Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités

Etre face à ses responsabilités

Vous souvenez-vous de cette citation d’un grand philosophe du 20ème siècle ? Mais si voyons, c’est Peter Parker qui dit ça. Dans Spiderman, donc. Hé ho, respect s’il te plait, moi ma culture elle est pop’ !

Ecole Freinet

Comme Philéas, Virgile va dans une école qui applique la pédagogie de Célestin Freinet. C’est une petite école de 4 classes qui accueille les élèves de la petite section de maternelle au CP avec des classes de double niveau. Cette année, Virgile est donc en CP avec des enfants de GS et retrouvera l’année prochaine ses copains de CE1.

Une des particularités de son école : les élèves ne sont pas alignés sagement face au tableau mais installés par équipes de 6. Les équipes sont mélangées paritairement entre filles et garçons, GS et CP. Chaque équipe a un élève référent, chargé de gérer les affaires courantes : s’assurer que chacun fait ses fiches, respecte les règles de la classe, approvisionner l’équipe en mouchoirs, retrouver les feutres Veleda perdus au fond de la boîte, etc.

Comment être un bon chef ? 

Il y a 2 semaines, Virgile est rentré à la maison avec sourire béat et excitation totale des grands jours : il venait d’être promu chef d’équipe ! Je ne te raconte même pas la joie. Immédiatement suivie d’une interrogation ; comment être un bon chef d’équipe ? Ben oui, quand tu es arrivé au sommet de l’échelle, encore faut-il savoir comment y rester. On a d’abord discuté de son expérience en tant que coéquipier ; qu’est-ce qui lui a plu chez ses précédents chefs d’équipe, quels comportements sont à éviter ?

Le constat est simple : un bon chef d’équipe ne doit pas laisser son équipe faire n’importe quoi, ni être trop autoritaire. Il doit être patient et expliquer les choses sans s’énerver. Le chef d’équipe idéal doit faire preuve de pédagogie, d’empathie, et valoriser sa joyeuse troupe. Le but est quand même que tout le monde puisse travailler dans de bonnes conditions et progresser.  Entièrement d’accord avec toi Virgile. Et ça me semble d’ailleurs valable aussi pour les grands !

Pour se faire respecter, le chef d’équipe a la possibilité de mettre un avertissement à un coéquipier. Au bout de 3 avertissements, on doit payer une amende. J’ai bien expliqué à Virgile qu’il ne doit pas en user à la légère, mieux vaut d’abord expliquer ce qui ne va pas et voir si ça s’améliore avant de mettre un avertissement.

Nos responsabilités

Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités : c’est avec cette idée en tête que Virgile part chaque matin à l’école. En rentrant jeudi dernier, il m’a dit d’un ton solennel : -“tu sais maman, j’ai été obligé de donner mon premier avertissement. Marceau n’arrêtait de se balancer sur sa chaise, il n’écoutait rien et ça nous empêchait de travailler”. Je sentais qu’il était embêté d’avoir eu recours à cette extrémité et qu’il réalisait la responsabilité qui lui incombait.

Mais j’ai aussi pensé que si tous les chefs d’équipe prenaient leur management autant à cœur que nos enfants, la vie serait quand même un peu plus douce, non ?

PS : le blog est au ralenti cette semaine; vous l’avez peut-être vu sur instagram,  je suis à Londres jusqu’à demain – puis prépare une petite escapade en famille pour la suite des vacances scolaires. Mais je vous prépare un nouveau fond d’écran pour novembre, à découvrir très vite ! Je vous embrasse, Daphné

9
Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Fanchette
Fanchette

Qui c’est qui décide de la promotion (le dictateur professeur ?) ? Qu’est devenu l’ancien Chef d’équipe (rétrogradé équipier : gaffe à la vengeance de l’ex-chef ?)?
Est-ce que tout le monde peut faire l’expérience de chef d’équipe ? Est-ce une “récompense” ?
Bref ça m’intéresse drôlement cette histoire… L’organisation de la vie sociale en générale me fascine…
En tout cas, il semble très investi par sa nouvelle fonction Virgile…
Ça semble une bonne occasion de se frotter à la notion de pouvoir, de respect, de société, de Res Publica, etc.

sabine demain-unautrejour
sabine demain-unautrejour

Qu’est-que j’aurai aimé mettre mes enfants dans une telle école, mon grand de presque 17 ans, très bon élève au demeurant, ne comprend pas l’intérêt d’aller en classe, et s’ennuie au possible. Sa soeur, très bonne élève aussi, mais en perdition avec notre système et en terminale technologique se pose la question d’arrêter les cours à quelques mois du bac….Mon fils commence donc à s’intéresser aux autres méthodes et se documente sur la méthode montessori, je ne me rappelais plus le nom des écoles à la pédagogie freinet. Je vais pouvoir lui donner une autre piste, il souhaite devenir prof pour que ses futurs élèves aiment l’école et y trouvent un intérêt mais surtout qu’ils ne s’ennuient pas et puissent voir un lien entre apprentissage scolaire et vie quotidienne.

Fanchette
Fanchette

Ah mais carrément.
C’est intéressant de voir que Phileas a souhaité et réussi (c’est donc que le professeur a respecté son chapeau – bravo) à ne pas être chef d’équipe.
C’est bien de valoriser les enfants qui s’y engagent. Mais c’est bien aussi de valoriser ceux qui ne souhaitent pas. Et qui peuvent se socialiser dans d’autres fonctions.Quel subtil équilibre à trouver dans la classe ! entre ceux qui veulent se mettre en avant, et ceux qui ne veulent pas… et pas toujours pour les raisons qu’on croit…
Je pense à un petit gars entendu il y’a quelques années : « nan mais en vrai je sais comment ça s’écrit mais si j’écris tout bien, après j’ai tout bon et alors la maitresse dit mon nom, C’est trop la honte. Je préfère faire des fautes un peu quand même, c’est mieux »

Fanchette
Fanchette

Nan mais pas son chapeau : son choix ! Mais d’où sort ce chapeau ???

Maman Sur Le Fil

C’est top ce fonctionnement mais est-ce qu’ils ne se mettent pas trop de pression ? C’est une grande responsabilité à cet âge tout de même…

Cela doit être très enrichissant pour eux en tout cas !

virginie