arrêter mon blog

Quand je pense arrêter mon blog

Au début du blog

 

J’applique au quotidien la maxime de Queen Lizzie ; « never explain, never complain ». Ça me convient bien. Ici ou ailleurs, j’essaie d’avancer, sans me soucier des choses moins gaies. Mais puis-je faire une shocking entorse à cette ligne de conduite ? Mettons de côté robe et chapeau jaune poussin d’Elizabeth, que je me glisse dans la peau de Calimero un instant :

J’y pensais depuis des mois quand Philéas m’a dit :  » vas-y maman, si tu en as envie, crée ton blog « . Banco jeune homme. Sans la complicité de Philéas, Be Frenchie ne serait sûrement resté qu’un vague projet. D’ailleurs, savez-vous pourquoi mon blog s’appelle ainsi ? Avec son aide, j’ai jeté toute mon énergie dans ce projet et appris sur le tas comment gérer du code html, créer un thème, ajouter un curseur ( ahem ) et convertir des photos. Pas de webmaster, tout est bricolé à la maison. D’accord, ça veut juste dire que je soudoie mon ado à coups de gâteaux.

Et puis, j’ai publié mes premiers articles. D’abord dans le vide total; je ne vous raconte même pas mon excitation quand j’ai lu le tout premier commentaire posté sur mon blog ( celui de Mila était le deuxième si je me souviens bien). Joie, bonheur, allégresse.

Je suis embarquée dans cette folle aventure depuis presque 2 ans maintenant. Et d’ailleurs, je réfléchis sérieusement à l’anniversaire du blog.

pourquoi bloguer

Pourquoi bloguer ? 

Bloguer m’apporte beaucoup : au fil des articles, j’ai appris comment faire de meilleures photos, compris les bases du SEO et expérimenté côté graphique. Mais l’essentiel n’est pas là. Grâce au blog, j’ai surtout fait de belles rencontres. Vous êtes drôles, intelligents, sensibles et bienveillants. Je ne sais par quel miracle j’ai pu rencontrer des lecteurs aussi merveilleux que vous.

Mais Be Frenchie a une part plus sombre. C’est simple, bloguer me prend un temps fou. Ce temps, je le grapille au quotidien. Et le constat est simple; ces derniers mois j’ai considérablement réduit mes loisirs pour maintenir le blog à flots. C’est un choix qui m’apporte beaucoup de joie, mais fatigue parfois.

 

Oh oui, je sais bien que tout n’est pas parfait par ici. Mais quand je termine certains articles, comme ce carnet de tendresse pour la fête des mères ou mon design de tshirt pour la fête des pères, je suis plutôt contente du résultat. Parce que je suis allée au bout de ces projets. Mais aussi parce qu’ils n’auraient sûrement pas existé sans la perspective de les partager sur le blog.

Quand je pense arrêter mon blog faute de temps

Chaque article demande en moyenne 4 à 5 heures de travail pour le rédiger, prendre les photos et les retoucher, puis gérer les aspects techniques. Sans compter le temps passé sur les réseaux sociaux ou à répondre aux commentaires ( ce que j’adore faire ). Les articles DIY sont souvent bien plus longs encore à faire – et pour ma santé mentale, j’ai évité de compter le nombres d’heures passées sur mes mini-guides, comme celui sur Porto – ou pire, le nombre de jours passés sur notre guide des meilleures applis de voyage .

J’espère que vous ne remarquez pas le travail qui se cache derrière un article. Parce qu’à force de labeur, j »aimerais qu’il sonne juste. Mais comme en couture, derrière chaque robe au tombé parfait se cachent des tonnes de retouches. Je préfère reprendre que publier sans être sûre qu’un article soit terminé. Alors je remets mon travail sur l’ouvrage et peaufine, souvent tard le soir. Mon souhait ? Que cela ne se voie pas, que tout semble parfaitement naturel.

Les contraintes qu’on se crée soi-même

Mais peut-être est-ce un piège ? Je me demande si cela ne donne pas l’impression que tout est facile pour moi ? Trouvez-vous le blog trop lisse ?

 

Je vous en ai déjà parlé ( oui, l’article Calimero déboule 2 fois par an. Ne cherchez pas, j’ai un besoin semestriel de m’épancher ). Ce décalage entre ma vraie vie et ce que je montre sur le blog est parfois important. Non, je ne voyage pas en permanence ; la seule montagne que je m’apprête à gravir aujourd’hui, c’est la pile de linge qui grossit à vue d’œil *. Mais j’ai une envie : transformer Be Frenchie en bulle de bonheur dans notre quotidien pas toujours rose. A quoi bon la montrer, cette fameuse pile de linge ? N’avez-vous pas exactement la même chez vous ?

Je n’ai pas trouvé de formule magique pour rallonger mes journées. Alors, j’y consacre la majeure partie de mes soirées, et fonce m’occuper du blog dès que j’ai le moindre moment dans la journée. J’évite de compter les heures passées sur le blog; au moins 25 h par semaine – mais sûrement bien plus, à la réflexion. Dès le début, je savais que bloguer serait comme un marathon. L’important, c’est de soutenir l’effort dans la durée.

créer un blog

L’envie de partager, plus forte que tout

J’aime cette idée d’un carnet de bord au long cours, et j’espère que ce que je construit ici vous plait aussi. Avec le temps, j’espère créer un espace où vous pourrez trouver des choses qui vous sont utiles. Mais bloguer me prend tant d’énergie au quotidien qu’il est parfois difficile de se motiver tout seul.

Du coup, je remets régulièrement les choses en perspective. Après tout, quelles sont mes bonnes raisons de ne pas arrêter mon blog ? Les soirs de grosse déprime, je me demande s’il vous est vraiment utile, si ces idées que j’ai envie de partager vous plaisent vraiment et si le travail qu’il y a derrière a finalement du sens. Mais je me demande surtout comment améliorer Be Frenchie. Et si pour les 2 ans du blog je faisait un petit sondage à ce sujet ?

Pourquoi je ne vais pas arrêter mon blog – pour l’instant

 

Mon côté Queen Lizzie sait que si un article est utile ne fusse qu’à une seule personne, il aura rempli sa mission. Mais le Calimero qui sommeille en moi rêve que Be Frenchie se développe et rende service à de plus en plus de gens. Depuis des mois, je mets toute l’énergie que j’ai pour que ce projet réussisse et qu’il soit partagé. Quand j’enfile ma robe jaune poussin pour pédaler, votre soutien est ce qui m’aide le plus. Vous n’imaginez pas à quel point vous me motivez.

Mais je crois que je dois aussi être réaliste et me fixer des limites; je ne veux pas devenir la Lance Armstrong du blogging qui masque sa fatigue derrière trop d’effort – et d’autres trucs pas très reluisants.

Alors non, je ne vais pas arrêter mon blog demain, ni le mois prochain. On a d’ailleurs un anniversaire à préparer, n’est-ce pas ? Même si la route vers le col est encore raide, je vais continuer à pédaler avec toute l’énergie que j’ai, et je serais infiniment heureuse de vous embarquer avec moi. J’espère que ce travail finira par porter ses fruits. Mais au fond de moi, il y a aussi cette petite voix qui me dit qu’il faudra un jour penser à raccrocher, si je n’arrive pas à mener mon projet à bien. Je me suis fixé une limite, et je m’y tiendrai.

Se dire que ça peut s’arrêter

Ne pensez-vous pas qu’il soit bon de remettre les choses en questions, de ne pas s’installer dans la routine ? Je crois que se dire que ça peut s’arrêter demain est une bonne chose. Parce que ça évite de se laisser aller dans ses habitudes, de se dire que les choses sont acquises. Et puis, ça me pousse à publier des articles dont je suis vraiment satisfaite. Au moins, si je décide de tout arrêter, j’aurais essayé jusqu’au bout.

bloguer

Le plaisir de partager

Allez hop, je troque mon costume de Calimero pour remettre ma belle robe jaune pétard. Je suis sûre qu’elle est là, perdue dans la pile de linge. Pour contrebalancer, je reviendrai cette semaine avec un article léger.

Mais vous n’imaginez pas le bien que ça m’a fait d’ouvrir un peu mon cœur. Parce que je pense que bloguer, c’est ça aussi. Partager du beau, certes. Mais partager aussi ce qui se cache derrière la jolie façade. Après tout, n’est-ce pas ce qu’on fait avec ceux qui comptent pour nous ?

*en vrai, si je me barre demain, pour 2 jours. Où ça ? Réponse en photos demain sur Amstramgram ! 😉

 

 

63 comments

  1. Ouille !
    Si tu savais comme JE COMPRENDS !
    Pour avoir blogué pendant 10 ans, je sais tout le travail qu’il y a derrière un « simple » billet. Oui, ça prend un temps fou, et du coup, tu passes moins de temps à créer parce que tu passes trop de temps à montrer tes créations…. Je suis sûre que tu m’as comprise.
    D’un autre côté, c’est aussi le blog qui te pousse à créer plus, à être plus créative, à chercher de nouvelles idées, juste pour pouvoir nous les montrer. N’est-ce pas ?
    Inutile de te dire que je n’ai PAS DU TOUT envie de te voir fermer ton blog, et au fond, toi non plus, tu n’en as pas envie. Tu as juste un GROS coup de pompe, le mois de juin est propice à ça, même quand on ne tient pas de blog.
    Mais rien ne t’empêche de prendre une pause, même longue ; tu verras si ça te manque. Parce que ce qui compte avant tout là-dedans, c’est toi, et ta famille.
    Cela dit, as-tu pensé à « t’associer » ? Peut-être que tu as autour de toi (en-dehors de Phileas j’entends, le pov’ gosse) quelqu’un qui peut te suppléer, t’aider dans tes projets créatifs ou rédiger sur tes pages, ou proposer une publication hebdomadaire qui te permettrait de souffler tout en conservant une certaine activité sur le blog ???!

    Bonne escapade, en attendant 🙂

    1. Oui, c’est à la fois un cercle vertueux – et vicieux, qui alimente mon envie de perfectionner les choses. Depuis le départ, j’ai essayé de garder mon cap et de proposer du contenu original de qualité. Je ne dis pas que j’y arrive toujours, et il arrive d’ailleurs que ne publie pas certains articles.

      Mais du coup, je me demande si de l’autre côté de l’écran tout cela ne parait pas trop facile à force d’enchaîner les articles ? J’avais écrit cet article il y a déjà plusieurs jours et ne l’ai pas publié « à chaud », suivant le conseil de Miss Blabla: ne pas partager de choses qui risquent de nous blesser – d’où le côté complètement anachronique de le publier alors que je me barre et laisse le blog en jachère ( enfin, j’espère qu’il va survivre sans moins pendant 48h – mais j’embarque Georges mon ordi au cas-où ) 😉 .

      J’ai plus que jamais envie de continuer le blog; mais je garde toujours en tête l’idée que ça peut s’arrêter – pas sûre d’ailleurs qu’il dure 10 ans. Waouh, tu m’impressionne, tu sais !

      Et puis, ça m’a fait du bien de parler un peu des coulisses – Parce que je ne suis pas à une contradiction près; j’ai envie que le travail derrière tout ça ne se voie pas quand on lit un article. Je réfléchis aux 2 ans du blog; ce cap me donne envie de faire évoluer son design et j’aimerais vous demander votre avis à ce sujet.

      Quand à accueillir d’autres créations; oui ! Je ne te parle même pas du nombre de pourriels que je reçois pour le blog mais j’adorerais qu’au milieu de cette masse se retrouve une proposition sympa 😉 .

  2. Noooooooon ! Voilà, si j’ai le droit de donner mon avis et poser un veto, c’est fait 😉
    Et pour répondre à la question de savoir si je me rends compte du temps énorme que ça te demande ce blog, je dirais oui et non : oui, je me doutais bien que tu n’écrivais pas et choisissais pas les photos en 1/2h, mais autant de temps………… Wouah, chapeau bas et respect !
    Alors merci de tout ce travail, du plaisir que tu me donnes à te lire, des voyages dans des endroits magiques visités grâce à toi, de belles découvertes, des tutos de brico qui me laissent pantoise, des recettes savoureuses etc etc
    Je n’oublie pas la touche de la team Pirate !!!! 🙂
    Bref, très triste je serai si tu t’arrêtais, Mais bien évidemment, si ce jour funeste devait arriver, je comprendrais parfaitement !
    Milles bises à toi, à la team Pirate et aux copines !

    P.S. : Et faut absolument que je prenne l’habitude de consulter amstramgram plus souvent !!!! Surtout si je veux découvrir votre destination demain 😉
    Bon séjour à l’endroit mystère !

    1. En fait, écrire un article « humeur » n’est génralement pas très long – ce sont les photos et tutos demandant une mise en place qui font basculer le blog du côté obscur. Mais je n’ai pas envie de raconter à chaque fois mon si palpitant quotidien. D’autres le font avec bien plus de talent que moi.

      Ce qui complique encore un peu la donne, c’est le fait de « devoir » être présente sur les réseaux sociaux, que je n’utilisais pas avant d’ouvrir le blog. Je crois avoir facilement compris comment fonctionne instagram mais reste une quice complète côté Pinterest et Facebook – qui ne daigne souvent même pas s’ouvrir chez moi. Du coup, je sais que je rate plein d’occasions de partager mes articles. Mais Philéas m’a rajouté deux jolis boutons au cas où vous auriez parfois envie de relayer mes articles par là-bas 😉 .

      Et puis tu sais, « Never say Never », mais le blog ne va pas s’arrêter pour l’instant; j’ai plein d’idées d’articles pour les semaines à venir 😉

      Ah oui, il faut venir voir demain sur Amstragram où nous avons posé notre sac ! ( Et même si j’ai 3 vlogs en retard, j’embarque quand même appareil photo et Dumbo, on ne sait jamais ).

      Aaaaah, si je les retrouve, il faudra que je vous montre les vidéos faites en douce de « vraies » blogueuses en Thaïlande; on était coincés une journée sur un bateau avec deux créatures vêtues de maillots qu’elles ne mouilleront jamais, changeant de maquillage à chaque photo et manquant de s’empaler sur l’hélice du hors-bord en se cambrant. Les petits amis semblaient complètement résignés.

  3. J »imagine les heures passées sur ton blog, Daphné. Moi, je n’ai plus d’enfants à la maison, c’est plus facile. Mais, comme toi, de temps en temps, j’ai envie de tout envoyer valser.
    Mais ça reste une petite récréation, un moyen d’avoir d’autres relations, à mes yeux, aussi enrichissantes que celles tissées avec mes amies. Donc, je reste et tant pis si je ne publie pas régulièrement, si je ne passe que de temps en temps sur Facebook et Instagram. Ce n’est pas le blog qui commande ma vie, j’y vais quand j’ai envie.
    Tu pourrais diminuer la fréquence des billets avant d’avoir un burn out blog !

    1. Cette idée est très intéressante Jo; dans notre vie quotidienne, on se lie d’amitiés avec ceux qu’on rencontre en faisant des activités. Mais sur la toile, on lie d’autres formes de liens non plus basés sur une proximité géographique mais uniquement sur nos affinités. Et si ces liens sont dématérialisés, je découvre en poursuivant le fil de notre discussion jour après jour qu’ils n’en sont pas moins forts.

      Comme toi, je pense qu’un blog est un merveilleux prétexte au partage; parce que si je ne voulais que garder une trace pour moi, je ferais simplement un journal intime. Et puis, au moment de publier un article, il a toujours cette question qui resurgit; ce que je propose est-il vraiment intéressant pour d’autres que moi ?

  4. Jamais tu n’arrêteras.Tu aimes trop parler de toi.

    1. « Ah, Simone ma douce, enfin vous avez compris,
      Après tous ces mois perdus à bloguer,
      Quel fut le seul but de ma vie.
      Je n’ai jamais pensé qu’à vous harceler,
      Vous poursuivant sur la toile infinie,
      Mais dans ce qui me reste de lucidité,
      Puis-je vous recommander de ne plus venir ici ? « 

  5. C’est difficile de te donner un avis. Je n’ai jamais tenu de blog.
    J’adore tes posts voyages . L’Ecosse , génial, la Thaïlande , incroyablement intéressant.
    et je t’ai piqué 2 ou 3 recettes , merci.
    Je pense que tu es quelqu’un d’hyper cool et je suis contente de te « connaître « un peu.
    Après , chacun voit ce qu’il peut faire….peut-être n’avoir qu’un post par semaine?

    1. Moi aussi j’adore les articles voyage Reine; parce qu’avais de débriefer, il faut bien tester, n’est-ce pas ? 😉

      J’ai plein de sujets voyages qui traînent sur mon disque dur, attendant que les articles soient enfin écrits. Je me demande d’ailleurs s’il y a une date de péremption – il me reste encore un tas de photos de Nouvelle-Zélande aussi haut que ma pile de linge. Je sens que je vais finir interdite de voyage jusqu’à ce que j’ai fini de publier.

  6. Je suis consciente du temps que cela te demande. Chacun de tes articles est impeccable et cela demande forcément beaucoup de temps; Je ne sais pas comment tu fais avec deux enfants. Je me doute que tu t’y mets le soir quand ton plus petit est au dodo.
    Je te lis avec beaucoup de plaisir. Ton blog est un peu comme un coup de foudre amical, même si on ne se connaît pas en vrai. J’aime les partages autour de tes articles, j’aime ton attention pour chacune d’entre nous. Ton blog te permet d’être dans la création, ce qui doit être très satisfaisant et tu laisses une trace de tes voyages.
    Mais évidemment cela est chronophage.

    Alors, comme je n’ai aucune envie de te voir fermer ce si joli endroit, je te dirais de lever le pied, un peu, de temps en temps; Je ne blogue pas mais parfois, je « m’oblige » à ne pas allumer l’ordi, à ne pas aller vers ces sites que j’aime . C’est idiot, mais je me suis aperçue l’année dernière, que je ne lisais plus beaucoup, que je ne bricolais plus. Tout mon temps libre était sur internet et je ne créais rien; Alors je limite mes visites à trois ou quatre endroits;, dont le tien. Car tu me donnes envie de faire des choses, de cuisiner, de bricoler, de voyager aussi. Peut être si tu es un peu lasse en ce moment, peux tu te limiter en nombre d’articles?
    Tes lectrices comprendront, moi la première. Et là, je vais fermer l’ordi pour aller lire  » Temps glaciaires  » de Fred Vargas. Bon je ne pourrais pas m’empêcher d’aller sur instagram demain en rentrant de l’école pour découvrir ta destination….

    1. J’aime ces échanges Bobette et il se joue sur la toile une chose qui me parait très intéressante; nous prenons la parole pour parler de notre vraie vie, pas celle que nous présente certains magazines un peu trop glacés.

      Je n’ai pas non plus envie que le blog s’arrête mais comme tu le dis si joliment, chaque jour nous faisons des choix. Et bloguer en est un du genre plutôt chronophage – mais j’aime tellement ce rendez-vous que cela me booste à chaque coup de mou. Mais j’ai plein d’idées d’articles; ne reste plus qu’à trouver le temps de les écrire !

  7. Hé bien moi tu m’as embarqué dans ton univers. Tes articles semblent peut être moins spontanés que d’autres blogs, on sent un besoin de contrôler mais tu as aussi une grande générosité, un petit brin de folie qui m’ont séduite. Tu fais partie des quelques blogs que je lis régulièrement et j’espère pouvoir le faire encore longtemps

    1. Oui, c’est vrai Mamansebalade, je ne parle pas tant que ça de notre quotidien; il faudra sans doute un jour que j’explique pourquoi. Et puis, d’autres le font avec bien plus de talent que moi.

      Merci pour ton commentaire qui me touche.

  8. Je comprends tout à fait l’investissement que représente ton blog et je peux te dire que ça se ressent : c’est beau, très beau même, intéressant, fluide et charmant. Et tout cela ne tombe nécessite beaucoup d’huile dans les rouages.

    C’est plein d’info intéressantes. Joliment et astucieusement (vive le curseur ! Hem aussi) présentées.

    C’est plein d’humour et malgré tout ce travail ça demeure très spontané. C’est pour ça que c’est parfait.

    J’adorerai voir la vidéo des blogueuses en Thaïlande : l’anti Be-Frenchie 😉

    J’imagine bien aussi le temps que ces « réseaux sociaux » te mangent. Je suis très peu Amstragram car je n’ai pas de smartphone mais ça a l’air plus « simple » que le blog (pas de mise en page par exemple) mais cette instantanéité peut faire peur parfois. Mais tout ce temps à grapiller sur la vie : je ne sais pas comment tu fais ! Personnellement c’est pour ça que je n’ai pas de smartphone : au moins quand je suis loin de mon ordi je ne suis pas tentée. Mais professionnellement ça devient difficile : je deviens le dinosaure de l’équipe qui doit sortir son ordi pour caler un RDV dans l’agenda. – Mais quand je vois que le Boulet journal est à la mode je me dit que je suis encore modern avec mon I-cal : non ? PS : j’étais la première de la bande à avoir un… zut comment ça s’appelait ce mini ordinateur, avec un stylet ??? !! Zut… oublié…

    Bref : merci pour ce blog, j’espère que tu trouveras un rythme de croisière qui te conviendra. La difficulté c’est d’y consacrer une énergie quasi professionnelle sans pouvoir (ou difficilement) valoriser ce travail. C’est l’économie du ouèbe ma bonne dame : tout y est gratuit… (Ou presque : qui gagne des sous avec toutes ces données qu’on livre de nous ??? 😉 )

    1. Ah oui, vive le curseur ! Je ne suis même pas sûre d’avoir gardé les images des sirènes en maillot qu’on ne peut tremper. Mais cela me rappelle que j’ai un dernier épisode du vlog en Thaïlande à monter ( et des images sublimes de Dumbo ).

      Oui, j’ai remarqué que plusieurs blogueurs ont déserté leur blog pour instagram; c’est sans doute plus facile à gérer au quotidien. Mais d’un autre côté, cela pousse à une plus grande uniformisation. Et puis, j’aime l’idée de construire brique après brique une sorte de chez-moi virtuel; j’aimerais que mon blog soit comme une extension de ma maison, où on se sente bien.

      Oui, je partage entièrement ton avis à ce sujet. Je pense que démarrer un blog il y a quelques années devait être plus simple; aujourd’hui, le niveau est tel qu’on se retrouve à créer un contenu quasi-pro sans moyens équivalents. Mais d’un autre côté, j’aime ce challenge qui pousse à sortir de sa zone de confort.

      Je n’ai toujours pas cédé au bullet; je ne me vois franchement pas passer des après-midis entiers à le fabriquer. Du coup, j’essaie de garder en tête le plus de choses possibles. As-tu eu un pager peut-être ?

  9. J’imagine effectivement que ça te prend un temps fou… Et dire que par moments je n’ai même pas le temps de LIRE mes blogs préférés (je me fais des séances de rattrapage du coup) Préserve toi du burnout du blog et sirote ton thé glacé tranquillou bilou 🙂
    Bisous!

    1. Oui Morgane, il y a un vrai foisonnement de talents sur le web. Je suis toujours impressionnée de voir la variété de choses qu’on peut découvrir; c’est un merveilleux laboratoire d’idées et une mine pour les anthropologues du futur !

  10. ah c’est sur qu’on est toujours tiraillé entre continuer et arreter, pour l’aspect chronophage effectivement, mais aussi parce que c’est parfois les articles les plus longs à écrire, ceux dans lesquels on s’investit à fond qui sont les moins lus et commentés. Il y a une part d’ingrat dans le blogging, et tu as raison, de l’autre côté de l’écran on ne voit pas bien le travail et l’énergie.
    Mais le partage j’y peux rien j’adore ça, et j’aime ce que tu transmets, je ne trouve pas que tu triches avec la vérité. On lit bien la sincerité entre les lignes et les photos.

    1. J’apprécie beaucoup votre blog, votre perfectionnisme , votre sens du partage. Il y a beaucoup de gentillesse derrière l’humour et d’autodérision dont vous faites souvent preuve.
      Tant mieux si vous parvenez à continuer ces jolies pages:)

      1. Merci Draculinaix, c’est adorable ! Je vais garder votre message pour me booster les soirs où le blog devient un peu trop encombrant 😉

        Et comme il est arrivé en réponse à Debobrico – au cas où votre message lui soit destiné; moi aussi je l’aime son blog !

    2. Oui, c’est vrai Debobrico; les articles de fond ne sont pas toujours ceux qui « marchent » le mieux; mais j’aime l’idée de créer ma propre boîte à outils dans laquelle on pourra venir piocher des choses durables. Et puis, quelle satisfaction en cliquant sur « publier » quand on a l’impression d’avoir fait un article intéressant.

      Je suis toujours un peu partagée; d’un côté, je ne veux pas que le travail derrière un article se remarque quand on le lit; et de l’autre, j’avais quand même envie de parler de ce côté très chronophage d’un blog.

      On pourrait peut-être créer un groupe d’entraide pour les soirs de déprime ? 😉

  11. Je lis partout que pour que le blog décolle il faut publier régulièrement, genre chaque semaine, voir plus. Du coup, j’ai essayé.
    Et après, je me suis dit : est-ce que vraiment, tu as envie que ton blog décolle ou partager des moments de vie que tu as passé ? Genre à quel moment on partage ce qu’on vit et à quel moment on fait cette recette ou cette couture ou ce truc pour le bloguer ?
    Bref, l’envie est mon moteur, c’est donc très irrégulier… Et c’est bien comme ça pour moi !
    Je t’ai découverte par ton dernier article sur Hellocoton, et je me suis promenée un peu sur ton blog, et ma remarque était : quelle qualité, les articles sont très bien documentés, avec des belles photos… Impressionnant ! Donc je continuerai à te lire avec plaisir 🙂
    Alix
    http://a-tire-d-elle.blogspot.com

    1. Voilà une question très intéressante Alix: pourquoi blogue-t-on ? Je pense que c’est même la seule question qui vaille quand on se lance dans un tel projet.

      Parce qu’une fois passée l’excitation des débuts, il faudra se trouver l’énergie de se remettre à la tâche régulièrement. Chaque petite brique qu’on assemble nécessite tant de travail. Mais au final, j’aimerais que mon blog soit un peu comme ma maison sur la toile; un lieu où chacun serait bienvenu pour passer prendre un café et papoter quelques minutes avant de repartir dans le tourbillon de nos vies quotidiennes.

      Mais un blog est aussi un merveilleux prétexte pour expérimenter et se perfectionner dans plein de domaines applicables ailleurs dans notre vie. Moi qui suis d’un naturel plutôt réservé, cela m’a vraiment aidée à prendre confiance en moi pour allez vers les autres.

  12. « Merci », avant « Bonjour », c’est le premier mot qui me vient à l’esprit. Lectrice de blogs, je ne commente d’habitude jamais. Ton blog est varié, tout sauf superficiel, enrichissant en partages des petits plus qui rendent le quotidien plus beau. Ton talent artistique apparaît à chaque post.
    Il ne répond pas à un besoin vital comme l’air, l’eau et un peu de nourriture mais je le compare à un bon repas préparé avec amour, un bon vin à déguster, un paysage sublime à admirer, une lecture prenante qui nous permet de nous évader…. sans compter les voyages qui font rêver !
    Merci Daphné de consacrer tant de temps à ce blog, en espérant égoïstement pouvoir en profiter encore longtemps….

    1. Ah oui, je « plussoie » ce commentaire , c’est tellement juste!

      1. Arrête Bobette, je vire couleur homard ( et ce n’est pas uniquement parce que j’ai pris un bon gros coup de soleil à Amsterdam ). Sais-tu combien d’articles j’ai écrit en pensant à toi ? <3

        1. Oh ben là c’est moi qui rougis!!
          Mais cela ne m’étonne pas que tu penses à nous en écrivant, on sent vraiment ton envie de partager.

    2. C’est adorable Cathycat, je rougis un peu en te lisant – et pas juste parce que j’ai chaud. Tu ne peux pas imaginer comme ton message me fait plaisir.

      Quand j’écris un article, pour ne pas bloguer dans le vide, je pense toujours à une lectrice – du coup, j’imagine quelqu’un avec qui j’ai échangé avant. Alors ton commentaire me donne un nouveau visage avec qui dialoguer à travers mon clavier.

  13. Coucou,
    Moi, j´ai du arreter mon blog en francais apres 9 ans de blogger. J´ai continué avec mon blog en espagnol et je suis contente d´avoir pris cette décision.
    Amitiés de l´Argentine
    Elisa

    1. J’imagine Elisa, que c’est encore plus compliqué d’arriver à gérer deux blogs dans différentes langues en même temps. Au départ, celui-ci était bilingue français-anglais; et puis, j’ai vu que je n’arrivais pas à tenir le rythme et j’ai laissé la partie anglophone en jachère. Pourtant, je pensais que cette spécificité me conviendrait et me permettrait de parler de ma région à ceux qui viennent la visiter.

      Mais c’est aussi ce cheminement qui est intéressant dans un blog: on a une idée au départ puis ce carnet du quotidien évolue et finit par ne plus ressembler à ce qu’on avait imaginé. Un peu comme la vie, finalement !

  14. Oh que tu me manquerais ! Pas les DIY de bricolage, non, parce que, franchement, changer un mitigeur, ça ne me passionne pas plus que ça (et que j’ai des amis qui le font pour moi !), mais le ton, la bonne humeur qui me font lire jusqu’au bout même le ponçage de la terrasse, parce que je souris rien qu’en te lisant. Et j’adore les billets d’humeur, ceux qui font réfléchir et ceux qui parlent de voyage. Et d’échange de maison ! Mais tu sais, si c’était moins parfait, moi, ça ne me dérangerait pas ! Tant qu’il y a ton sourire, ou tes réflexions, ou celui de Virgile ou le délicieux Pythéas…
    Tu nous lâches pas, hein ? Steplé, Daphné !

    1. Ah non Yanne, moi j’évite de sourire en ponçant la terrasse; pas envie de finir les dents pleines de sciure.

      Bon, je sais bien que mon mitigeur a peu de chances de passionner les foules, mais ce sera ma contribution féministe. Et tant que le blog vivra, je continuerai à bricoler par ici, parce que je crois sincèrement que perceuse et scie nous rendent un peu plus indépendantes ( et que la sciure fait un très bon exfoliant naturel ).

      Mais non, on ne se débarrasse pas de moi comme ça; youplaboum, je suis revenue plus en forme que jamais ( et un peu mal aux fesses après avoir pédalé comme une damnée sur les pavés d’Amsterdam ). J’ai pensé à toi en visitant la bibliothèque centrale; quelle merveille !

  15. Coucou, moi je l’aime ton blog et j’aime le fait qu’il offre de la douceur et une coupure avec mon quotidien de maman. Oui je la connais bien la montagne de linge… Alors MERCI MERCI pour tout ce que tu fais 🙂

    1. Ah oui, cette fameuse montagne de linge; à peine l’a-t-on réduite qu’elle repousse de plus belle ! Ne serait-ce pas une nouvelle forme d’éruption volcanique ? 😉 Je te rassure Lucie, juste à côté du joli cadrage, la montagne est bien en place, prête à déborder.

      Merci pour ton adorable commentaire !

  16. Je découvre ton blog et j’en apprécie beaucoup la lecture !
    Je serais curieuse de connaître tes limites !
    Pour ma part j’ai un blog depuis plusieurs mois, tout neuf, mais avant lui j’en ai tenu un autre pendant 4 ans, que j’ai laissé filé par manque de temps puis que j’ai fermé, comme ça, en une seconde, finalement, après des mois de « je fais quoi ? »
    Je crois que ma conclusion à tout ça c’est que le blog, cet espace de liberté finit par manquer !
    Il prend énormément de temps mais apporte tellement !
    Pour le nouveau, que j’ai ouvert avec le doux, je me suis remémoré les bons souvenirs et je lui ai raconté tout ce qui avait pu m’arriver grâce à lui et c’était fou de se rendre à nouveau compte de tout ça.
    Pour sûr, c’est une belle expérience !
    (ps : je n’aime pas faire ça mais j’aimerais qu’on le fasse pour moi alors… petite coquille ici  » formlue magique » et il manque le « sont » à « quelles * mes bonnes raisons » !)

    1. Ce doit être chouette de bloguer en duo; j’aime cette idée de dialogue qui s’instaure et permet de s’épauler et se relayer.

      Oui, cet exercice nécessite endurance et ténacité, mais j’aime l’idée d’un carnet au long cours pour témoigner de ces années passées.

      Oups, merci pour ces coquilles; je vais corriger ça !

  17. Bonjour Daphné,
    J’ai été séduite par tes commentaires sur d’autres blogs : positifs, joyeux le plus souvent et infiniment bienveillants. Sur le blog, j’aime les photos et les vidéos, soignées, belles mais vivantes aussi (j’aime beaucoup le petit acteur…) : beaucoup de travail derrière, je n’en doute pas, mais quelle élégance aussi et quelle joie de vivre ! A bientôt !

    1. Merci beaucoup Françoise ! J’espère pouvoir bientôt reprendre le montage de nos vidéos; mais il me faudra pas mal de gâteaux au chocolat pour corrompre Philéas 😉 .

      Le dernier vlog à Londres traîne depuis plusieurs semaines déjà mais j’ai hâte de pouvoir enfin vous le montrer – Virgile était si content de partager son voyage. Et j’espère que dans quelques années il regardera ces souvenirs avec plaisir.

  18. Bonjour Daphné,
    Pas le temps de faire le long et joli commentaire que cet article mériterait alors juste un petit mot pour te dire le principal: je l’aime ton blog, il est unique, intelligent, créatif, beau, voyageur, chaleureux (je l’imagine comme toi!) alors j’espère égoïstement que tu le continueras encore longtemps!

    1. Mais moi aussi, Soleil, j’espère le continuer encore quelques temps. Mais n’est-ce pas bon de se dire aussi que ça peut s’arrêter ? Cela évite de voir l’ennui ou l’habitude poindre le bout de leurs nez.

      Et puis il semble que ce soit mon rythme après tout; deux fois par an, je sortirai mon article Calimero, avant de ranger les mouchoirs pour repartir de plus belle ! D’habitude, je préfère partager des trucs légers, mais il me parait essentiel de rester honnête avec vous. Après tout, n’est-ce pas ce qu’on fait avec ceux à qui l’on tient ?

  19. J’ai commencé à bloguer en 2009 et, au début, je m’étais fixé une règle : 5 jours par semaine et jamais le week-end.
    Et puis, un jour, je me suis dit que bloguer n’étant pas professionnel devait rester un plaisir et non une contrainte et que, du coup, si je ne pouvais pas écrire un billet comme j’en avais envie, je préférais que le blog reste silencieux quelques jours.
    Ca fait 10 jours que je suis complètement sous l’eau (j’ai cumulé moins de 25h de sommeil en 5 nuits pour essayer de faire tout ce que je devais la semaine dernière et cette semaine j’ai préféré partir pique-niquer à la plage en sortant du boulot ou passer des heures le nez dans mes guides pour préparer mon week-end cadeau d’anniversaire qui commence demain, que de rentrer chez moi brancher l’ordinateur…) et que je n’ai même pas ouvert mon interface. Je n’ai même pas eu le temps de venir te lire (pour dire) ! mais c’est comme ça… Je crois que c’est ce qui me permet de tenir le coup.
    Ma vraie vie est peut-être moins drôle ou moins parfaite mais elle restera toujours plus belle parce que je suis les deux pieds dedans mais je n’ai pas envie de renoncer à mon blog.
    Alors, je sais que mon blog ne fera jamais partie des hits mais tant pis !

    J’adore l’esprit que tu développes ici et, parfois, j’avoue, je me dis que tu as une formule magique pour que ta maison soit toujours impeccable et pour faire disparaître à volonté ta pile de linge (qui, de mon côté, encombre mon salon).
    Mais j’aime bien aussi cette impression (même si ce n’est qu’une impression et, peut-être, quelque part, heureusement) !
    Je crois que tant qu’on fait les choses avec plaisir et « gourmandise », les gens le perçoivent également comme ça et c’est bien le plus important.

    1. Miss Blabla, je ne sais pas si j’aurai la même endurance que toi; je n’ose même pas imaginer le nombre d’heures consacrées à ton blog. Ton carnet à toi commence à rassembler une sacrée tranche de vie !

      Oups, empiéter sur le temps de sommeil m’est aussi arrivé trop souvent ces derniers temps et je me dis que ce n’est décidément pas la bonne solution; mais juin est traître quand les vacances approchent à grands pas et que les trucs à boucler s’accumulent.

      Oh, j’espère que ce week-end d’anniversaire va te permettre de recharger les batteries pour commencer l’été en beauté.

      Je checke; la pile de linge est bien là ! Tu sais, il suffit de photographier à côté. Mais je me dis que cette pile est la même chez nous tous, alors à quoi bon partager ça ? Je la pousse un peu et zou, je mitraille ce qui est en ordre – où je fais mes photos de retour d’échange de maison. Avant de partir, je suis toujours trop speed mais au retour, j’ai toujours une fenêtre de 24 h avant que le bordel ne se réinstalle pour remettre la maison dans son état naturel 😉 .

      Que ce week-end te soit doux, joyeux anniversaire ! <3

  20. Les blogs, ça vient, et puis ça va, et puis un jour, ça revient, comme ça. Tout dépend de ce pour quoi il est là, s’il fait du bien, s’il enthousiasme son auteur, ou si au contraire il l’enferme dans un rôle qui devient pénible à jouer.
    J’arrive un brin trop tard pour saisir la portée de tes billets, mais j’espère que tu auras toujours plaisir à en partager quelques uns lorsque le coeur t’en dira !

    1. Oui Penny, je pense que ça fait du bien aussi de se poser 5 minutes pour remettre les choses en place; j’avais d’ailleurs fait un petit article qui listait mes bonnes raisons de bloguer.

      Je n’ai pas du tout l’intention d’arrêter Be Frenchie pour l’instant, mais je trouve sain de se dire que ce projet sera peut être amené à évoluer, ou être mis en pause pour autre chose.

  21. Après avoir lu ce texte, je me suis demandée ce qui fait que ton blog est le seul sur lequel je laisse des messages (pourtant j’en lis beaucoup)…
    Peut-être parce qu’il me fait voyager, dans le monde et aussi dans ma cuisine…
    Parce que j’aime ton ton humoristique derrière lequel on sent une gravité (peut-être)…
    Parce qu’il a une belle structure graphique et qu’il déborde de créativité..
    Parce que parfois je m’y retrouve et parfois pas du tout et tant mieux !
    Parce que les échanges ici sont d’une qualité rare sur le net, empreints de bienveillance et de chaleur
    Parce que le curseur quoi !
    J’ai bien conscience que le travail en amont d’un blog doit prendre beaucoup de temps sur ta « vie réelle » mais ce que tu donnes à partager avec nous est une vraie richesse et je t’en remercie profondément.

    1. Je n’aurais pas mieux dit que MarieL. Comme elle, ton blog est le seul où je laisse – parfois – un message. Peut-être parce que ce qui ressort de ton blog est tellement empreint de joie de vivre, de générosité qu’on a envie de partager ce sentiment avec toi ? On se doute bien en lisant tes articles qu’il y a du boulot là-dedans, on se doute aussi que ta vite n’est pas tjs trépidante et qu’il doit y avoir, pour toi aussi, des moments ménage-lessive-etc. Mais en tant que lectrice, je recherche l’évasion, la créativité, la douceur et la chaleur et c’est tt ce que dégage ton blog. J’espère moi aussi que cette idée d’arrêter, quand elle t’arrive, n’est que fugace, parce que maintenant que j’ai goûté au plaisir de partager un peu de ton quotidien, j’aurais bien du mal à m’en passer ! Bon week-end Daphné et merci pour le cheese-cake :op

      1. Et hop je n avais pas lu cet article Daphné. Tu sais quoi ? Tu lis TOUS les commentaires et tu réponds à TOUS. C est l immense richesse de ton blog, mais vu son succès très grandissant, il ne faut pas que cela cause ta perte ! Mouah ah ah, rire sardonique. Peut etre te fixer des limites de nombre d articles par semaine ? Faire des réponses groupées ? Sais tu que depuis presque deux ans donc, ma vie est plus belle, que j ai plaisir à te lire et retrouver mes copies lectrices, que les cadeaux faits main de l an dernier me restent en mémoire ? Certes, ton rôle n est pas d être thérapeute, et tu dois prendre toujours du plaisir à faire ce que tu fais. Tu sauras trouver ton équilibre et tu sais quoi ? On sera là pour t accompagner au rythme que TU auras choisi. Je t embrasse.

        1. Ah Mila, je préférerai de loin faire moins d’articles et papoter avec vous plutôt que de trimer seule dans la cale du blog. On est quand même bien mieux tranquillement installés sur le pont, mojito à la main, que les mains dans le cambouis – non ?

          Mila, c’est quand même beaucoup grâce à toi si je n’ai pas tout lâché au bout de deux mois; tes premiers commentaires m’ont énormément encouragée ( et franchement, a posteriori, les premiers articles n’étaient pas les plus aboutis ).

      2. Ah, ces grands moments où aspirateur et évier se bouchent, ma lutte contre les mites alimentaires aussi longue qu’une Saga islandaise, le couvercle de tupperware qui part refaire sa vie avec la chaussette trop longtemps délaissée, la carte SD qui décide de mettre fin à ses jours en plein voyage – si seulement tu savais, Julia, à quel point ma vie est fascinante.

        Alors oui ! Autant cadrer juste à côté, zoomer bien gros pour ne retenir que le beau et s’offrir ensemble un peu d’évasion. Si ça se trouve, peut-être retrouvera-t-on un jour sur une photo d’île paradisiaque en Thaïlande ou volcan islandais mon couvercle de tupperware et sa chaussette chérie tendrement enlacés ? Ce sera alors la preuve qu’il y a une vie derrière cette kolossale montagne de linge qui monte vers le plafond.

        J’espère que ton week-end fut doux Julia !

    2. Et voilà MarieL, je suis tout émue en lisant ton message; la prochaine fois que j’aurais une crise Calimero, il faut que je revienne piocher un peu de douceur ici avant de m’apitoyer minablement.

      Oh oui, ça déborde côté graphique; je me dis d’ailleurs que je devrait travailler ce point-là; j’ai beau vouloir tendre vers la simplicité, mon côté baroque fini toujours par ressurgir. Dis, tu crois que ça existe, le baroque-minimaliste ?

      Ce sont nos échanges qui sont la vraie richesse de cet espace; je vois mes articles plus comme des sortes de Mac Guffin pour amorcer un dialogue ( mais je sens en l’écrivant que mon concept pour paraître abscons – allez hop, voilà une nouvelle idée d’article à ce sujet notée dans ma liste de choses à publier ).

      Et puis, je ne peux décemment pas fermer le blog sans publier ta recette qui attend patiemment depuis plus d’un an – donc, tant que je ne la teste pas,aucun risque que Be Frenchie disparaisse de nos écrans 😉 ( voilà le prétexte parfait à ma feignantise naturelle ).

  22. Votre blog est pour moi une fenêtre sur la vie. J’aime beaucoup la joie et la créativité qui se dégage des billets des jeunes femmes comme vous, je suis seule et retraitée cela m’aide à supporter mon isolement. Je ne pensais pas que cela représentait une telle quantité d’heures. IL faut savoir manipuler l’outil informatique -ce qui n’est pas mon cas- Continuez si cela vous est possible et vous apporte du plaisir -comme il m’en apporte- Bonne continuation.

    1. Oh Linette, votre message me touche tant; j’aime l’idée que ce petit blog ne rassemble pas que des gens qui se ressemblent. Je penserai à vous en écrivant le prochain article, il sera question d’enfance et de jeu 😉 .

      Bon, si le blog me prend tant de temps, c’est bien parce que je ne suis pas si familière des différents logiciels; je ne suis pas graphiste, ni photographe, je n’avais pas l’habitude d’écrire avant d’ouvrir mon blog. Mais justement, le plaisir de vous retrouver me motive énormément à progresser pour continuer le blog et le développer.

      Et puis, j’espère que mes garçons auront plus tard du plaisir à retrouver ces tranches d’enfance. Puis-je me permettre de vous embrasser ?

  23. Hé hé même réflexions ici aussi. Depuis que nous avons entamé notre voyage autour du monde je commence à mettre plus d’énergie dans les réseaux sociaux pour partager le fruit de mon travail, car travail il y a bel et bien, même si c’est fait avec beaucoup de passion ! J’espère comme toi que la communauté qui nous entoure va s’agrandir au fil du temps car je prend un plaisir immense à partager et échanger. Mais la question que je me pose est la suivante : à partir de quand est-on vraiment satisfait ? Et je crois hélas que la réponse est… jamais xD

    1. J’imagine que ce doit être compliqué de trouver un rythme pour préparer tes publications sans empiéter sur vos découvertes ensemble. Et puis, cela nécessite aussi de s’isoler un peu pour être au calme.

      Mais je suis tellement contente d’avoir découvert votre famille et aventure et de vous suivre toujours plus à l’est.

      Je pense quand même que ça devient plus compliqué de lancer un blog aujourd’hui; le niveau général est devenu très haut et nécessite temps et matériel pour être à la hauteur de ce qui se fait ailleurs. Alors je sais bien que cela ne sert à rien de comparer ce qu’on souhaite faire à ce qui se voit ailleurs. Mais tu as raison; on a toujours envie d’aller plus loin pour voir jusqu’où nous mènerons nos projets. Et finalement, j’aime l’idée d’un grand chantier permanent où tout doit toujours être remis en perspective.

      1. Je m’occupe des photographies et du blog lorsque nous roulons ainsi que le soir douillettement installée dans notre lit devant une série (ce qui ne m’aide pas à être efficace xD ). Quand j’étais encore maîtresse et que je travaillais tard trèèèès souvent, j’avais pris l’habitude de terminer de bosser au lit avec mon mec et une série pour me motiver… (et avoir l’impression d’avoir une vie malgré tout ah ah) j’enchaînais ensuite sur le blog. Je n’ai plus de travail pour le moment mais j’ai conservé mon petit rythme pour le blog !

        Moi aussi je suis contente d’avoir découvert ton espace. Tu dégages beaucoup de gentillesse tu sais ?

        1. Oh mais on fait exactement la même chose Melmelboo – bon sauf que je suis assise en tailleur devant ma table basse. Pour me donner l’impression de tout de même avoir des loisirs, je mets souvent une émission que je peux suivre sans trop quitter des yeux mon écrans. Récemment, mon grand m’a fait découvrir une appli pour gérer facilement mes podcasts radios – ça m’aide aussi à « rentabiliser » mes trop nombreux trajets en voiture ( la vie dans la garrigue comporte quand même quelques défauts ).

          Allez hop, et si on se faisait un club de soutien pour blogueuses nocturnes ?

  24. Coucou Daphné
    N’arrête pas ton blog s’il te plait…( soupir Calimero)
    J’adore tes récits de voyages, les films qui vont avec, le côté nature de tes articles. On sent la somme de travail que cela demande mais c’est toujours enrichissant et plein de bienveillance, et tu réponds à toutes, ( quel boulot!) ce qui est rare. J’interviens juste sur ton blog et celui de Caro. Quand c’est bricolage, je passe mon tour..J’aime ta garrigue, Philéas et Virgile et ton sourire. Bonne journée 🙂

    1. Mais non Dom, j’ai un petit pic Calimero 2 fois par an, c’est tout.

      J’aime beaucoup cette citation d’Albert Jacquard : « en imaginant demain, nous avons donné de la valeur au présent.  »

      Avec ma coquille sur la tête, je crois que je voulais simplement dire, d’une manière très compliquée, que rien n’est acquis et que je me dis que le blog aussi peut s’arrêter demain. Et ce ne serait pas si grave, après tout – ce serait juste le départ d’un autre projet 😉 .

      Je sais bien que mes articles bricolage ne sont pas les plus lus; mais c’est ma manière d’être féministe. Une façon de dire « yes we can ».

  25. Bonjour Daphné,
    Je découvre ton blog aujourd’hui par le biais de ton guest post sur No Tuxedo. En furetant sur le blog, je tombe csur et article … cling, immédiatement, je vais lire tellement ça fait écho à mes questionnements du moment (un moment qui dure depuis 3 mois quand même !!!)
    Je suis bloggueuse aussi dans l’univers de la déco.
    Comme toi mon blog me prend énormément de temps, Comme toi, il fait partie intégrante de ma vie … même si en général, je m’éfforce de l’oublier pendant mes vacances. Comme toi, je m’embourbe régulièrement dans une grosse remise en question : pourquoi ? pour qui ? comment ?
    Comme toi, j’aime plus que tout l’échange qui se fait avec les personnes qui me suivent et qui commentent. C’est du temps, mais c’est tellement riche !!!
    Ce n’est pas l’anniversaire de mon blog, Je ne le fête jamais. Je ne sais pas quand il est, j’y suis venu progressivement, par étapes … mais comme toi, je viens de poster un article vendredi dernier dans lequel, je me questionne ouvertement (ce qui est exceptionnel pour moi !!!) et je questionne mes lecteurs sur ce dont ils ont envie.
    … finalement, je crois qu’on est sur la bonne voie toutes les deux 😉
    … la seule qui va nous permettre de revenir à la source de nos blogs : le plaisir d’écrire, le plaisir de partager, le plaisir d’échanger …
    A bientôt sur ton blog 🙂
    Gaëlle

    1. J’ai lu ton article Gaëlle et cette notion de slow blogging fait écho en moi.

      Cela m’a fait du bien de partager les coulisses du blog et je me dis que c’est une chose que je devrais faire plus souvent. Du coup, j’aborde cette question à la légère dans mes stories instagram; le format me parait bien adapté pour montrer mes séances photos ou moments devant la page vierge d’un article.

      Mais je pense aussi que cette remise en question est essentielle pour aller de l’avant et ne pas se laisser glisser trop confortablement dans nos habitudes. Ne jamais rien tenir pour acquis, voilà une chose essentielle dans la vie.

      Après tout, Léonard de Vinci ne disait-il pas déjà : “Qui ne doute pas acquiert peu.” 😉

Laisser un commentaire