Bilan de mes 4 échanges de maison en 2017

Échanger ma maison pour voyager plus souvent

J’avais envie de faire une petit bilan de nos échanges de maison cette année. Je vous en ai déjà parlé, ça a complètement changé notre façon de voyager. C’est d’ailleurs devenu mon mode de voyage préféré. Cette année encore, échanger ma maison m’a permis de faire des voyages difficiles à financer autrement. Mais, surtout, on a vécu des expériences géniales !

Seul hic, je ne peux pas vous montrer de photos des maisons où on a séjourné. C’est quand même une sacrée marque de confiance que de confier les clés de sa maison à un inconnu; je me verrais mal en profiter pour étaler l’intimité de nos échangeurs de maison. Voilà, j’ai enfin trouvé le point noir de l’échange de maison pour une blogueuse ; tu séjournes dans des maisons incroyables mais hors de question de poster des photos de celles-ci. Pas grave, laissons planer le mystère ! 

J’avais quand même envie de partager mes souvenirs. Alors je vais simplement vous raconter nos échanges de maison –  je laisse votre imaginaire fabriquer les images qui illustreront cet article.

En 2017, j’ai mixé courtes escapades à Amsterdam et Londres avec 4 échanges :

échanger ma maison a londres

Londres en avril

Pour les vacances d’avril, on a fait un échange de maison d’une semaine à Londres. Dès qu’on a poussé la porte, j’ai compris qu’on rentrait dans une maison très particulière. Lou est marchande d’art et chaque mur témoigne de sa passion. Dans la cuisine, une collection de céladons contraste avec le bois clair de l’immense îlot central. La maison entière est baignée de lumière – mais ce qui m’attire immédiatement, c’est le cube de verre du salon. Allongée dans le canapé, je pourrais passer des heures à regarder les nuages se courser.

Sauf qu’on est à Londres.

Londres, tu es fascinante et épuisante tu sais ! Chaque soir, on est finalement rentrés bien trop tard pour voir autre chose que le ciel entre chien et loup. Mais c’était pour la bonne cause; j’ai noté plein d’idées pour ma carte de Londres secret.

Bon, c’est quand qu’on retourne à Londres ? J’ai encore tellement de coins à explorer !

échange de maison à montreal

Échanger ma maison à Montréal en juillet

Pour être franche, je n’attendais pas grand chose de Montréal. C’était pourtant là qu’on avait fait notre premier échange de maison, il y a 16 ans.

Au départ, je n’avais même pas osé contacter Jerôme et Fanny. Leur maison me paraissait bien trop grande, trop belle comparée à la nôtre. Les mois précédant notre départ, j’ai rêvassé devant les photos de leur maison, sans plus me pencher sur la destination. Cette lumière qui rentre à plein flots, l’espace complètement ouvert, sobre et raffiné. Et la douche, immense, devant laquelle les salles de bain d’hôtel peuvent aller se rhabiller.

Quelques semaines avant, je commence à regarder sérieusement les festivals à Montréal en été et là, je réalise que :

  • 1 on n’aura jamais le temps de tout voir
  • 2 ces gens sont fous – je n’ai jamais vu une telle variété de propositions

Tri drastique, j’esquisse un calendrier des possibles – mais les spectacles débordent encore de mon agenda. Et puis, Montréal nous a happés. A un moment donné, j’ai lâché l’idée de tout voir, tout faire. Pas grave si on laisse des choses en plan, puisqu’on sait qu’on reviendra.

Bon, Virgile n’aura pas vraiment eu le temps de profiter de la salle de jeu sous les toits entièrement vitrée. Mais salle de jeu ou pas, mon petit gars est prêt à repartir sur-le-champ; pour lui, Montréal aura toujours le goût de fête de cet été-là.

échange de maison en suisse

Août en Suisse

Cet échange de maison en Suisse s’est décidé à la dernière minute. Après avoir passé presque un mois au Québec, on n’avait pas prévu de repartir cet été. Mais quand j’ai vu que Paul et Céline étaient libres pour un court échange, je n’ai pas résisté – ne me jugez pas hein, chacun sa drogue.

Leur maison, sur les hauteurs de Fribourg était pensée jusque dans les moindres détails pour simplifier la vie. Normal, Paul est architecte. On a adoré la balançoire sous le porche, tiroir à pain, piscine en béton brut. Échanger ma maison, c’est aussi expérimenter un autre quotidien, voir comment on pourrait améliorer sa propre maison en notant ces idées auxquelles on n’aurait pas pensé. Purée, pourquoi n’ai-je pas de tiroir à pain ?

Bon, la région de Fribourg est sublime; on a fait de chouettes randonnées en pleine montagne, baladé dans les vignes au bord du lac Léman et rempli la voiture de chocolat. A moins de 5 h de route de chez moi, ces quelques jours en Suisse furent une escapade tellement dépaysante – un moment de calme bienvenu avant la tornade de la rentrée.

échange maison paris

Paris en octobre

Passer une semaine à Paris pour les vacances de Toussaint, c’était juste parfait. L’appartement de Célia et Fabien était complètement à l’opposé de notre maison : parquet qui craque, moulures haussmanniennes, balcon dominant les toits de Paris. Il y avait plein de livres, revues, jeux que nous avons aussi à la maison. C’est troublant de voir cette connexion naturelle avec nos échangeurs de maison; souvent, on se découvre pas mal de points communs. Pendant notre séjour chez Célia et Fabien, j’ai dévoré un livre de Sylvain Tesson qui était posé à côté de leur lit.

Picard, boulangerie, supermarché, vélib’ et station de métro étaient littéralement au pied de l’immeuble. Je n’en revenais pas ; tu descends les escaliers, traverse la rue. Dégaine ton ticket et hop, tu es dans le métro.

On a adoré ces quelques jours à Paris; on a finalement vu peu de lieux « incontournables » mais on s’est offert de belles balades street art. Nos coups de coeur ? Le musée de l’Homme, musée des Arts Forains, 104 et quartier de Ménilmontant. Loin de Paris cliché, on a aimé se balader là où bat le coeur de Paname.

Bilan de mes échanges de maison en 2017

Cette année encore, échanger ma maison m’aura permis de vivre des expériences inimaginables autrement. La location d’une maison à Londres pendant une semaine ou Montréal près d’un mois seraient juste impossible à envisager. Côté finances, on a aussi économisé sur la location de voiture en l’incluant dans l’échange et fait pas mal de pique-niques. Ça nous a permis de maîtriser notre budget vacances même en partant longtemps.

Ces 4 échanges se sont merveilleusement bien passé. Avec chaque famille, l’organisation fut simple et agréable. Cet été, je pensais que ce serait compliqué d’enchaîner 2 échanges à la suite. Mais en fait, cela nous a facilité les choses. On n’a pas eu le temps de mettre le bazar en rentrant et je n’ai même pas eu à refaire nos bagages : tout était déjà prêt.

Nos projets d’échanges en 2018

Comme l’anticipation est la clé pour voyager en famille avec un petit budget , je suis déjà dans les starting-blocks pour échanger ma maison en 2018. Pour les vacances de printemps, cela s’annonce par contre un peu compliqué; nos dates de vacances scolaires ne correspondent avec presque aucun autre coin.  

J’ai – à regret – dit non à une sublime offre d’échange à Bali pour l’été prochain. On a beaucoup hésité avant de réaliser que ce ne serait pas pour nous cette année.

Par contre, on discute avec une famille pour l’été à venir – mais chuuut, je garde cette destination surprise ! Ce sera hors sentiers battus et très dépaysant. J’espère vraiment vous emmener là-bas dans nos bagages. Croisez les doigts pour moi !

Et vous, quels sont vos envies de voyage en 2018 ? 

 

35 comments

  1. Yes ! Moi, j’en ai fait trois ! Pour une première année, c’est pas mal, non ? Avec autant de plaisir à chaque fois. Par contre, j’avoue que j’ai mis les photos des maisons sur mon blog, aïe ! Mais il est privé, donc ça ne pose pas de problème, rassure-moi, Daphné ?
    Pour le printemps, c’est compliqué, en effet, je suis obligée de chercher des « sans-enfants et pas profs ». Je pense avoir enfin trouvé mais tant que le contrat n’est pas signé…
    Et j’espère tellement Londres pour début mai !
    Même constat, 15 jours à l’hôtel à Vienne, même pas en rêve, ni une semaine à Amsterdam, alors que là, on s’est vraiment fait plaisir pour le prix du billet d’avion. Du coup, ça laisse des sous pour les musées !
    C’est vraiment une formule fabuleuse ! Je suis totalement accro !
    Par contre, le boulot, c’est moi qui le fais, l’homme se contente de valider ! Et chez toi ? Il surfe sur le site ?

  2. Pas mal ! Tu assures grave Yanne !

    Oui, j’ai l’impression que, statistiquement, ce sont souvent les femmes qui prennent ( aussi ) en charge les échanges. Mais sans doute nous occupons-nous déjà naturellement de préparer les vacances ?

    A 4, je te laisse imaginer les économies – parce qu’avec un grand de 17 ans, on se retrouve souvent à devoir prendre 2 chambres d’hôtels. Et finalement, j’ai l’impression de perdre presque autant de temps à préparer un voyage sans échange; parce qu’il faut comparer plein d’hébergements, louer une voiture, et que dans ces cas-là on change souvent d’hôtel chaque soir.

    Mais c’est surtout le côté humain qui me plait dans l’échange de maison . J’aime l’idée de partager ce projet avec une autre famille – et de leur proposer de découvrir ma région telle que de simples touristes ne la vivront pas. Parce qu’on n’est plus un simple touriste de passage, on est – presque – un habitant de ce lieu le temps des vacances.

    Là, je suis un peu freinée dans mes envies de voyage par la perspective du bac – mais j’espère bien me rattraper plus tard. Puisqu’il n’existe pas de cure de désintoxication, enivrons-nous allègrement ! Je croise les doigts pour toi – si jamais tu as la chance d’être à San Francisco pour la Gay Pride, c’est phénoménal !

    1. J’étais, par pur hasard, à Boston pour la Gay Pride et c’était déjà phénoménal ! Alors San Francisco !!!!
      Nourrie à Armistead Maupin, je meurs d’envie de me balader dans les petites rues. Je vais relire toute la série si le projet se concrétise !
      Par contre, le billet d’avion… outch !

  3. On dit que c’est le premier pas qui coûte, je confirme : je ne l’ai toujours pas fait…… Il me semble qu’il y a tellement de choses à terminer dans la maison avant… Le chantier me paraît insurmontable à l’heure actuelle.
    Les quelques lignes sur votre séjour à Paris me font penser au nôtre il y a 2 ans 1/2 (ohlala déjà ! on y était allés pour un rdv à l’ambassade des USA pour le visa de notre grande, et en profiter pour faire refaire les papiers de mes 3 étrangers : il n’y a plus de consulat à Toulouse, c’est d’un pratique !) : on avait pris plein de chemins de traverse, Belleville, les rails abandonnés de la Flèche d’Or et ses tags, etc.
    Pour cet été, rien encore de prévu. On part en famille au printemps, comme tu sais. Et je suis sûre que tu trouveras quelque chose pour vos vacances de printemps (si tu veux, on vous laisse la maison, on a quelques jours en commun 😉 )

    1. PS : je viens d’aller vite fait faire un tour sur le site TrocMaison, histoire de rêver un peu. Je suis affligée de constater que la haine (ou l’imbécillité ?) de notre société ait engendré une section « LGBT bienvenus »…

    2. Oh la la, oui Val Lao. C’est une lapalissade; mais il y a TOUJOURS des trucs à faire dans une maison. Vois-tu j’étais contente d’avoir enfin mis des plinthes. Virgile m’a appelée ce matin en se brossant les dents; celle de sa salle de bains s’est décollée. Et ce n’est qu’un point sur ma liste de choses à faire, ou refaire.

      Mais justement, les échanges de maison sont souvent le bon moteur pour me faire avancer; cette perspective me donne des ailes pour enfin m’occuper de tous les trucs qui traînent.

      C’est chouette de retourner dans une ville sans se mettre la moindre pression; on sait que si on rate un truc, on reviendra. Mais finalement, ce sont ces balades nez en l’air, au pif qui restent les plus beaux souvenirs. Le truc qui a vraiment fait briller les yeux de Philéas cet automne, c’est quand on est tombés sur Station F au hasard d’une balade street art dans le 13ème. Imagines-tu les yeux de mon ado pétiller devant le paradis des start-ups ?

      Merci pour ton adorable proposition, c’est trop chou ! Je ne me suis pas encore sérieusement penchée sur la question mais j’espère faire coïncider les vacances avec l’anniversaire de Philéas et faire d’un pierre deux coups ( mais chuuut, restons aussi discrets que toi ).

      1. Oh mais si ce n’était que les plinthes… (nous aussi)
        Notre salle de bain ne comporte qu’une douche, pas de lavabo ni rien d’autre, n’est même pas carrelée ni peinte. Elle n’a pas de porte, ni la partie placard genre dressing (nous avons les portes mais pas le système d’accroche : ce sont des portes coulissantes en applique, et tout ce qui nous plaît pour les accrocher est hors de prix #goutsdeluxe)
        Une grande partie du jardin est toujours en vrac
        Les terrasses sont nues
        L’abri de jardin / voitures inexistant, donc beaucoup de bazar
        Quelques tours de fenêtres à faire (ça encore, ça n’est pas le plus difficile, d’autant qu’on a les planches)
        Notre chambre s’ouvre toujours sur le vide : elle surplombe légèrement le jardin, assez pour se faire une entorse.
        La « mezzanine » n’est toujours pas vraiment sécurisée (c’est mon atelier, le projet est de la fermer avec une verrière ; pour l’instant, on a juste posé une « barrière » qui est en fait une rampe d’escalier moche)….
        Et tout cela n’est que le plus visible et/ou le plus urgent, il y en aurait encore beaucoup à faire…

        Enfin tu vois, c’est pas juste un petit coup de collier qu’il nous faut, c’est aussi du budget.
        Et pour l’instant, on préfère le passer dans une semaine de vacances en famille, même s’il faut payer l’hébergement (j’ai trop trop trop besoin de vacances)

        1. Oh la la Val Lao; mis bout à bout, c’est vrai que ça fait beaucoup. Mais je crois que la seule solution consiste à faire les choses les unes après les autres, à votre rythme. Quand j’ai fait mon escalier en béton, je ne me serais pas crue capable de mener un tel chantier. Mais une fois le projet décomposé en marche, je me suis concentrée sur chacune d’entre elles sans penser à la suite. Ce fut long, mais je l’ai fait. Alors que si j’avais calculé au départ le temps qu’il faudrait, j’y serais encore.

          Avez-vous contacté un serrurier ou baladé dans un magasin spécialisé en serrurerie pour vos portes applique ? J’ai un projet du même genre et je me dis que la bonne solution passera sans doute par la case diy.

          Tu as raison, décompresser est aussi essentiel. Et puis, quand on rentre de voyage, on voit souvent notre maison autrement – au quotidien, on focalise parfois sur les petits détails sans regarder la globalité. Votre maison doit être géniale à vivre !

          1. Tu vois, Val Lao, mon appart était comme ça aussi : on avait raclé les derniers sous pour l’acheter, c’est même une copine (de blog) qui m’avait prêté de quoi faire le minimum de travaux ! Donc, pas échangeable. Petit à petit, j’ai fait faire le gros et quand on s’est dit qu’on voulait échanger, l’homme s’est motivé vitesse V pour peindre les salles de bain, la lingerie, changer les poignées de porte, vider le bazar… Car ici, c’est l’homme qui fait ça, moi, je recouds les boutons… je sais, ma mère doit se retourner dans sa tombe mais, en même temps, elle ne m’a pas appris à manier une perceuse. La seule fois où j’ai essayé, j’ai fait un trou dans la table et manquer tuer quelqu’un… je ne savais pas qu’il fallait sécuriser la mèche…
            Bref, échanger sa maison, en prime, ça pousse à faire tout ce qu’on remet à plus tard !

      2. Notre peut-être échangeur de S-F annonce que le site vivre avec « his partner Kevin ». Sur Intervac, c’est uniquement aux photos que l’on voit s’il s’agit de deux dames (deux couples repérés) ou deux hommes (un seul couple). Ca me semble tellement évident que je ne comprends même pas qu’on spécifie LGBT bienvenus. Par contre, des bambins de deux ans, chez moi, pas question 😉

  4. C’est vrai. Il y a quelques années, on avait un échange de maison à Brooklyn. Premier contact super.

    Puis Jacklyn revient vers moi et me dit, « I just wanted to precise that we’re 2 girls, black and jewish. I hope it isn’t a problem ». J’étais désolée pour elle qu’elle se sente obligée de le préciser.

    Une autre fois, une famille américaine nous a contactés en catastrophe juste avant l’échange pour s’assurer que nous n’avions pas d’arme à feu chez nous. Lors d’un anniversaire, leur fille était tombée sur l’arme de la mère de famille lors d’une partie de cache-cache. J’étais à la fois étonnée par leur question – mais surtout par la possibilité de faire un jour ce genre de découverte en cherchant un pansement dans une trousse à pharmacie par exemple. Donc on pourrait imaginer une nouvelle étiquette 😉 .

    Mais j’imagine que c’est compliqué pour trocmaison de s’adapter à toutes ces différences à travers le monde.

      1. J’étais quand même surprise qu’on puisse penser que je puisse en avoir une chez moi. Mais je te rassure, ce genre de possession n’a jamais effleuré aucun de nos échangeurs de maison. 😉

    1. Je ne sais pas si notre maison est géniale à vivre. Elle nous convient, c’est l’essentiel. Et je pense que son atout principal est LA VUE. En tout cas, je crois qu’elle est moins « pensée » que la tienne, et son effet est moins Waow (encore que pour certains, elle est très waow waow).
      Oui pour le système des portes, et aussi pour fermer la mezzanine, on a un copain qui pourrait nous le faire. Le tout est de trouver des créneaux qui conviennent à tous (il n’est pas sur place, il vit à une 100e de km)… En fait ce gars, je l’avais rencontré lors de mon tout premier marché, son stand était face au mien : il crée des objets contemporains en bois et ferronnerie. On a tellement sympathisé que quelques mois plus tard, on laissait notre maison à sa petite famille pendant qu’on partait au Portugal. Et le plus drôle, c’est que sa compagne fait le même métier que mon homme, et qu’ils ont commencé la même année (ils sont traducteurs indépendants) !

      1. Ce que je voulais dire, c’est qu’à force de focaliser sur de petits détails, on oublie parfois de regarder l’ensemble; vous avez déjà fait un boulot incroyable pour construire votre maison, c’est normal d’avoir envie d’une pause travaux, non ? 😉

        Cool, tu as donc la bonne piste pour créer la porte dont tu rêves. Et puis l’important, ce n’est pas de finir vite un chantier, mais de faire quelque chose qui nous plait vraiment ( et si possible dans notre budget ). J’aime bien laisser infuser les idées, le temps de trouver la bonne solution.

  5. Ce doit être vraiment génial!
    Bon, nous on a un appartement pas décoré, pas hyper bien placé pour les touristes, et il faudrait tellement vider que je n’envisage même pas l’idée….

    1. Tu sais, on trouve toutes sortes de maisons à échanger; parce que si on attend d’avoir un logement de rêve pour se lancer dans l’aventure, peu de gens pourraient le faire. Je pense vraiment que l’échange est avant tout une aventure humaine à partager – j’aime cette idée de remplacer de la consommation par du partage.

  6. Quelle belle photo de tes garçons ci-dessous ! Bonne journée Daphné !

    1. Merci Françoise ! C’était lors du premier échange de maison avec Virgile. Il avait 2 mois 1/2 quand on est partis tous les 4 en Australie. Je garde de merveilleux souvenirs de ces moments ensemble, si loin du quotidien.

  7. Super, tes expériences ! J’ai échangé deux fois ma maison (séjour à Paris puis dans un cottage en Irlande) et les deux fois, je suis très bien tombée aussi, ça s’est très bien passé : les enfants étaient ravies de découvrir de nouveaux jouets et une nouvelle chambre. Et cela nous a permis non seulement de voyager plus longtemps (payer un hôtel pour 4 pendant 15 jours en Irlande était inenvisageable) mais aussi de découvrir « de l’intérieur » une autre façon de vivre. Depuis que j’habite au Japon, je n’ose pas le faire car je pense que mon proprio n’apprécierait pas surtout qu’il faudrait tomber sur des gens particulièrement soigneux. Dommage, car ce système est génial, notamment avec des enfants !

    1. Oui, je suis entièrement d’accord avec toi ; en échangeant sa maison, on n’est plus un simple touriste. On vit une expérience proche de celles des habitants. Comme une immersion dans un autre quotidien – doublé de la re-découverte de sa région à travers les yeux de nos échangeurs.

      Oh la la, qu’est-ce que j’aimerais faire un échange de maison au Japon !

  8. C’est une super idée ! 🙂 Je n’ai jamais essayé mais c’est vrai qu’avec toute une petite famille ça doit être bien plus sympa.

    1. Oui, c’est une merveilleuse façon de combiner économies et partage : on peut partir plus loin, plus longtemps et plus souvent tout en expérimentant la vie quotidienne dans un pays en sortant du statut de simple touriste.

      Si le sujet t’intéresse, j’ai fait plusieurs articles pour expliquer ce que ça a changé dans notre manière de voyager.

  9. Merci Daphné, ton blog est une véritable mine d’or.
    Il y a longtemps que je suis prête pour l’échange de maison. ça bloque toujours du côté de Monsieur mais je ne désespère pas.
    Petite question : Pour les échanges hors France, j’imagine que la maîtrise de l’anglais est indispensable pour les discussions ?
    Dans ce cas, je vais prendre des cours car il n’est pas impossible que Monsieur accepte un jour mais je sais qu’il me dira – Bon, c’est d’accord mais tu t’occupes de tout.

    1. C’est une très chouette aventure Jo ! En fait, je tombe régulièrement sur des échangeurs de maison étrangers qui parlent français, mais j’essaie de profiter de la préparation de l’échange, puis du voyage, pour pratiquer un peu l’anglais. J’en ai rarement l’occasion au quotidien alors je n’hésite jamais quand je tombe sur un cobaye !

      Mais sur certains sites, comme trocmaison, tu peux voir les langues parlées par une famille avant de les contacter; ça aide beaucoup dans la recherche.

  10. Bonjour Daphné,
    L échange de maisons me tente beaucoup seulement nous habitons une petite maison dans une région fort peu attirante au regard du sud de la France (département du Doubs, secteur Montbéliard/Belfort) .
    Merci pour tes articles
    Bonne journée

    1. Justement Sylvie; j’avais fait un article qui pourrait t’intéresser. Il s’intitule: est-il possible de faire un échange de maison quand on vit dans une région qui n’est pas très touristique ? C’est là : https://goo.gl/CGZV5q

      J’espère qu’il pourra t’être utile !

  11. On a fait notre tout premier échange au printemps dernier, et on a très hâte du prochain !! On s’y est pris trop tard pour l’été dernier, mais j’ai bon espoir pour aout 2018 😉 Tu t’y prends combien de temps à l’avance d’ailleurs pour ces périodes ?
    Seul souci pour nous, on ne peut pas prendre suffisamment de vacances pour assouvir toutes nos envies 🙁

    1. Oui Elodie, c’est un sacrée drogue; une fois qu’on a testé l’échange de maison, difficile de revenir en arrière. Ah la la, je suis déjà en pleins préparatifs de notre échange de maison pour l’été prochain. L’avantage, c’est que les billets d’avion sont encore bon marché en cette période. Mais on peut aussi tomber sur des échanges de maison de dernière minute; c’est été, c’est ainsi que nous sommes partis en Suisse.

      Si ça t’intéresse, j’ai fait un planning idéal pour organiser un échange de maison : https://goo.gl/dyX5W9

  12. je n’ai jamais échangé de maison, des amis proches le font régulièrement et en sont ravis, donc je te comprends..
    je préfère voyager pendant un séjour dans un pays, le dernier ne date, le Japon en octobre, rester sur place me semble gêner les voyages dans le pays..mais je me trompe peut être?
    je ne reçois pas ta newsletter (alors que je suis bel et bien inscrite, c’est très bizarre) (je l’ai eu une fois)
    je trouve ton blog super! bravo!
    bonne journée (de Bretagne)

    1. Merci pour ton message Catherine, c’est tellement gentil. Je ne fais qu’une newsletter au début de chaque mois, pour ne pas polluer vos boîtes email. Si tu es abonnée depuis plus d’un mois et ne l’as pas reçue, peut-être est-elle automatiquement classée dans l’onglet notifications de ta boîte email ?

      Oui, c’est vrai que l’échange de maison n’est pas comparable à un voyage itinérant. On est ici plus dans une immersion quotidienne ( qui n’empêche pas de rayonner ). Quand on est allés au Québec cet été, on a combiné notre échange de maison à Montréal avec un quelques jours à Ottawa puis une semaine en road trip jusqu’à Tadoussac. Idem lors de nos échanges en Nouvelle-Zélande ou Australie.

      Je pense que ce peut être intéressant de combiner les deux pour étendre un voyage au-delà de ce qu’on aurait le moyens de financer ( rester plus de 3 semaines à Montréal n’aurait clairement pas été possible financièrement ).

  13. Bonsoir chère Daphné ! Ces articles sur les échanges de maison me passionnent vraiment et j’espère un jour passer le pas… Je crois que je suis prête, mais hélas ma maison, elle, ne l’est pas encore. Elle est située en bord de mer dans un chouette coin de Bretagne, ce qui est bien sûr son atout majeur, et a été rénovée récemment, mais il y a encore bcp à faire et je suis un peu découragée par l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir : c’est actuellement une cour goudronnée et un terrain en friche qui tiennent lieu de jardin, certaines fenêtres n’ont ni volets ni rideaux (bon OK, elles ont vue sur la mer), la nouvelle terrasse surélevée n’est pas sécurisée… et last but not least, il n’y a pas de connexion internet, ni même de TV (oui je sais, c’est moche, mais j’espère très provisoire !!!) Bon, j’ai bien pensé à la proposer à une famille (avec ados de préférence, pour que ce soit + drôle ) en overdose de wifi et d’écrans en tout genre, mais pour le moment j’ai peur que ça ne passe pas !

    1. Si je peux te rassurer Karoll, tout n’est pas fini ici non plus et comme je refuse d’arroser une pelouse alors qu’on manque déjà d’eau, je préviens toujours nos échangeurs qu’il n’y aura pas d’herbe verte en été. Mais l’échange de maison est ma meilleure motivation pour faire les travaux d’aménagement/rénovation/entretien nécessaires ici aussi. Je me dis que l’argent que je ré-investis l’argent que j’économise en voyage dans nos travaux. Ainsi, nos échangeurs trouvent une maison plus agréable et moi, j’en profite au quotidien.

      Quand au WiFi ou TV, ça tant à devenir obsolète 😉 . La plupart de mes échangeurs viennent avec leur ordi portable et j’utilise la 4G incluse dans mon abonnement en voyage. Mais j’adore l’idée de la maison cure pour les accros – attention, tu risques d’avoir plein de demandes !

  14. Merci d’avoir pris le tps de me répondre Finalement je vais peut-être réfléchir + sérieusement au concept du « no wifi » , qui pourrait peut-être convenir à qqs citadins au bord du burn out ?! Quant à la pelouse verte, en Bretagne on a largement ce qu’il faut de ce côté-là avec l’arrosage naturel, je peux t’en faire livrer qqs hectares qd tu veux !!!

    1. Je pense que c’est le vrai luxe aujourd’hui ; déconnecter complètement ( et pour les autres, la 4g marchent très bien ).

      C’est une vraie calamité ici; pratiquement pas de pluie depuis plus de 7 mois et l’herbe commence à peine à repousser dans mon terrain de garrigue; je commence à être sérieusement inquiète pour les nappes phréatiques. Oui, je prends toute l’eau que vous pouvez m’envoyer !

Laisser un commentaire