provençale et me dit qu’elle a le même regard noir que moi quand elle est en colère… Donner des racines et des ailes et puis leur faire confiance…

Val Lao sur la Colline

Oh la laa ! que de parcours différents et même presque diamétralement opposés ! C’est super !

Bobette
Bobette

Que j’aime vous lire ce matin sur ce sujet en particulier. Devenir maman, ce fut d’abord perdre mon premier bébé, Joséphine… ce fut si douloureux, si destructeur. Puis ce fut une renaissance, avec mon Garçon, de 11 ans aujourd’hui. Il m’a appris que j’étais capable et non incapable, que je pouvais être forte. Il m’a réappris le bonheur. Ma fille m’apprend la joie de vivre, elle me montre qu’une fille peut être forte physiquement et mentalement. je suis si heureuse qu’elle soit différente de la petite fille que j’étais. Pour elle et lui je dépasse mes peurs. Quelle joie , Daphné , de découvrir ton blog, petite pépite de bonne humeur et de partage….