Sacré chantier ! Comment faire un escalier en béton extérieur ?

Comment construire un escalier en béton dans un jardin ? 

Attention, cet article au fort potentiel glamour est rempli de photos de béton, coffrage, treillis et truelles. Toutefois, amie modeuse, sache qu’en construisant toi-même ton escalier en béton, tu économiseras facilement de quoi t’acheter de beaux escarpins. Moi, j’ai pris l’option “voyage en amoureux”; je marche difficilement sur de hauts talons. 

L’escalier en béton de mon jardin est terminé depuis quelques semaines et je ne pouvais m’empêcher de crâner un peu en vous présentant mon chef-d’oeuvre. La première marche n’était que le point de départ d’un escalier en béton qui descendrait jusqu’à mon atelier en évitant de se tordre la cheville. Ma garrigue est belle, mais pentue, nécessitant donc des aménagement pour la rendre praticable.

Je préfère vous prévenir d’avance, en cliquant sur “lire la suite”, vous allez crouler sous une tonne de photos de chantier, toutes plus floues et mal cadrées les unes que les autres. Mais pas facile de prendre des photos avec des gants dégoulinants de mortier. Allez, n’ayez pas peur, c’est parti :

Première marche de mon escalier en béton 

comment faire un escalier en bétoncomment faire un escalier exterieurconcrete stairs diyescalier exterieurcoffrage escalier en betonconcrete steps

Donc, accolée à la première et à la jardinière, j’ai construit cette seconde marche, véritable point de départ de l’escalier. Comme le terrain est très pentu, le plus compliqué fut de fabriquer le coffrage et de l’ajuster. J’ai volontairement créé une pente sur la droite de la marche pour diriger les eaux de pluies dans cette direction. Après décoffrage, j’étais plutôt fière de moi; la marche est propre et bien alignée, pari gagné ! C’est alors que je me suis retournée :

construire un escalier en béton exterieurconcrete steps diy

Marche après marche, réalisation de l’escalier en béton

Et j’ai réalisé l’ampleur de la tâche qui m’attendait ! J’avais construit une marche d’1 mètre de long mais il en restait encore 7 devant moi avant d’atteindre mon but : rejoindre par un escalier en béton la galerie en bois et métal devant mon atelier. Difficulté supplémentaire, il me faudrait intégrer discrètement à fleur de marche le regard que vous voyez le long du mur. J’avais déjà mis 2 sacs 1/2 de mortier dans la seconde marche, il fallait donc que je trouve une solution pour ne pas avoir à mélanger trop de mortier pour ce chantier. Comme nous n’avons pas de bétonnière, on s’est réparti le travail: mon cher et tendre mélangeait le mortier tandis que je préparais les coffrages, ramassait les pierres et coulais les marches. La galerie fait 1.10 mètre de large mais j’ai décidé de réduire mon escalier en béton à 82 cm pour que le projet reste réaliste.

Ces photos, à l’esthétisme indéniable, montrent bien la double problématique de cette pente; une descente très raide vers l’atelier, ainsi qu’un ruissellement d’eau de pluie qui entraîne inexorablement le gravier de notre chemin d’accès et érode le sol. Grâce aux jardinière et escalier faits maison, je vais empêcher le gravier du chemin de dévaler la pente et détourner l’eau de pluie qui stagne en contrebas.

C’est reparti pour une troisième marche, assurément la plus compliqué. On y a passé 300 kilos de mortier et encore plus de pierres. Le temps de laisser la marche sécher, nos bras endoloris se reposer, on a repris le travail, au rythme de deux marches par semaine :

how to build concrete stairshow to build outside concrete stairsconstruire un escalier en bétonfaire un escalier en bétonhow to make outside concrete stepshow to make outside concrete stairs

Faire un escalier en béton dans un terrain en pente

On est repartis du bas de l’escalier; j’ai ajusté aussi précisément que possible mes marches pour qu’elles soient régulières et intégrer le fameux regard. Grande émotion quand, après quelques semaines de travail, j’ai enfin décoffré la toute dernière des 10 marches. Et parce que les travaux ne sont jamais terminés, j’ai aménagé le petit bout de garrigue devant mon atelier, qui dépérissait sous graviers et eau stagnante.  Une jardinière et deux restanques en gabions plus tard, c’est enfin un vrai jardin. Mais c’est déjà une autre histoire, que je vous raconterai plus tard, si vous êtes sages.

Si vous souhaitez vous lancer dans la construction d’un escalier extérieur en béton, tous les détails techniques et conseils sont en fin d’article. Mais voici déjà notre première montée des marches :

 

outside concrete stairsescalier en bétonescalier en béton jardinconstruire escalier jardin betongarden concrete stairs diyoutside concrete stairs tutorial

Il me reste encore à végétaliser les abords de l’escalier. J’attends de voir si mes romarins prennent bien avant d’en planter tout le long pour faire la transition avec la nature autour.

Conseils pratiques pour construire un escalier en béton

Dans cet article, j’explique comment j’ai construit la première marche, qui fut le point de départ de l’escalier. Vous y trouverez tous les détails techniques et conseils pour construire facilement une marche en béton. Vous allez voir, ce n’est pas si compliqué. Pour construire un escalier en béton dans un jardin en pente, voici mes conseils :

Avant de commencer

  • planifier votre chantier : pour travailler proprement sans s’épuiser, il est important de bien planifier vos travaux en les découpant en tranches successives. Comme il est difficile de reprendre du béton une fois sec, mieux vaut réfléchir et bien préparer son projet avant de le couler
  • mesurer : à l’aide d’un mètre et d’une grande règle an aluminium, ou d’un laser, prendre des mesures précises et faire un plan d’implantation de votre escalier
  • réfléchir à la taille des marches : “balancez” bien votre escalier en faisant des marches régulières. Testez différents escaliers en notant hauteur et longueur des marches pour vérifier que le vôtre sera agréable à emprunter. Ici, je devais m’adapter à une pente irrégulière et un regard à encastrer, j’ai créé différentes séries de marches, dont une grande de 2.5 m de long en légère pente
  • pour que votre escalier en béton vieillisse bien, penser à faire déborder chaque marche 10 cm sous la suivante. Ainsi, chaque marche repose sous la précédente, consolidant l’ensemble de l’escalier
  • n’oubliez pas de lier les marches entre elles par un treillis de fibre de verre. A l’arrière de chaque marche, laissez une longueur de treillis de fibre de verre déborder pour lier la marche suivante
  • tenir compte du ruissellement d’eau de pluie : observer le ruissellement. Pour éviter que l’eau ne stagne sur vos marches, faites de légères pentes vers l’extérieur. N’oubliez pas de tenir compte de ces pentes dans le calcul de la hauteur totale de l’escalier ( pensez à additionner hauteur de la marche + pente de la marche  pour obtenir la hauteur finale de l’escalier ). En  maçonnant la surface de la marche, faites également attention à ne pas créer de creux
  • afin de limiter au maximum le ruissellement en contrebas, j’ai créé une rigole à mi-hauteur de l’escalier pour drainer les eaux de pluies vers l’extérieur
  • si possible, fixez une grande feuille de papier à l’endroit où vous allez construire votre escalier en béton, et dessinez vos marches pour les visualiser afin de confronter vos plans à la réalité
  • si la longueur de votre escalier est importante, il peut être intéressant de le commencer simultanément en bas et en haut. Ainsi, vous limiterez le temps d’attente pour le séchage des marches en béton et pourrez plus facilement rectifier si votre escalier, trop haut, trop bas, pas bien aligné
  • pour faire la jonction entre l’escalier en béton et la galerie, j’ai laissé une rigole de 10 cm de large, que j’ai remplie de paillis d’ardoise. Cette solution, assez esthétique mais simple à mettre en oeuvre, draine l’eau de pluie sans avoir de rigole apparente, tout en permettant l’accès à la structure en métal de la galerie pour pouvoir la repeindre

Faire les coffrages

  • attention, pour éviter de voir votre bel escalier en béton se fissurer, il faut impérativement laisser un joint de dilatation entre celui-ci et le bâti existant. Pour faire ce joint, j’ai opté pour du carton épais ou du mdf. Ainsi, j’ai tracé le niveau de chaque marche, ce qui m’a guidée pour le coulage. Des panneaux plus grands que nécessaire m’ont permis de pour protéger l’enduit existant
  • ajustez bien vos coffrages, surtout si votre terrain est en pente irrégulière. Ici, construire les coffrages fut une tâche complexe. J’ai repris chaque coffrage plusieurs fois pour l’adapter à la pente. Mais si votre terrain est plat et vos marches régulières, vous allez pouvoir réutiliser votre coffrage initial pour faire toutes vos marches – quelle chance !
  • après avoir tenté de maintenir mon premier coffrage avec des pierres glanées sur le terrain, j’ai finalement préféré acheter des parpaings que j’ai rempli de pierres pour les alourdir
  • ne négligez pas la consolidation de votre coffrage pour le maintenir en place lors du coulage. N’oubliez pas qu’ils vont devoir supporter la pression de plusieurs dizaines, voire centaines de kilos de béton. C’est plutôt stressant de voir son coffrage commencer à bouger alors qu’on coule le béton. Mieux vaut prendre des précautions que de risquer de voir son ouvrage se déverser ou bouger
  • les coffrages droits sont faits en voliges de chantier. Comme mes coffrages ne comportaient que souvent que deux faces, je les ai renforcés à l’angle par une seconde épaisseur de volige afin qu’ils restent d’équerre
  • et j’ai laissé déborder la face de côté du coffrage pour l’appuyer sur la marche précédente
  • pour la longue marche arrondie, j’ai renforcé la face avant en volige pour qu’elle reste bien droite. La partie arrondie est faite de deux panneaux superposés de mdf  de 6 mm d’épaisseur, qui présente l’avantage de se cintrer facilement. Pour supporter le poids du béton, j’ai renforcé ces panneaux tout le long avec des parpaings et de grosses pierres

Coulage de l’escalier en béton

  • pensez à toujours avoir un peu plus de mortier et de pierres, ou de béton, que nécessaire. C’est assez frustrant de devoir interrompre son travail pour courir acheter des matériaux
  • couler chaque marche d’un coup. Les faces de vos marches risquent de ne pas être très propres si vous reprenez votre travail sur du béton déjà sec
  • ne pas oublier de faire un lit de pierres au fond de chaque marche pour stabiliser le sol et ne pas risquer de voir votre ouvrage s’affaisser
  • pour consolider mes marches en béton, j’ai préféré le treillis de fibre de verre au treillis soudé en acier. Le treillis de fibre de verre est tout aussi résistant mais beaucoup plus facile à travailler. Il est souple et se coupe aux ciseaux, facilitant grandement le travail
  • ne lésinez pas sur le treillis de fibre de verre. Même si, théoriquement, une épaisseur suffit, j’ai préféré en mettre 2 ou 3 par marche, en travaillant comme si je faisait des lasagnes : une couche de mortier, une couche de treillis de fibre de verre, une couches de pierres ou de gravier et ainsi de suite
  • mais, surtout, laissez le treillis déborder sous la marche suivante pour qu’il tienne bien deux marches ensemble. Si possible, essayez d’avoir un seul treillis qui lie toutes les marches ensemble. Sinon, liez toujours au moins deux marches par un treillis de fibre de verre
  • et quand la surface de votre marche est dure comme du cuir, n’oubliez pas la lisser doucement à l’éponge pour égaliser la surface. Attention, ce sera impossible à faire quand elle aura complètement durci

Conseils généraux pour faire de la maçonnerie

  • priorité à la planification ; observez votre terrain, réfléchissez et faites des plans avant de commencer votre chantier
  • la conception du coffrage est une étape cruciale pour obtenir un résultat propre et droit. Ne négligez pas cette partie préparatoire
  • mieux vaut mélanger régulièrement de petites quantités de béton. Préparer un demi-sac à la fois suffit pour ce type de chantier. Il est toujours difficile de trouver à quoi utiliser du béton superflu
  • n’oubliez pas de mettre des gants imperméables pour protéger vos mains, le béton est agressif et dessèche la peau
  • mettez aussi des chaussures fermées et solides, qui protégeront bien vos pieds
  • enfin, la crème solaire n’est pas superflue
  • je travaille toujours en musique, pour garder la pêche et le rythme et n’oublie pas de boire régulièrement de l’eau
  • procédez par étapes. Inutile de la regarder dans son ensemble, la tâche paraîtra insurmontable. J’ai travaillé marche après marche, sans penser à l’ensemble de l’escalier
  • et, surtout, savourez votre fierté une fois votre travail achevé. En faisant cet escalier en béton moi-même – plus important encore que les économies réalisées – j’ai surtout l’immense fierté d’avoir réussi à le faire. Repousser ses limites et voir de quoi on est capable, n’est-ce pas une des plus grandes joies de la vie ?

Avez-vous déjà fait de la maçonnerie ? Essayeriez-vous de faire un escalier en béton dans votre jardin ? Auriez-vous des idées pour aménager les abords de mon escalier ?

44
Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Christine
Christine

Très cool tes « escarpins façon voyage en amoureux » (comme le reste de ta tenue d’ailleurs). Au début du billet, je croyais que tu rigolais : je m’attendais à découvrir une photo de toi en train de te limer les ongles sur les bords d’une jardinière (façon nain de jardin glamour) pendant que ton mec suait sang et eau, les deux pieds dans le bac de béton, pour réaliser ton petit rêve d’escalier. Mais en fait pas du tout ! Je n’en reviens pas que tu te sois lancée dans une pareille entreprise ! Franchement, chapeau bas ! C’est vraiment ce qui s’appelle mouiller la chemise. J’imagine qu’à la troisième marche tu as dû légèrement regretter ton plat pays – et copieusement insulter la garrigue pentue (en Flamand pas vraiment rose, au besoin…). Mais le résultat en vaut vraiment la peine. Pour répondre à ta question « avez-vous déjà fait de la maçonnerie », la réponse est oui : j’ai réalisé un bougeoir en béton (et je me suis abîmé deux ongles). J’imagine que ça compte ? Pour la deuxième question « Essayeriez-vous de faire un escalier en béton dans votre jardin ? » Jamais de la vie ! Folie ! Fort heureusement (pour mes ongles), chez moi, le terrain est plat. Mais dans le cas contraire, je ne m’en sentirais pas le courage. Enfin pour aménager les abords de ton escalier, j’aurais tendance à dire, romarin, thym, lavande, figuiers de Barbarie… bref tout ce qui pousse bien tout seul dans la garrigue.

PS : je suis la Christine avec laquelle tu as eu un échange au sujet de Porto, sur le blog de Caro. Ton site est un pur enchantement. Et je n’ai pas tout vu ! J’essaie de faire durer le plaisir, comme avec les bouquins que j’aime… Mais déjà Ohhhh ! Le film sur les canaux d’Amsterdam ! Ta chambre !!! Le tote bag Mère Veilleuse ! L’Islande ! Moi qui m’exporte très mal en dessous de 25° (je suis une vraie méditerranéenne), tu as réussi à me tenter en me présentant ta randonnée de Feu et de Glace. Bref, je suis totalement sous le charme.

magwel
magwel

moi je dis wahou ! je garde cet article sous le coude pour tous les conseils. Le béton ne me fait pas peur mais les erreurs sont vite là (béton qui craquelle, …). Encore bravo car c’est très beau.

Val Lao sur la Colline

Waow ! Tu as toute mon admiration ! Bravo vraiment ! Et ce d’autant plus que je réalise bien ce que c’est qu’un tel chantier.
Je n’ai jamais entrepris un travail d’une telle envergure. Je crois que le plus gros truc du genre que j’ai fait, c’est peindre la totalité de ma maison, sous-couche et 2 couches, tous les plafonds et tous les murs, parfois juchée à 3 mètres de haut juste sur une planche vissée entre la dernière marche et l’échafaudage…… J’ai posé la laine de verre aussi, vraie partie de plaisir, heureusement partagée sur un week-end avec les copains… Et vissé avec mon homme tout le bardage bois, des longues planches bien épaisses, de 4 mètres de long X 17 cm, que je recoupais à la scie circulaire si nécessaires (ce truc me foutait une trouille folle, mais j’ai coupé quelques centaines de planches avec). J’ai arrêté de compter à 10.000 vis (oui) mais nos épaules gauches s’en sont souvenu longtemps, elles… Au début du chantier, j’avais le vertige sur un escabeau, et quelques mois plus tard, je vissais la plus haute planche de la maison, à 7 mètres de haut !
C’est sans doute pour ça que je ne daigne plus m’abaisser au sol pour installer nos plinthes ! Ces bas de murs nus, parfois à peine peints, ça fait loft non ? (je sais que tu sais)
Bref, je suis épatée par le résultat de votre escalier, et surtout je vois bien la somme d’efforts nécessaires. C’est du pur délire.
Pas de meilleure idée que la tienne pour aménager les abords, sans doute faudra-t-il planter assez loin pour que ça ne finisse pas par gêner le passage…
Quoi qu’il en soit, vous avez bien mérité votre séjour à Porto !

Christine
Christine

Et toi tu as bien mérité d’emporter le joli sac mis en jeu par Daphné : 10.000 vis tout de même ! Et puis en découvrant que certaines utilisaient avec maestria une scie circulaire, les deux bras m’en sont tombés. A part ça, j’adore ton pseudo. Sauf que, au lieu de me renvoyer à une certaine élévation de l’esprit (Lao-Tseu, sagesse et pensées profondes du style : « Qui mange un chien, chihuahua »), ton « Val Lao sur la Colline » me colle invariablement la chanson de Joe Dassin dans la tête pour la journée : « Elle m’a dit d’aller là-haut siffler sur la colline, de l’attendre avec un petit bouquet d’églantines… Zaï, zaï, zaï, zaï… Whooho ! zaï, zaï, zaï … Whooho ! Whooho ! » C’est bon ? Tout le monde l’a aussi pour la journée ?… Merci Val !

Val Lao sur la Colline

Hahaha mince alors ! J’ai encore du boulot avant que mon pseudo fasse penser à une colline du Gers !

Morgane
Morgane

Wahouwow! L’idée ne me serait jamais venue à l’esprit d’entreprendre un chantier pareil. Vraiment bravo. Heureusement je n’ai nul besoin d’escaliers;-) C’est quoi ton prochain grand projet?!

Penat13
Penat13

Bravo ! Cette maison et son endroit ont l’air superbe