story sur instagram

Pourquoi utiliser les story Instagram ?

Mon rapport aux story Instagram 

Au début du blog, je me contentais de publier des articles ici . Et basta ! Je n’avais pas de réseaux sociaux et me portais très bien comme ça.

Une bonne année plus tard, je me suis décidée à ouvrir des comptes pinterest, facebook et instagram pour le blog et j’ai commencé à les alimenter – avec plus ou moins d’enthousiasme ( je vous ai d’ailleurs déjà parlé de ce que je pense de facebook ).

instagram story

Pourquoi j’ai commencé à utiliser plus souvent instagram story

Mon compte instagram est longtemps resté confidentiel ; je publiais sporadiquement et suivais peu de comptes . Il y a un an et demi environ , j’ai commencé à partager plus régulièrement et l’arrivée des story instagram a été un déclic . Ces courtes vidéos tournées sur le vif sont parfaites pour partager facilement des instantanés de vie qui ne rentrent pas ici . C’est tellement simple à utiliser ; il suffit de dégainer son téléphone, filmer et partager .

J’ai commencé à m’en servir pour faire des comédies musicales du bricolage ( ahem , yes I did it – mais je suis belge , le ridicule ne fait pas peur ) , parler de films vus , montrer recettes ou bricolages en cours ou coulisses du blog . Le côté hyper spontané d’une story instagram reflète bien mon quotidien .

Instagram en voyage

Mais c’est en voyage que les story instagram deviennent vraiment intéressantes ; cet outil est parfait pour partager un voyage en temps réel. Je manque clairement de temps pour faire de vrais vlogs – je suis d’ailleurs terriblement frustrée de voir ces heures de vidéos qui prennent la poussière sur mon disque dur en attendant un hypothétique montage. Une story est certes beaucoup moins léchée mais au moins c’est hyper simple à faire ; hop, je sors mon téléphone et en moins de 30 secondes c’est chez vous . J’aime aussi l’interactivité que la story instragram apporte . Comme chacun peut la commenter en temps réel , c’est tellement simple d’ échanger en direct .

Autre avantage , c’est un contenu qui me semble parfaitement complémentaire avec le blog . Mon blog , c’est ma maison , mon bébé . Ici je suis chez moi ; pas de format imposé , algorithme qui décide à ma place quel contenu mérite d’être vu – ou pas , avec comme objectif final de me faire payer pour être mise en avant . Ce que je refuse obstinément .

Pourquoi privilégier mon blog ?

Mais au fait, pourquoi bloguer à l’heure de l’avènement des réseaux sociaux ? Et bien, je pourrais comparer Be Frenchie à un atelier d’artisan : un endroit confidentiel , un peu bordélique et toujours en travaux , mais où on mettrait son âme pour patiemment créer année après année quelque chose à notre image . Un lieu unique ,  qui ressemble à son créateur .

Instagram tient plus du supermarché : on y trouve de tout, on zappe d’un rayon à l’autre . Il y a les têtes de gondoles stratégiquement placées , les trucs marketés qui clignotent pour attirer le regard , les fausses promos et ces produits tellement nombreux qu’on ne sait plus où donner de la tête tant le choix est vaste . Il y a d’un côté le petit producteur qui espère offrir une caisse de résonnance à ses produits en les posant là , et de l’autre les consommateurs qui errent dans les rayons déboussolés par le choix .

Imaginons que je fabrique des confitures ; je les fais à la main , avec amour , à partir de fruits que j’ai cueillis . Mais peu de clients connaissent mon atelier de fabrication de confitures . Alors je décide de les vendre dans un supermarché . Mais comme je suis un petit fabricant , mes confitures sont posées sur une étagère tout en bas du rayon . Ce n’est pas très visible , et il y a plein d’autres marques de confitures serrées à côté de moi . En plus , pour me garder référencée dans son supermarché , le directeur me demande toujours plus d’efforts . Payer pour être mise en avant , fournir des pots de plus en plus régulièrement , marketer mes pots de confiture , venir faire faire des dégustations à ses clients . Comme je suis toute seule pour tout faire , je cours dans tous les sens et fini par faire une grosse erreur : négliger mes clients fidèles , ceux qui viennent spécialement à mon atelier de confitures , parce qu’ils connaissent et aiment mes produits .

C’est quand même intéressant , n’est-ce pas ? On peut finir par négliger ce qui nous tient à cœur pour privilégier un outil qui au départ était censé nous permettre de mieux développer notre blog .

Préferer un support qu’on maîtrise

Les contenus sur internet sont de plus en plus centralisés ; quelques mastodontes se sont imposés et font régner la loi du plus fort . Pourtant , Facebook , Instagram , Pinterest n’existent que parce qu’ils sont alimentés par de petites mains qui créent du contenu unique et font vivre ces réseaux . C’est nous qui faisons grandir ces réseaux en les alimentant . Et si tout ça se faisait au détriment des petits ateliers personnels que sont nos blogs ? Avec à la clé non seulement une perte de diversité , mais aussi de qualité du contenu ?

Sur mon blog , je prends le temps de rédiger des guides complets ; il me faut des dizaines d’heures pour créer ces gros dossiers . Mais je le fais avec une idée en tête : créer un contenu unique et durable , qui permette de comprendre un sujet d’un seul coup d’œil .

pourquoi faire story instagram

Que proposer sur instagram ?

Sur instagram , je partage plutôt des instantanés et tranches de vies en story instagram . Ces derniers temps , j’ai eu tendance à proposer un contenu de plus en plus complet sur instagram .Mais je réalise que ça pose plusieurs problèmes :

  • Je passe plus de temps sur instagram , et c’est forcément au détriment du blog .
  • Avec le risque que le contenu du blog apparaisse comme un doublon de ce que je propose déjà sur instagram .
  • Le mode de fonctionnement d’instagram ( très opaque au demeurant ) pousse à toujours publier plus , quitte à créer du contenu de moindre qualité .

Trouver le juste équilibre entre blog et instagram

Pour rééquilibrer tout ça je vois plusieurs solutions :

  • Créer du contenu complémentaire – par exemple proposer des story instagram en voyage – c’est typiquement le type de contenu que je ne peux pas proposer sur le blog .
  • Me fixer une limite au temps que je consacre à instagram .
  • Réfléchir au sens que je veux donner à ce que je propose – ne pas faire de contenu pour du contenu .

Tout ceci va contre la logique même d’instagram qui pousse ses usagers à rester sur son réseau social en nous incitant à agir pour activer nos circuits de récompense. Mais je pense que c’est important, ici comme dans tous les autres domaines de la vie de prendre le temps de faire un pas de côté pour réfléchir à tête reposée.

Pourquoi je ne me sens pas tout à fait à l’aise sur instagram

Certaines choses me gênent vraiment sur instagram :

  • Le mode de fonctionnement très similaire à celui de sa maison-mère ( je vous ai d’ailleurs expliqué quelles stratégies met en place Facebook pour nous rendre addict ) .
  • Le fait d’être définie par mon nombre d’abonnés – comme si cela déterminait une forme de hiérarchie. Après tout, je suis la seule à savoir combien de lecteurs passent par ici et ça me va très bien comme ça .
  • Instagram pousse à vouloir faire « grossir » son compte. Mais un plus gros nombre d’abonnés n’est pas forcément signe d’échanges de qualité. Plutôt que de miser sur des recettes qui « marchent », je préfère prendre le temps d’échanger sur des sujets qui me tiennent à cœur et essayer de créer du contenu pérenne .
  • Je pense que la seule manière de créer un échange qui soit motivant pour moi, comme pour vous est de proposer des choses qui me ressemblent. J’essaie de cultiver ma différence et de creuser un sillon qui me ressemble.
  • Enfin, j’essaie de ne pas perdre de vue qu’instagram n’est qu’un complément au blog et que ma priorité reste ici.

Bref, je n’ai pas encore réussi à trouver le bon équilibre entre instagram et le blog mais au moins je sais quels sont mes problèmes avec cet outil . Je me dis que c’est déjà un pas pour mieux m’investir et partager intelligemment .

pourquoi faire story instagram

Et vous , quel est votre rapport aux story instagram * et autres réseaux sociaux ?

PS : je sais, il eut été logique d’écrire stories – mais le côté obscur du SEO m’a décidée à répéter cette faute , désolée .

49 comments

  1. Hello Daphné, je ne suis pas très réseaux sociaux. Je ne suis pas sur Facebook, j’ai un compte pinterest mais je n’y vais quasiment jamais. J’ai un compte instagram que j’alimente quand j’ai envie sans aucun objectif. Sur ce dernier point j’ai sans doute tort. Mais je ne cherche pas à vendre quoique soit et je n’ai pas de blog. C’est juste un moyen de partager quelques photos d’une partie de mon quotidien avec des amis, de la famille et des personnes avec lesquelles j’ai des points communs. Parfois, je me dis que ça n’a aucun intérêt et que ça me fait perdre du temps. Ce dernier, je pourrais le consacrer à des sujets qui m’intéressent, que je souhaiterais creuser et pour lesquels je me dis souvent que je manque de temps. Cependant, j’y reviens tout le temps, car j’aime les belles photos, je suis peut-être également un peu curieuse de voir les belles idées des autres, la vie des autres. Est-ce parce que c’est inspirant, c’est rassurant? Dans tous les cas, j’aime la lecture des articles de blog car je peux pousser plus loin les réflexions, Sur intagram, on mange de l’image. J’aime ta comparaison avec les pots de confitures artisanales vendues dans un supermarché. Je comprends aussi ton analyse. Concernant les stories, je n’ai pas encore essayé. Par contre, j’aime les tiennes, elles me font rires. J’aime aussi découvrir tes lieux pendant tes voyages.
    Je te souhaite un joli mardi (pluvieux chez moi). A bientôt.

    1. Mais non voyons Hélène ; comment pourrais-tu avoir tort de suivre tes envies ? Je pense que le vrai danger sur internet serait de mettre en scène ou se forcer à partager des choses dont on n’est que moyennement convaincu, juste par obligation. J’aime aussi lire des blogs, voir des photos qui font écho à ma vie. Je trouve que ce sont de belles fenêtres ouvertes sur le monde, et que c’est toujours intéressant de voir le monde depuis une nouvelle perspective.

      Oui, je trouve que le blog est l’outil qui se prête le mieux aux choses plus touffues, celles qui demande du temps et de la réflexion <3 .

    2. bonjour Hélène (même prénom que ma maman!) et Daphné!
      Bonjour à toutes et tous ici…

      Hélène, je voulais écrire un billet mais tes mots sont exactement les miens, au mot près!!!
      En ce qui me concerne, je ne publie rien d’intéressant pour un grand nombre, mais étant instit, je suis beaucoup de maitresses qui publient des idées et des projets sympas, qui me permettent de me questionner et fouiller ensuite, et de faire évoluer ma pratique.
      Pourtant, même avec ce peu de choses à partager, je me suis laissé griser par instagram et mon égo était flatté que tant de personnes aiment mes photos et s’abonnent!
      Je ne voyais pas ce qui pouvait les attirer, mais je continuais avec les hashtags tendance, me sentant moi aussi, dans le coup… j’ai cherché les profils de ces nouveaux « amis »… profils vides pour la plupart…
      j’ai alors compris que des robots et intelligences artificielles géraient tout ça pour nous et cela m’a procuré une sensation d’oppression terrible…
      j’ai supprimé tous les abonnés que je ne connaissais pas et mis mon compte en privé…
      depuis je tente de moins me laisser happer par ce réseau et d’aller plus lire et commenter les blogs, vrais textes de vraies personnes… et dans ton cas Daphné, avec la fraicheur et l’honnêteté en plus!

      Merci en tout cas de ces partages, car mon activité avec tout ce monde virtuel me tracasse…
      belle journée à tous! isa

  2. J’aime bien tes story. Je les regarde souvent en buvant mon café, le matin. Le problème, c’est de s’arrêter.
    Quand on commence, on a envie de voir toutes les story de nos copines virtuelles.
    j’aime bien ta comparaison avec les pots de confiture, c’est tout à fait ça.
    Mais c’est aussi une question d’age. Les ‘vieilles’ comme moi seront fidèles au blog et les jeunes femmes préfèrent les story.

    1. Je trouve que les story sont un bon complément pour montrer, parler de choses en dehors du blog – j’aime la simplicité et la spontanéité de ce média.

      Tu sais, en débutant le blog je ne me sentais pas du tout à l’aise avec l’idée d’écrire. Puis je suis longtemps restée bloquée sur mon image en vidéo. Finalement, le fait d’écrire ici ou de blablater en story m’a décoincée – ce ne sera certes pas parfait mais au moins je me suis débarrassée de ces fantômes un poil trop encombrants 😉 .

  3. J’aime beaucoup Instagram pour les mêmes raisons que toi, mais en plus, Instagram est une sorte d’album photos pour moi-même, des souvenirs qui sont immortalisés là. Et Pinterest est le petit carnet où je mets tous les coups de coeur mode, voyages, photos et autres. J’avoue ne pas encore utiliser le story Insta. En gros, le blog, Insta et Pinterest sont autant pour moi, que pour le partage. Facebook ne me semble pas permettre de satisfaire ces besoins-là et je n’y suis pas très active.

    1. Oui Soa, comme toi je suis attachée à cette notion d’archivage ; et je réalise que le blog devient le premier endroit où je viens piocher recettes, photos, souvenirs. Du coup je me dis que ce sera un chouette témoignage à transmettre à mes enfants aussi, sans que cela ne les encombre.

      J’ai aussi du mal avec facebook, mais j’imagine que c’est lié au fait que je n’utilisais aucun réseau social avant d’avoir le blog. Du coup je me sens hors jeu quand j’y vais. Et je n’arrive pas à accepter l’idée que facebook tienne à tout prix à connecter vie privée et blog – alors que moi je me sens plus à l’aise en séparant les deux.

  4. Hello Daphné ! J’adore aussi les stories pour la simplicité du procédé et les échanges qu’elles provoquent, souvent beaucoup plus riches que les commentaires et parfois suivies de vraies discussion très intéressantes (et chronophages, zut !). En revanche j’ai du mal à faire la balance entre le blog et Instagram. J’aime beaucoup le blog qui est mon médium préféré, mais les interactions qu’il provoque sont nettement moins riches et le publique touché moins nombreux, ce qui est frustrant. J’ai beau savoir que la qualité devrait primer sur la quantité… bah on ne va pas se mentir, c’est parfois démotivant 🙂 L’instantanéité et la réactivité que permet Instagram sont bien plus gratifiantes, ce qui est bien dommage !

    1. Je te comprends Camille ; je traverse moi aussi ces phases de découragement, même si j’essaie de faire bonne figure. Je pense que c’est tout simplement beaucoup plus compliqué de se démarquer dans la blogosphère aujourd’hui – et forcément, le fait de vivre une vie assez banale, en Province, n’aide pas non plus. Je n’ai pas de vêtements à la mode, soirées branchées à partager – et ça me va très bien comme ça 😉 .

      Instagram est certes très gratifiant à court terme ; le ratio « effort/retour » est bien plus motivant que sur un blog. Créer une story est simple et on peut échanger en temps réel. Mais une story disparait au bout de 24 h et les lecteurs passent à autre chose. Alors je me dis que c’est ici que je veux concentrer le cœur de mon engagement, parce que ce blog est ma maison. Et même si c’est long de consolider des fondations, jour après jour, je me dis que ce travail ingrat en vaut la peine, dans la durée. 😉

  5. Je crois que tu as su trouver le bon équilibre. Le blog pour des articles approfondis qui se différencie de ce que l’on trouve désormais sur la blogosphère et les stories pour nous faire partager tes nombreux voyages de façon spontanée et sans prise de tête. J’aime toujours autant ton analyse des réseaux sociaux : savoir les utiliser sans se laisser (trop) manipuler….la sagesse !

    1. Je pense que c’est important de prendre du recul par rapport aux réseaux sociaux Sylviane ; ça me gêne quand même énormément de savoir que ce sont de grosses boîtes qui les contrôlent, et qui grâce à ça finissent par en savoir tellement sur nous. Je ne pense pas que le prix à payer pour cette « gratuité » en vaille vraiment le coup en fait.

      Ici je suis seule maître à bord et je ne dépend de personne pour m’imposer un format ou décider à ma place de ce qui doit être vu, ou pas. Et je chéris cette liberté <3

  6. J’aime bien te regarder, mais je ne me montre pas sur mes stories…
    En tout cas, c’est super chronophage, ma famille me reproche le temps passé sur ce réseau social…

    1. Oui, c’est juste Anne. Je fais gaffe à ne pas passer trop de temps sur instagram, parce que ce réseau est parfaitement conçu pour nous rendre addict. Une astuce simple pour éviter les tentations peut par exemple être de passer son écran de téléphone en noir et blanc pour rendre les images moins attractives. Un détail tout simple mais rudement efficace !

      1. Le regard inquisiteur et plein de reproches de mon fils suffit ;-)…

  7. Cette comparaison avec la confiture est délicieusement parfaite ! Merci pour tes éclairages lucides, Daphné ! Belle journée à toi !

    1. Merci Caroline ; en fait, ça rejoint une réflexion toute simple. Avant, on comparait notre vie à celle des gens qu’on côtoyait, et basta. Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux, on finit par comparer sa vie à celle de millions de gens dans le monde. Pas étonnant de voir que plus on consomme de réseaux sociaux, plus on a de risques de développer un état dépressif. Parce que vivre dans l’attente d’une validation sociale permanente ne peut rien apporter de bon.

  8. Hé bien je n’aime pas tant que ça les stories, je crois, même si j’y jette un oeil, encore moins si ce sont des vidéos : le son est de piètre qualité, il faut bien le dire, et on ne peut les regarder que dans certaines conditions. Mais ça n’est pas l’unique raison.
    Certains utilisent les stories pour classifier les photos par thème « à la une », du coup quand après les mêmes photos sont publiées sur le fil, ça fait doublon.
    Te concernant, je comprends bien la démarche de nous faire partager des moments choisis de ta vie, et encore plus tes voyages dans l’instant, mais en fait… ça me dérange, notamment par le nombre. Je pense à toutes ces heures que tu passes à faire ça, je te vois tout commenter, apparemment sans cesse, j’avoue, une telle profusion me met mal à l’aise. Alors souvent, quand arrive ton compte, je n’en regarde qu’un tout petit peu, voire je zappe (sorry for your story). Il n’empêche que j’aime bien ton compte, et ton blog. Je crois juste que je n’ai pas assez de temps pour tout, ou du moins que mon choix est de ne pas y consacrer plus de temps que ce que je ne fais déjà.
    Pour ma part, j’en fais très peu, mais ça m’arrive, pour montrer ce que je suis en train de confectionner, ou le paysage depuis ma maison, une montgolfière qui passe, mais 99,9 fois sur 100 ce sont des photos, et non des vidéos, et je les mets en story parce que sur mon fil je ne poste plus que des choses ayant un rapport avec mon activité de créatrice.
    Quoi qu’il en soit, je passe beaucoup trop de temps sur les réseaux sociaux (Instagram notamment, j’ai commencé à me détacher de Facebook, j’y poste , mais ne parcours que très peu et très peu souvent mon mur), hier soir encore je me suis surprise à y avoir passer 20 min… dont sans doute 18 en pure perte de temps. J’ai écumé pas mal aussi parmi les comptes que je suivais sur IG, et essaie de ne pas trop m’abonner à des nouveaux.
    Je vois aussi que le nombre de mes followers IG croît chaque jour depuis que j’ai passé les 450 environ (oui, on est loin des centaines de milliers d’abonnés), mais c’est beaucoup parce que j’ai de plus en plus d’abonnements « fake », des marques qui s’abonnent pour que j’aille voir ce qu’elles font (sachez-le les vilains followers : JE NE VOUS REGARDE MÊME PAS UN PEU), sans même un like ou un échange en préliminaire, et ça, ça m’énerve, parce que j’aime avoir un échange avec ceux qui me suivent. Et je ne parle pas des propositions de « collaboration » totalement inconsidérées qui pleuvent désormais (j’en ai fait un post sur Facebook). Je n’ai que très peu de commentaires comparativement au nombre de followers, mais ce n’est pas la profusion qui m’importe heureusement. Je trouve juste dommage que mon compte soit pourri par ces abonnements fantômes.

    1. Je te comprends très bien Val Lao. En fait, les stories ont un autre intérêt pour moi, dont j’ai oublié de parler dans l’article. J’ai réalisé que ça me permet aussi de conserver ces tranches de voyage pour moi. Mon constat était très simple ; je manque de temps pour les vlogs, ne me motive pas à filmer uniquement pour la famille ( il faudrait que je fasse un réel carnet de voyage et me connaissant, ça deviendrait vite un énième gros projet ). Pour faire une story, par contre, je n’ai qu’à dégainer mon téléphone. Finalement, cet outil est devenu mon meilleur prétexte pour les faire, ces fameux carnets de voyage. Au retour, j’archive mes stories ( dont la médiocre qualité les rend facile à archiver ) dans mon dossier photo. Voilà pourquoi j’ai plus développé les stories sur ces derniers voyages.

      Oui, je suis effarée aussi par tous ces robots, spams, abonnements / désabonnement, drague lourdingue ou blocages intempestifs qui pullulent sur instagram. Evidemment, j’ai des spams sur le blog aussi mais c’est beaucoup plus familial ici. Et puis je déteste l’idée qu’on te jauge au nombre de followers qui clignote au-dessus de ta tête. Question égalité, on a fait mieux :-/ .

  9. Ta reflexion est intéressante, et je crois que c’est un bon reflet de ce que tu dégages. De la réflexion de fond, toujours, mais via un prisme différent, plus soigné ici, plus spontané là bas, mais toujours avec cette singularité qui est la tienne, et qui pousse vers le haut.

    1. On va dire que c’est un poil plus prise de tête ici, c’est vrai ! ( Mais j’arrive déjà à faire fuir pas mal de gens sur instagram tu sais 😉 ).

  10. J’apprécie beaucoup les Story sur Instagram, je trouve que c’est un beau moyen d’échanger et de partager avec les autres 🙂 Au contraire de Snapchat, qui me plaisait bien niveau concept, mais que je trouvais un peu trop intime du fait qu’on devait d’abord ajouter des gens pour qu’ils viennent voir les Story. Je préfère largement Instagram 🙂 Comme tu dis, pendant les voyages c’est un moyen de partager avec les autres, de leur faire découvrir de nouvelles adresses, partager des bons plans, etc. Moi je suis addict aux Story et encore pendant les vacances haha.

    1. Je dois t’avouer ne jamais m’être trop penchée sur snapchat – pourtant les story instragram sont clairement copiées sur snapchat. Oui, je trouve que c’est un chouette outil à dégainer en voyage notamment, pour capturer sur le vif des tranches de vie sans avoir tout le travail nécessaire pour créer un vrai vlog de voyage. Moi qui suis de nature perfectionniste, là au moins je suis obligée de publier tel quel – et ça me fait un bien fou !

  11. Je fais de la resistance aux story ou juste j’accroche pas trop je sais pas.
    J’en regarde peu et j’en fait peu aussi.
    Pourtant j’ai conscience que ça succite de l’échange et j’adore ça, à chaque story suivent de nombreuses discussions pourtant j’ai du mal…
    Et encore plus en voyage, por moi voyager c’est vraiment profiter des lieux et des miens, je ne prends quasiment jamais mon telephone, je mets juste quelques photos sur mon feed le soir mais je profite de chaque escapade pour un peu mieux deconnecter.

    1. Oui, je trouve que c’est une manière d’échanger qui est très spontanée et simple à utiliser. Mais au début je dois avouer que je me sentais vraiment bête à parler tout seule face à mon téléphone – j’ai bien conscience du ridicule de la situation.

      Comme je l’expliquais à Val Lao, je me sers aussi des stories pour me constituer de petits carnets de voyage en vidéo que je conserve ensuite avec mes photos. Il nous arrive de les regarder plusieurs mois après et ça fait de chouettes souvenirs 😉 .

  12. Instagram fait couler beaucoup d’encre en ce moment. Je crois que tu as réussi à trouver un certain équilibre entre IG et ton blog. Ce qui me plaît sur IG, c’est de voir de belles photos dunquotidien, de voyage, d’art. Concernant les stories, j’avoue que c’est leur longueur qui détermine si je regarde ou zappe, une story de 10 minutes me fait fuir. Quant à mon compte IG, il est alimenté de manière sporadique selon mon actualité (bien calme pour l’instant), mon envie.
    Mon compte est privé ce qui me permet de maîtriser les demandes d’abonnement que je reçois, entre les faux comptes de vrais maîtres-chanteurs, les pornographes, ceux qui ne sont que des sites marchands, je refuse beaucoup.
    Pour conclure, comme commenté récemment sur un compte IG qui se plaignait de ce que devenait ce réseau : à nous d’être acteurs et non spectateurs de ce réseau.

    1. Oui Chris, je te rejoins complètement ; les réseaux sociaux ne sont que des supports, à nous d’inventer le contenu qu’on souhaite y partager. Mais ce qui peut être décourageant, c’est que j’ai l’impression qu’il n’y est pas simple de proposer des choses inhabituelles, ou de parler de faits plus politiques. Du coup, je trouve que ça entraîne une certaine uniformisation, dont je suis également actrice.

      Et ces comptes sangsues, ce sont de vraies plaies, c’est vrai.

    1. Merci Fredix ! Pour mettre sur un scone par exemple ?

  13. Je comprends ta comparaison, elle me fait rire.. j’aime beaucoup ton blog et je mesure le temps consacré.
    Sur instagram je te suis assidûment mais j’avoue que je ne suis pas toujours tes stories car il faut le son et j’aime utiliser instagram en silence je comprends évidemment que c’est facile à mettre en oeuvre. Merci pour tout !

    1. Je te comprends Anne Sophie ; je n’écoute pas non plus de stories ou directs sur instagram quand je ne suis pas seule. Du coup je n’en vois que peu finalement. Mais je trouve que c’est une manière de communiquer qui est intéressante dans certains cas ( comment faire des comédies musicales en direct de mon échelle autrement ? 😉 ).

  14. J’ai découvert les stories Instagram avec ton voyage à Montréal…
    Mais surtout, j’aimerais savoir qui est le talentueux photographe qui te met si joliment en scène dans ces images !!

    1. Coucou Mim, c’est encore une fois Wonder Philéas qui a fait des miracles ! Non seulement il fait de chouettes photos mais en plus il est très pédagogue et m’aide à progresser.

  15. Ton article est très représentatif des questions qui me préoccupe en ce moment. Car finalement si j’utile les réseaux sociaux c’est pour partager avec mes amis, ma famille, ma communauté. Et c’est pour donner envie de découvrir mon blog . J’aime Instagram car il m’entraîne dans de belles rencontres et des univers qui me plaisent (comme le tient ). Je fais des stories de mon quotidien et je suis en train d’arrêter à m’obliger de publier chaque jour … une chose est certaine ce ne sont pas les réseaux sociaux qui m’amenent la majorité des lecteurs de mon blog, c’est Google … Mais je considère Instagram et ses stories comme des instannés de vie , n’est-ce pas sa vocation première?

    1. Oui, je suis comme toi ; instagram est pour moi une extension du blog et c’est vraiment ici que je souhaite placer principalement mon engagement ( quoiqu’un avantage de ce réseau directement lié au blog est que les photos s’affichent en dessous des articles – du coup ça rajoute une sorte de mini journal de bord du quotidien au cœur même du blog 😉 ).

      Effectivement, la grande majorité des lecteurs de mon blog arrivent par le biais de recherches ; certains articles cartonnent même. Mais ces lecteurs forment une majorité silencieuse dont finalement je ne sais presque rien, s’il n’y a pas d’échange. Du coup je trouve plus de gratification au final à échanger ici, ou sur instagram avec des personnes qui prennent le temps de me laisser un petit mot.

  16. Bonsoir Daphné,
    J’ai adoré ta comparaison avec les confitures.
    D’abord parce que ça correspond à 100% à ce que je pense des réseaux soit-disant sociaux et plutôt commerciaux, je l’ai déjà exprimé sous ta note « pourquoi bloguer ? »
    Mais surtout parce que ta métaphore fait écho à un film que j’adore : Baby Boom !
    À très bientôt !

    Muriel

    1. Tu sais, quand on écoute ce que dit Sean Parker, un des fondateurs de Facebook, sur ce réseau social, ça remet quand même les choses en perspective. Je pense qu’on ne doit jamais oublier que ces réseaux se nourrissent de nous, du matériau qu’on crée, partage, pour grossir. J’espère qu’on verra dans les années prochaines l’avènement de réseaux sociaux, moteurs de recherche collaboratifs. Parce que ce n’est quand même pas très sain de confier toutes ces données entre les mains de quelques géants privés, dont le but est de faire des profits.

  17. Un bel article :). Je publié en story pour le blog dans un premier temps et après en post. Les story me servent surtout à montrer certains brides de vie que je montre pas forcément en post. Bonne journée

    1. Oui, c’est exactement comme ça que j’appréhende aussi les stories. C’est un chouette outil pour partager de petits bouts de vie, de manière très spontanée.

  18. Ha oui je comprends mieux. Du coup je me sens un peu gênée par rapport à moi même… qui passe un temps fou au supermarché.
    Mais comme je te le dis, insta et les story (je n en fais pas) ca me donne une sorte de proximité avec toi
    ….
    Étrange non?

    Merci pour la reflexion…

    1. Je te comprends Marjorie ; j’ai des échanges très riches à partir des stories que je poste – et c’est une manière de partager qui est très proche de mon quotidien. J’aime aussi en écouter pour découvrir une voix, une manière de s’exprimer, les hésitations et respirations ( c’est un peu bête à dire sur un article qui traite d’instagram mais je suis plus sensible aux sons qu’à l’image je crois ). Je pense que mes stories reflètent assez fidèlement qui je suis, même si c’est forcément un prisme de ma vie – heureusement je ne montre pas tout.

      Mais ce qui dure dans le temps, me demande de la réflexion et est au coeur même de ce que je souhaite partager, c’est bien mon atelier de confitures. Alors je vais essayer de faire gaffe à ne pas l’oublier, même si instagram est très séduisant ( et diaboliquement bien pensé pour l’être ! ).

  19. J’aime les blogs et Pinterest. Et ça empiète suffisamment de temps.

    1. Je te comprends ! Je sais que je devrais m’intéresser de plus près à Pinterest, mais je t’avoue que je manque tellement de temps ces dernières semaines que je reporte le moment d’en lire plus à ce sujet pour mieux comprendre ce réseau. J’en suis pour l »instant restée à l’idée d’épingler seule dans mon coin mais c’est très limité.

      Ce qui me semble intéressant sur Pinterest, c’est que les « vieux » articles peuvent être mis en avant, alors qu’instagram ne montre que la nouveauté.

  20. J’ai pas tout lu les échanges sous ce post mais c’est pour ça que j’aime aussi le blog : parce que les commentaires publics apportent aussi beaucoup.
    L’inverse, ce que j’aime dans les story c’est un échange unique avec l’auteur : le commentaire n’est pas lu par tout le monde et des fois ça rend l’échange plus intime.
    Pas sure d’être très claire…
    Mais je m’en vais de ce pas lire l’avis des uns et des autres.
    Par contre ce que je déteste dans les blogs c’est quand y’a écrit en intro le temps de lecture ! Je comprends pas l’intérêt.
    J’adore cette série de photos avec ton chapeau fou et ce champ fleuri.

    1. C’est exactement ce que je pense Fanchette ; pour moi, nombre d’articles ne sont finalement qu’un Mac Guffin ( ne me dites pas que je suis seule à aimer cette expression Hitchcockienne ? Je le répète souvent, mais c’est vrai : c’est généralement ce qui passe après l’article qui est intéressant ; ces discussions croisées, échanges souvent très pertinents permettent d’élargir une réflexion et apporter des nuances.

      J’essaie de prendre le temps de répondre à chaque commentaire, mais ce n’est pas toujours évident – d’autant qu’il y en a aussi sous de veux articles. Je pense que plus d’un quart, voire un tiers du temps que je consacre au blog est uniquement passé à ça : discuter. Et ça me plait, quitte à publier moins. ( Parce que bon, y’a quand même la vraie vie à côté aussi 😉 ).

  21. Hello Daphné

    Ton blog et instagram sont vraiment complémentaires et quel plaisir de suivre des stories presque en direct ! C’est toujours un bonheur. J’aime le ton que tu emploies et ta manière de voir les choses.
    Et puis tu es une mine de renseignements et de bonnes idées.
    Bravo à toi et merci de nous emmener avec toi, telles des petites souris !
    Bonne journée
    Delphine

  22. Je te découvre à travers cet article : j’adore ! D’autant que je suis en pleine réflexion de ce genre en ce moment 🙂 Bien écrit, tu poses les bonnes interrogations, la pointe d’humoour me plait beaucoup. Je m’en vais lire d’autres de tes articles très vite. Bonne journée
    Hélène

  23. J’ai un compte Instagram privé et un public.
    Le privé, c’est vraiment pour mes amis avec lesquels je partage des petits événements de mon quotidien.
    Le public est en lien avec mon blog de voyages donc ce ne sont que des séries de paysages et de lieux liés à mes pérégrinations donc je ne contrôle pas les gens qui s’y abonnent mais, effectivement, je publie comme j’aime à retrouver des images, c’est à dire, avec pas mal de détails pour que, si ça plaît, ça crée l’envie d’y aller et que les gens puissent savoir ce que c’est. En revanche, je ne m’abonne qu’à quelques comptes car je n’aime pas les photos trop « filtrées » qui ne rendent plus la réalité d’un lieu où les comptes qui, finalement, ne sont qu’une succession de selfies nombrilistes.
    Et, en général, je ne pars à la chasse aux mots clés que quand je dois préparer un voyage ou une visite car les réseaux sociaux et internet sont quand même aussi une opportunité fabuleuse pour trouver des idées qui sortent des sentiers battus !

    Je n’utilise pas les story et j’ai du mal à les regarder. Je préfère le format photo avec un petit texte (par goût mais aussi parce que je ne suis pas forcément en position de regarder une vidéo avec le son quand je me connecte).

    J’ai deux blogs (un généraliste et, donc, celui de mes voyages) mais, en ce moment, je ne les alimente plus alors que je l’ai fait au quotidien pendant très longtemps mais j’ai décidé de ne pas me forcer, je blogue au gré de mes envies et me fiche de ne pas tout faire pour fidéliser mes abonnés (ceux qui m’aiment me suivent !).

  24. Bonjour Daphné,
    Je ne commente que très rarement, ça m’est arrivé sur Instagram mais je ne sais plus si je l’ai déjà fais sur ton blog :).
    Pourtant je lis l’intégralité de tes articles sur ton blog, que j’adore. Je trouve que ces deux dernières années il a super bien évolué et son contenu est vraiment, vraiment intéressant.
    Concernant Instagram (en général) je suis une adepte aussi, Pourtant je crois que j’accroche moins car comme tu le dis si bien, je m’y sens de plus en plus comme dans un grand supermarché.
    Je ne retrouve pas ça sur ton compte mais par contre je rejoins l’avis de Val Lao sur tes stories.
    A titre personnel je ne regarde quasiment jamais l’intégralité de tes stories quand tu es en voyage car il y en a vraiment beaucoup. D’une part cela demande du temps à regarder, et d’autre part je me dis également  » mais pourquoi ne profite t-elle pas du moment présent ? Pourquoi s’exposer autant ? ». J’ai lu dans ta réponse que cela te servait pour tes projets de carnets de voyage et c’est une super idée en soi. Et puis cela plaît à la majorité de tes abonnées donc pourquoi pas !
    J’ai par contre été un peu dérangée quand tu montrais l’intérieur des maisons de tes échangeurs. Je me suis demandée si j’aurais aimé que quelqu’un montre ma maison à des tas d’inconnus. Et la réponse est non :). J’espère que tu ne le prendras pas mal, c’est écrit sans méchanceté aucune.
    Enfin voilà, la question qui me turlupine avec ces stories insta (et pas que pour ton compte) c’est de savoir où se trouve la limite entre la sphère privée et publique ? C’est une question bien subjective, car cette limite est propre à chacun. En tout cas je te remercie de créer de si beaux contenus et de nous en faire profiter. Je vais faire en sorte de laisser plus de messages encourageants sur ton blog car il le mérite amplement.
    Bonne journée, Aude

  25. Merci pour cet article !
    Personnellement je réfléchissais aux stories et ça m’a pas mal angoissée, notamment parce que j’ai vu une story d’une fille connue qui disait qu’elle avait besoin de ses abonnés pour un projet, et que du coup elle allait mettre « tout au long de la journée des petits sondages en story ». Et je me suis dit : mince mais en vrai on est censés être connectés H24 à sa story pour répondre à ses sondages ? Evidemment, c’est un choix de la part de la personne qui la suite d’aller checker les stories tout le temps, mais pour des jeunes personnes complètement fans, finalement, elles vont passer leur journée sur le téléphone, au lieu de vivre leur vie, de profiter de leurs amis, de construire leur propre « story » mais dans la vraie vie… Je me suis dit qu’instagram poussait vraiment à observer les autres au détriment de la construction de soi, et que pour les personnes accro, c’était un danger…
    Bref, voilà ma contribution pas très positive ! (mais quand on sait utiliser tout ça avec modération et épisodiquement, il n’y a pas de problème – la mesure, c’est toujours la clé).

Laisser un commentaire