daphné du blog be frenchie

Mes 10 nouvelles habitudes en cuisine depuis que je suis maman solo

Depuis que le papa des garçons a quitté la maison en juin dernier, de petits changements se sont naturellement mis en place dans mon quotidien. J’ai pris de nouvelles habitudes de vie, et c’est en cuisine qu’elles se remarquent le plus.

Normal : la manière dont on cuisine est très ancrée culturellement, et le papa des garçons a des manies qui ne correspondent plus forcément à mes aspirations.

Une fois seule, j’ai commencé à faire les choses autrement. Les petits changements quotidiens étant toujours symptomatiques de notre manière de vivre, j’ai pensé que ce serait intéressant de lister les 10 choses qui ont changé dans ma cuisine depuis que je suis maman solo :

decoration de cuisine à la manière d'un loft

Fini le stock d’alcool

C’est le tout premier changement que j’ai opéré à la maison : quand mon futur-ex est parti, je lui ai emballé puis mis dans sa voiture toutes ses bouteilles d’alcool – et il y en avait ! Une fois vidé de tous les apéritifs, alcools forts & bouteilles de vin qu’il gardait en réserve, j’ai récupéré un placard entier. J’ai juste conservé un fond de bouteille de whisky pour faire mes sauces de poutine & racheté du rhum pour les gâteaux.

Ce grand placard rempli d’alcool alors que je n’en bois jamais me mettait mal à l’aise : et s’il y a bien un truc qui m’aide en ce moment, c’est de me sentir bien chez moi.

Il me reste encore à emballer les coupes à champagne, verres à apéritif et verres à vin pour les rendre à l’homme et hop : j’aurai fait place nette ! ( Du moins de ce côté-là ).

préparer le thé

Un thé avec mon repas

Cet hiver, j’ai découvert le bonheur de me faire un thé pour accompagner mon repas. Débarrassée de tout jugement sur ma façon de m’alimenter, j’ai vite adopté ce genre de déjeuner tout simple qui me plait : tartines + thé. Quand les températures baissent, je trouve ça tellement réconfortant de me faire une grande infusion ou thé que je bois tranquillement tout en travaillant.

tartine grillée

Mon grill à croque-monsieur

Du coup, j’ai aussi laissé s’exprimer mon irrépressible envie de croque-monsieur. C’est le piège des échanges de maison : à chaque fois, mes échangeurs possèdent des gadgets ménagers que je n’ai pas.

Évidemment, en 2 semaines chez eux, j’ai le temps d’apprécier le confort qu’ils apportent. C’est ainsi que j’ai fait rentrer un grill chez moi à mon retour de Suisse.

Mes échangeurs en avaient un immense qui était nickel pour se préparer des croque-monsieur. Du coup, cet été, j’ai fait fondre tous les fromages suisses qui me tombaient sous la main. De retour à la maison, j’ai testé la cuisson à la poêle, au four – mais rien ne remplaçait leur grill. A la rentrée, j’ai cédé. Depuis, on a instauré le déjeuner croque-madame : chaque vendredi, j’invite un copain de Virgile à déjeuner et zou, on se fait des croque-madame pour fêter l’arrivée du week-end. Accompagné d’un thé pour moi, évidemment !

rayon formage dans un supermarché

Un seul fromage dans mon frigo

Le papa des garçons nourrit une passion pour les fromages. Un de ses petits plaisirs du quotidien est d’aller chez son fromager se concocter son amortissement. Un frigo sans assortiment de fromage est inconcevable pour lui. Plusieurs fois par jour, il va piocher dans son stock et se prépare des tartines dégoulinantes.

Le hic, c’est qu’il est très difficile de résister à la tentation : moi aussi, j’adore le fromage. Mes hanches qu’il enrobe, moins. Alors quand l’homme est parti, j’ai décidé de vider l’étagère du frigo dévolue au Saint-Fromage. Depuis, j’ai juste de la raclette pour faire les croque-monsieur. Plus de tentation, et un résultat rapidement visible en boutonnant mes jeans ( même s’il reste d’autres sources de tentations : coucou la boîte de chocolats ).

Exit la corvée de pain

Autre grande passion de l’homme : la baguette croustillante – pour accompagner le fromage, évidemment.

Ce qui implique d’aller chaque matin à la boulangerie pour s’en procurer avant d’envisager toute autre occupation. N’ayant pas de boulangerie à portée de main, ça prend du temps ( 6 km A/R quand même ).

Mais au bout de quelques heures, rebelote : tout pain considéré comme plus suffisamment croustillant était immédiatement relégué au fond de la boîte à pain, où il trainait jusqu’à ce que je finisse par vider la boîte débordant de croutons rassis pour les porter au compost.

J’ai réglé la question en oubliant les baguettes au profit de pains de longue conservation : du coup, j’ai rarement du pain « frais » à la maison. Mais quelle libération de ne plus vivre cette angoisse quotidienne face à la potentielle non-croustillance du pain. Ah, et je ne gaspille plus de pain en posant le rituel petit bout de pain à côté de l’assiette jugé indispensable à tout repas – et qui terminait invariablement au purgatoire de la boîte à pain.

ramen japonais

Passion ramen

Le ramen est un plat traditionnel japonais ( je sais : c’est un pléonasme ). Servis dans un grand bol, nouilles et légumes flottent dans un bouillon parfumé. On rajoute dessous herbes fraîches, œuf mollet et ou viande / poisson. Un régal absolu, aux variantes infinies qui s’accommode facilement avec des restes.

Grande découverte ici cet hiver : c’est hyper simple à préparer, peu gras et tellement réconfortant quand il fait froid. J’ai maintenant toujours en stock de quoi en préparer et me suis même offert de grands bols pour les servir.

Mon repas tient dans un bol

Parmi les injonctions de mon ancienne vie, entre le bout de pain et le verre à vin, il y avait le fait de manger dans une grande assiette. Un « vrai » repas devait comprendre si possible 3 plats et être servi dans une assiette.

Depuis que je vis seule avec Virgile, j’utile de plus en plus des bols ou assiettes creuses pour manger. Je prépare souvent des risottos, purées, dhals, soupes ou nouilles qui ne nécessitent qu’une cuillère pour manger. Bol + cuillère ( et tasse de thé ) sont souvent les seuls accessoires qu’on utilise pour manger. Et ça nous convient très bien comme ça !

Nos repas rituels

La pandémie nous oblige déjà à passer plus de temps à la maison & réduit nos interactions sociales. Mais si on rajoute en plus une séparation compliquée, il y a carrément de quoi déprimer.

Pour lutter contre la morosité, j’ai créé de nouveaux moments rituels pour rythmer les semaines : chaque mercredi & week-end, je prépare un brunch plein de vitamines avec un grand jeu de société.

Vendredi midi c’est croque-madame avec un copain de Virgile. Pour le dîner, je prépare souvent des burgers avec bataille navale, pizza ou ramen devant un film.

Ritualiser certains repas permet de mieux rythmer les semaines en se donnant de petits objectifs stimulants. C’est exactement ce dont j’ai besoin en ce moment pour me booster au quotidien.

organisateur de tiroir

Cet organisateur de tiroir est mon dernier tuto pour le magazine en ligne 18h39

Moins de bazar sur le plan de travail

En vidant les tiroirs de trucs inutiles, j’ai dégagé de la place pour ranger ce qui trainait sur le plan de travail : exit la boîte à pain, épices et planches qui restaient en vue Ad vitam æternam. En gérant les choses seules, je ne suis plus envahie par ce bazar qui n’est pas le mien – en cuisine du moins !

L’homme a laissé la plupart de ses affaires dans le reste de la maison, du coup je cohabite encore avec ses objets pour une durée indéterminée. Mais ce premier tri me permet de voir à quoi ressemblera mon quotidien quand je serai allégée de choses qui encombrent.

plan de travail de cuisine en bois

Tellement moins ménage à faire

C’est spectaculaire : j’ai divisé ( au moins ) par 4 le temps passé à nettoyer la cuisine. Avant, je nettoyais chaque jour les poignées de meuble ou frigo collantes de textures étranges, portes de placard en verre pleines de taches de graisse, cafés renversés partout dans la maison, festival de miettes à gogo ( rapport au pain croustillant, probablement ). Sans parler de la cuisine entière à nettoyer quand ce n’était pas moi qui faisais à manger.

Nous ne sommes plus que 2 à la maison et la différence est spectaculaire : durant toutes ces années, je n’avais pas réalisé à quel point cette négligence me créait des contraintes quotidiennes facilement évitables. Mine de rien, c’est une libération !

cuisine de Daphné du blog befrenchie

Comme quoi, ces petites habitudes bien ancrées qu’on change peuvent réellement impacter notre quotidien. Ce n’est pas figé : j’ai mis en place de nouveaux gestes qui conviennent bien à ma situation actuelle pour me faciliter le quotidien. Mais je suis prête à faire bouger les lignes à nouveau pour suivre l’évolution de ma vie : j’ai compris que ma maison doit s’adapter à mes besoins, et non l’inverse !

Et toi, quels changements as-tu récemment opérés dans ta cuisine ?

S’abonner
Notifier de
guest
26 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
catherine
catherine
9 février 2021 9 h 59 min

tu désencombres, très à la mode en ce moment, c’est parfait pour le moral! je fais un peu comme toi, sauf que le chéri est toujours là et j’espère pour longtemps encore, mais je m’adapte aussi, je m’aperçois en te lisant que je fais plein de vaisselle pour ses petites préparations perso (yaourts maison, jus d’orange frais quotidien, etc..à revoir absolument)
tu nous donnerais une de tes recettes de ramen? stp, merci
bonne journée Daphné

catherine
catherine
Reply to  Daphné
9 février 2021 16 h 43 min

Marie Kondo a du s’inspirer du Corbusier, alors?

catherine
catherine
Reply to  Daphné
10 février 2021 9 h 02 min

merci

Maëlle
Maëlle
9 février 2021 10 h 23 min

Bonjour Daphné, j’ai la nette manie de chercher à me simplifier la vie et surtout de me soumettre au moins de règles de convenance possible. Ici du pain frais uniquement lorsqu’il y a des invités, des croques assez souvent (épinards chèvre, miam) mais aussi des paninis, des soupes plutôt de légumes mais je vais tenter les ramens (merci pour l’idée) et des gratins aussi. L’alcool a toujours sa place chez nous parce que nous recevons beaucoup mais de moins en moins d’alcool fort (davantage de bières, de vins cuits, de vins tout court). Le fromage a toujours sa place parce que j’adore ça mais j’essaye de privilégier les pâtes molles, moins grasses. Jamais je n’organise mon emploi du temps par rapport au ménage ou aux courses. Je fais quand je veux, quand je peux… Je ressents moins la corvée de cette manière.
Dans tous les cas, tu as entièrement raison, la vie est ce qu’on en fait et si c’est ainsi que tu te sens bien aujourd’hui, pourquoi ne pas en profiter pour s’alléger de règles qui ne te conviennent plus.

Juliette
Juliette
9 février 2021 10 h 37 min

La lecture de tes changements me donne envie de mettre au menu des rituels ici aussi. Il n’y en avait pas chez moi petite alors que les copines mangeaient quasi toutes du poulet rôti et des frites le dimanche. Ça me faisait terriblement envie. Pas forcément ces plats là mais un menu qui revient régulièrement et associé à un moment heureux. Je vais tâcher ici aussi de faire bouger les lignes. Les changements sont ils palpables aux yeux de Virgile ? Ou peut être ne se rend il pas spécialement compte que les grandes assiettes ne sont plus une obligation. Je suis curieuse de savoir si son point de vue de petit grand garçon a observé tout ça. Ou si c’est tellement fluide que ça passe inaperçu, comme si ça avait toujours roulé de la sorte. En tout cas ce sont de jolis changements qui font souffler la légèreté et la gaieté dans cette belle cuisine!

Minoval67
Minoval67
9 février 2021 10 h 39 min

En te lisant, j’ai le sentiment que tu vivais en apnée depuis bien longtemps à cause de ttes les injonctions imposées et que cette séparation, aussi dure et douloureuse soit elle, va te permettre de te retrouver…et de respirer à nouveau profondément … courage Daphné, tu y es presque! Je t’embrasse

GingerLemon92
GingerLemon92
Reply to  Minoval67
9 février 2021 10 h 53 min

C’est tout à fait ce que je ressens à la lecture de cet article. Et je l’avais déjà remarqué à d’autres détails. Daphné, tu avais la charge mentale, et donc domestique, d’un mode de vie qui ne te convenait pas.

Karoll
Karoll
Reply to  GingerLemon92
10 février 2021 2 h 31 min

J’ai aussi le sentiment que ton ancienne vie ne te convenait pas, ou plus, et que tu avais fini par t’oublier totalement dans cette relation… Je suis heureuse pour toi de voir que tu vas de l’avant et peux enfin vivre d’une manière bien + conforme à tes aspirations ! Le meilleur est devant toi, je te le souhaite de tout cœur ❤️

chuuut_je_reve
9 février 2021 10 h 56 min

depuis le 01 février je me suis inscrite à crok kilos et je suis vraiment heureuse de cuisiner des plats différents ! Ça c’est chouette. J’adore l’idée de ritualiser les repas. J’ai instauré depuis peu le hamburger frites le dimanche soir quand ma fille rentre de chez son papa. Je vais réfléchir à instaurer un ou deux autres repas-rituels. Je trouve cela chouette !! Merci de tes partages ❤️
Magalie

chuuut_je_reve
Reply to  Daphné
10 février 2021 16 h 21 min

Faut que j’essaie les frites de patate douce ! Ça cuit longtemps ?
Avec ma fille, Manon, 10 ans et demi, nous jouons à labyrinthe (je perds tout le temps), au mille bornes (je gagne souvent) et depuis peu à The Mind ! Qui est top ! Après on a les classiques bonne paie , Monopoly et mastermind ! Pas facile de trouver des jeux pour 2 sans faire une bataille

Claire Rêves de fripouilles
9 février 2021 11 h 02 min

C’est génial de desencombrer, de prendre ses habitudes et de ne plus subir celle de l’autre. Bravo pour ce gros travail personnel.
Je suis comme toi, j’adore manger dans un bol avec une cuillère, c’est tellement agréable.
Encore bravo !

Fanchette
Fanchette
9 février 2021 12 h 25 min

C’est très intéressant tout ça.
Je suis contente que tu arrives à trouver du positif dans ce qui t’arrive.
Pour le thé chaud : je me fais toujours la réflexion quand je vois des gens (dans la vraie vie, ou sur les réseaux) qui mangent froid en hiver : genre tartine ou salade. Pour moi c’est indispensable en hiver d’avoir du chaud dans mon repas.
De mon côté j’aime bien les salades et les tartines mais je les accompagne d’un bouillon bien brulant. Soit de légumes soit de viande (j’aime beaucoup le bouillon de poule ou de bœuf qui permettent de valoriser des morceaux moins nobles et très peu coûteux et qui donnent des litres de bouillon !).
Pour te dire j’aime même le bouillon au petit déjeuner !!

Comme toi je déteste gâcher le pain. Depuis que je fais le pain maison, on le consomme jusqu’au bout et il dure bien plus longtemps (un tour au four et ça repart). Moi aussi je déteste les baguette qui mollissent ou rassissent dès qu’elles ont quitté la boulangerie !

C’est à la fois triste de réaliser combien tu t’étais oubliée dans cette relation et heureux de lire que ce renouveau te permet de mieux d’aligner avec tes valeurs.
Je t’embrasse,

Laetitia
Laetitia
9 février 2021 13 h 19 min

Comme je te comprends. De nouvelles habitudes, un autre rythme pour se sentir bien. Le repas du vendredi soir est ici aussi le repas relâchement : pizza, mezze ou apéro dînatoire devant un film / jeux de société.
Du coup je suis intéressée par tes tartines au grill et des exemples de Ramen .
Daphné, tu rends ton chemin, en cette période doublement compliquée, riche et réconfortant pour toi et tes enfants. Bravo aussi pour celà. Prends soin de toi.

Yanne
Yanne
9 février 2021 19 h 26 min

Moi, c’est la chambre que je me suis réappropriée depuis la séparation ! Les photos de MES enfants, les deux tables de nuit pleines de livres, la déco à mon goût ! En ce qui concerne la cuisine, souvent, je dîne d’un porridge ou d’un yaourt et d’un fruit, je ne fais quasiment plus la cuisine sauf les plats de légumes façon ragoût que j’emporte pour déjeuner au boulot. Quant aux affaires que l’ex tarde à récupérer et qui encombrent, j’ai trouvé un truc super : je les pose proprement sur le container poubelle devant chez moi et ils font des heureux. I know, I am a bitch !

Chachoux_ju
Chachoux_ju
9 février 2021 22 h 16 min

Chez nous point de pain, monsieur est intolérance au gluten et les baguettes finissaient toujours rassis…
J’ai opté pour un petit désencombrement un peu avant la naissance de mon deuxième petit gars il y a quelques mois et ça fait du bien! J’ai aussi changé mes habitudes pour la préparation des repas, seule le soir avec les deux impossible de passer du temps en cuisine alors désormais je ne prévois que du rapide a faire ou qui cuit tout seul! Soupe, Dahl, croque monsieur, risotto et galettes sont nos amis!

Emmanuelle
Emmanuelle
10 février 2021 8 h 53 min

Coucou Daphné, cela fait plaisir de voir que tu re déploies tes ailes. Venant de 2 cultures, continents différents, la cuisine est métissée. Pas de baguettes, mais des pains gris qui se conservent bien, on mange dans des assiettes creuses, cuillère ou fourchette. … On compose comme on peut. Une petite remarque pour le thé pendant le repas. Le thé empêche l’absorption du fer ( tisane pas de soucis) mieux vaut l’éloigner un peu des repas. sinon attention à l anémie. C’est le côté pro ( et anémiée) qui parle.

Sabine
Sabine
10 février 2021 16 h 53 min

Ici, c’est le départ des enfants qui nous a fait changer un peu nos habitudes, en particulier au niveau des repas. La dernière est partie à l’université en septembre ! On se sent plus libre, on recuisine des repas qu’on ne faisait plus trop car l’un ou l’autre aliment n’était pas trop apprécié ! Ca change, c’est aussi une nouvelle étape dans notre vie. L’autre changement, c’est qu’on est maintenant les deux en télétravail, donc on cuisine plus ! (On est toujours en confinement, on habite en Angleterre) !
Par contre, on a toujours autant de désordre dans la cuisine, mais ça ne nous dérange pas. (Marie Kondo aurait du boulot ici, mais elle serait interdite d’entrée ! Chacun ses goûts et habitudes !)
Bravo à toi de trouver ton chemin, et de nouvelles habitudes qui te plaisent.

Anne
18 février 2021 15 h 28 min

J’aimerais tellement réussir à virer l’inessentiel aussi… j’ai un gros travail à faire là-dessus…