aimer ses imperfections

Aimer ses imperfections

Notre insatiable quête de perfection

Partout autour de nous fleurissent des injonctions; mais comment répondre à cette quête de perfection qu’on nous somme de suivre ? Dans les médias, sur les réseaux sociaux, ces vies si parfaites s’étalent, prolifèrent et se dupliquent à l’infini. Notre oeil est habitué à voir des corps retouchés, phrases new age, photos mises en scène dans des décors paradisiaques, où se cotoient marbre, super aliment et bouquin de philo – ça fait toujours bien en photo. Mais où est la vraie vie dans tout ça ?

Les gourous du bien-être prolifèrent, nous enjoignant à la gratitude et au bonheur permanent tout en nous balançant du rêve consommable qui sonne creux. Parfois, j’ai l’impression que tout se clone, comme ces photos de fleurs de cerisiers qu’on ramasse à la pelle sur instagram dès que le printemps déboule. La frustration est tapie en embuscade, prête à nous laisser croire que notre vie ne sera jamais enviable.

Et si on n’est pas capable de suivre ce mouvement, est-on un raté ? Quoi, on n’a pas avalé de smoothie bowl au petit déjeuner en célébrant notre miracle morning avant d’éveiller les enfants en pleine conscience. Et si on n’a ni tapis boucherouite ni cactus dans son panier, si on a encore une télé, notre vie vaut-elle vraiment la peine d’être vécue ?

La somme de nos imperfections

Je me demande ce que cache cette quête insatiable de perfection pour répondre aux injonctions de notre société parfois schizophrène. Mais au fait, est-il possible, voire souhaitable, d’être parfait ? Le monde n’est-il pas peuplé de gens tous bien heureusement imparfaits ?

Dans une vie parfaite, aucun grain de sable ne viendrait perturber notre quotidien bien huilé. Aucune surprise, ni imprévu. Ce monde aseptisé, lissé, botoxé, ressemblerait au Truman Show. Ne serait-ce pas terriblement ennuyeux ? Après tout, la vraie vie s’engueule, dérape, se vautre et recommence.

J’ai souvent envie de me replier dans ma coquille quand les choses ne vont pas comme je le voudrais. Et j’ai peur de vouloir me transformer en bernard-l’hermite à l’approche de ces élections que je redoute de plus en plus. Mais justement, n’est-ce pas l’occasion de regarder le monde autour de soi tel qu’il est vraiment ? Dans la vraie vie, pas de corps parfaits, maisons impeccables, enfants toujours sages et comptes en banque florissants.

sortir de sa coquille

Avec Bernard Lhermite, la France sort de sa coquille – votez pour lui !

Apprendre à aimer ses imperfections

Jour après jour, on fait de notre mieux pour tenir la barre et garder le cap. Je ne connais personne qui vogue sur une mer d’huile. On fait comme on peut, même quand notre embarcation prend l’eau, quand les vagues se fracassent et nuages s’amoncellent. Alors certes, c’est loin d’être parfait. Mais je crois que la seule façon de s’en sortir est d’être bienveillants. Bienveillants avec les autres, mais d’abord avec nous-même. Et si on apprenait à aimer ses imperfections ?

C’est la somme de toutes nos imperfections qui fait ce que nous sommes. Je crois que c’est aussi pour leurs imperfections qu’on aime les autres. Qui aurait envie de vivre avec Mr Parfait ? Alors ne nous replions pas seul dans notre coquille – partageons nos heureuses imperfections qui rendent notre vie plus riche. Ecoutons les autres, il ont tant à nous apprendre sur nous.

Cette phrase de Christophe André me trotte dans la tête :

« Souris, fais de ton mieux, et surtout : n’oublie pas d’être heureux. »

J’y penserai dimanche en allant voter. Soyons imparfaits et libres de faire ce qui nous rend vraiment heureux. Aimer ses imperfections et celles des autres, voilà une façon de s’ouvrir au monde. N’oubliez pas, le vrai bonheur n’est pas instagrammable.

Partager:

Poster un Commentaire

27 Commentaires sur "Aimer ses imperfections"

avatar
Marikat (Selki)
Invité
Marikat (Selki)

Un seul mot me vient à l’esprit en te lisant, désolée mais j’ai pas trouvé mieux 😉 AMEN !!!!!!
Et ces élections me font trèèèèès peur aussi, surtout depuis l’attentat d’hier soir
Gardons optimisme et bienveillance en tête et dans nos coeurs !

Jo Ridée rieuse
Invité

C’est drôle ce petit billet sur les imperfections. Hier soir, Monsieur JST a lavé une salade, une salade de son jardin (je vais très peu dans cet endroit). Il a préparé une vinaigrette et nous avons mangé cette délicieuse salade, craquante à souhait.
En rangeant, j’ai remarqué qu’il n’avait pas nettoyé l’évier. Il y avait de la terre un peu partout. Bien sûr, je pouvais lui dire – Tu exagères, tu pourrais nettoyer ! Et puis, non, je suis restée sur l’idée de la bonne salade… et j’ai passé l’éponge (au propre et au figuré). Moi non plus, je ne suis pas parfaite, être un couple, c’est aussi accepter les imperfections de l’autre.

bobette
Invité
bobette

OUH la, c’est tout à fait moi, ça mais je fais des efforts aussi!

Dom
Invité
Dom

Hello Daphné et les autres, vous avez raison; accepter ses imperfections et celles des autres. Aujourd’hui je vais sérieusement essayer d’être positive à 100% et je ferai le compte ce soir. 🙂

Brigitte
Invité
Brigitte

Et si aimer ses imperfections était une injonction de plus? La perfection suprême: aimer ses imperfections… Oui, je sais, je pinaille 🙂
Merci pour votre joli blog et belles réflexions!

Céline
Invité
Céline

Daphné, je te lis depuis bien trop peu de temps, mais ce que je découvre ici me semble d’une richesse inouïe…
Ton post d’aujourd’hui résonne en moi, surtout en ce moment… En perpétuelle quête de perfection corporelle, je vis dans la frustration permanente : de ne pas voir le ventre plat, d’avoir un peu de cellulite, des mollets trop musclés, des bras trop gras… La nourriture est une obsession…. Je l’adore… mais je la déteste…
Et puis je culpabilise de ne pas arriver à jouer avec ma fille de 3 ans comme elle aimerait que je le fasse… Je déteste faire de la pâte à modeler moi 🙂
Mais malgré tout ça, je me dis que ça ne va pas si mal, dans ce monde qui ne tourne pas rond… J’ai bien plus de chance que certains…
Alors je prends, et j’essaie de faire preuve de bienveillance envers moi-même et envers les autres. Et ça marche !
Des bises

MarieL
Invité
MarieL

Aïe, j’espère que Philéas va bien ?
Qu’est ce que ce texte me fait du bien aujourd’hui, merci Daphné.
Je ne sais plus où j’ai lu que : si la vie te donne des citrons, fait-en de la limonade.
La cuisine c’est pour moi un véritable geste d’amour et de partage alors aujourd’hui je vais acheter des citrons (bio, les citrons) pour faire du « Lemon posset »…
Et aussi, ma maman disait souvent Yalla !. Hors de tout contexte religieux c’est d’abord un concept qui veut dire: allez, on y va, avec ce qu’on a et dans la joie…bha oui, tout ça en même temps 😉
Des pensées pour ton grand.

DOMINIQUE
Invité
DOMINIQUE

Tu as tellement raison, Daphné. Je m’étais fait la réflexion en voyant une jeune femme à la télé, dans une pub. Elle avait les deux dents de devant un peu longues, genre « lapin ». Et un sourire à craquer, une charmante façon de parler.
Si elle avait eu les dents toutes pareilles, elle n’aurait pas eu ce petit défaut, cet accroc qui la rendait mignonne comme tout.
Aimons nos accrocs ! Il me faudra quand même un jour ne plus aimer ma bibliothèque, qui déborde de partout, et un peu la ranger. Mais j’aime pour l’instant ce bazar tout sauf instagrammable où les rencontres littéraires se font par inadvertance !

Reine
Invité
Reine

Tout à fait….
En 2012 ma meilleure amie est morte d’un cancer En 2 mois, elle est passée d’une femme splendide , solaire, à une pauvre petite chose, douloureuse sur le drap blanc de l’hôpital….un choc , un traumatisme ….et depuis … je suis tous les jours tellement heureuse d’être juste là, en forme, aimée, aimante, et avec toutes mes imperfections….

Josiane GELAUFF
Invité
Josiane GELAUFF

Encore une fois, quel bonheur de lire ton message. J’ai lu également les commentaires, tout cela me fait un bien fou ! surtout que ce matin en voyant ma tête dans le miroir de la salle de bains, comment dire ? j’ai eu envie de fuir, où ? ça je ne sais pas ;-), ou retourner sous la couette…. Alors lire ton message m’a redonné courage.
Les élections ? je peux dire (je travaille dans une mairie au service « population » donc il y a entre autre le secteur « élections ») qu’il n’y a jamais eu autant de procurations faites !! les gens semblent être sensibilisés pour ces présidentielles.
je te – vous – souhaite un bon weekend.

Fredix
Invité
Fredix

Quand j’étais ado, je ne m’aimais pas du tout ! Je disais que si je me connaissais , je ne me fréquenterais pas ! J’ai pourtant eu pendant des années un sweat-shirt sur lequel Snoopy disait :  » Je suis ce que je suis et j’aime ça !  » ! Je viens de comprendre que la méhode Coué a finit par marcher ! Un peu ! « Ce qu’on te reproche, cultive le , c’est toi » Jean Cocteau.

Fredix
Invité
Fredix

Au fait, Daphné, si tu avais accompagné Philéas au Lycée, vous auriez pu avoir un accident de voiture beaucoup plus grave !
Pas de comédies trop rigolotes demain sinon Philéas va avoir mal !!!!

bobette
Invité
bobette

Ton billet est très riche et beaucoup de phrases m’interpellent.
Ce que tu as pensé quand Philéas a eu son accident, cette culpabilité en fait, je la vis très souvent. Mais voilà, la vie est faite d’imprévus et il faut l’accepter, ce qui pour moi est très dur.
Je suis d’une nature particulièrement anxieuse, je sais pourquoi, mais je ne parviens pas à éliminer totalement cette peur d’à peu près tout. Alors, j’apprends à vivre avec, avec un peu de bienveillance envers moi même.
J’aime beaucoup ce que tu dis sur cette consigne de sécurité en avion. je ne la connaissais pas mais c’est terriblement vrai. J’essaye de l’appliquer aussi en expliquant à mes enfants que si je ne peux pas me reposer un minimum, si je suis trop speed je ne pourrais pas leur apporter ce qui est bon pour eux (y compris des bons petits plats) et en fait ils comprennent très bien en grandissant.
j’ai du mal à voir mon visage se faner petit à petit et pourtant chaque jour qui passe je le chéris. je sais la vie si précieuse et fragile. Je sais que le bonheur rend belle, et les nuits de sommeil réparatrices aussi.
Enfin, je voulais te remercier de nous rappeler que ce que l’on voit sur instagram n’est pas la réalité toujours. c’est surtout physiquement et pour la mode que je men sens en décalage…
Je suis tellement ravie de venir te lire tous les jours. Tu as une énergie incroyable je trouve.
Et pour demain, j’ai un peu peur. Dans les Hauts de France, la haineuse est donnée favorite…
Voilà, j’espère que les blessures de ton grand cicatrisent vite. Heureusement qu’il avait un casque. Et oui, c’est plus sage d’en porter un toi aussi!

wpDiscuz