terrain de garrigue

Salut, vieille branche !

Au fin fond de la garrigue sauvage

Cet hiver, on s’est donné comme objectif de nettoyer une partie de notre terrain. On a la chance d’habiter en pleine garrigue, dans un grand terrain à flanc de colline. On en a débroussaillé la majeure partie mais il restait encore un coin pas taillé. Bien sûr, c’est le plus inaccessible. Sinon, ce ne serait pas drôle, n’est-ce pas ?

Dans la jungle qui me sert de jardin

Notre terrain est grosso modo divisé en 3 zones équivalentes :

  • En haut, l’accès à la maison, construite assez loin de la rue. Assez simple à entretenir donc; il s’agit d’un chemin et ses abords.
  • Puis, la partie où on vit – autour de la maison – qu’on a déjà bien aménagé. En arrivant, je me suis concentrée sur la pente autour de la terrasse du salon – et ça commence à être pas mal de ce côté-là.
  • Enfin, le bas du terrain, sorte de terra incognita.

On ne s’en est jamais encore sérieusement occupé; la pente se fait raide et certains coins sont plutôt difficile d’accès. Ici, on entre dans une sorte de sous-bois où les arbousiers poussent en cherchant le soleil ( Un doute ? Regardez la photo de une ).

Il n’y a quasi pas d’arbousiers dans notre coin et pourtant, ici, ils poussent à foison. Mettons les choses au point tout de suite; je n’ai rien contre les arbousiers, ce sont de très beaux arbres. Seul hic, ici ils sont aussi serrés que les Bains-Douches pour l’anniversaire de Cathy Guetta.

Oh, on avait bien eu quelques velléités – tentant de venir à bout de notre jungle à coups de scie et ébrancheur. Mais à part mes nombreuses ampoules, le résultat n’était pas très probant. Vous les auriez vus, les arbousiers ; ils rigolaient bien en me voyant débouler scie en main.

Ma révélation : la tronçonneuse électrique

Je n’avais jamais été très branchée tronçonneuse; ça pue, c’est lourd, et surtout dangereux. Je veux dire, ce serait quand même pas mal de finir ma vie avec TOUS mes doigts, n’est-ce pas ?

Et puis, je l’ai vue, et l’idée à fait son chemin. Oui, mais elle ressemble plus à un jouet, non ? Tu crois vraiment qu’un truc aussi riquiqui puisse venir à bout d’un si gros tronc ? Bon, je me suis farci tous les tests de tronçonneuse électrique sur youtube. Oui, tous. Même celui des scouts américains qui construisent leur camp avec ( mais comment font-ils en pleine forêt pour la recharger ? Il est des mystères que nous devons accepter de laisser entiers ).

Je ne sais pas si c’est eux, ou le canadien qui expliquait qu’il l’avait achetée en cadeau d’anniversaire pour sa femme, histoire qu’elle s’amuse un peu avec de petits arbres – mais toujours est-il que j’ai commandé la bête.

Yes I can

Première tentative, KO l’arbousier. I’ve got the power. Bon, je t’épargne le selfie à la tronçonneuse. Tu ne voudrais quand même pas qu’on te reconnaisse dans la rue comme la lectrice de la blogueuse qui s’est empalée sur sa tronçonneuse en faisant un ultime selfie. N’est-ce pas ? Je vais laisser tes neurones reconstituer l’image mentale de Daphné, débroussailleuse en mains. C’est bon pour stimuler tes connexions neuronales, prévenir Alzheimer et sauver ce qu’il me reste de dignité.

Bref, cet hiver, je compte bien montrer à ma jungle qui est le patron. Et que le premier arbre qui me balance une arbouse sur la tête soit prévenu; j’ai chargé la batterie de ma tronçonneuse.

PS : oui, ceci est un article punk. 

17 comments

  1. Que la force soit avec toi (et ta tronçonneuse électrique) (purée, j’ignorais qu’il y avait des tuto youtube pour ça!)

    1. L’étendue des passions humaines me fascinera toujours. Oui, certains ont des chaînes youtube dédiées aux tronçonneuses ( veux-tu l’adresse du musée de la tronçonneuse pour un prochain voyage en Nouvelle-Zélande ? ).

      N’empêche, quand il fallu monter la chaîne sur ma tronçonneuse, justement, je me suis retrouvée seule devant mon problème. Les bûcherons américains ont beau craner avec leurs gros engins, pas un pour t’expliquer comment mettre le bidule.

  2. J’avais déjà bien ri en visionnant ta story instagramm, me voilà en côte en train de pouffer devant mon écran en te lisant.
    Oui, la garrigue peut être aussi impénétrable que la forêt/jungle amazonienne (heureusement sans les adorables bestioles de la dite jungle !) (je n’ai jamais vu de vipère me scrutant du haut d’une branche d’arbousier, par contre, sortant des clapas siiiiiiiii !)
    Je te souhaite de la force, du courage, je t’envoie des ondes positives de motivation, mais tu sembles bien armée pour venir à bout de toute cette broussaille garriguesque !
    Attention au risque d’électrocution après toute cette eau que nous déverse le ciel (mais y-a-t-il risque avec une batterie ????, il ne faudrait pas non plus que ton dernier selfie nous montre ta chevelure dressée vers le ciel façon porc-épic :-; )

    1. Ah mais on a quand même la fu**ing salsepareille qui s’accroche à tout, si possible aux doigts, cheveux et pull. Ses épines ne pardonnent pas.

      Côté animation, le cheval du voisin semble trouver mon spectacle très distrayant; il n’est jamais à court de « hue » pour m’encourager. Je garde espoir; d’ici le printemps je compte bien venir à bout de ma jungle.

  3. Oh misère ! J’aimerais presque être confrontée à ce genre de problèmes, un jour, parce que chez nous, on plante on plante depuis 5 ans, mais on est encore bien loin de la jungle. Le terrain qu’on a acheté sur la colline était un champ, avant…

    1. Oui, je râle pour la forme mais une fois taillée, ma jungle d’arbousiers sera chouette, et ces arbres font de très beaux buissons aussi, une fois taillés en boule.

      Le running gag, ici, ce sont les copains qui parlent de récupérer un arbousier à planter dans leur jardin. Je peux te dire qu’au premier coup de pioche, ils renoncent tous. Vu le nombre de pierres dans le sol ici, mieux vaut ne même pas envisager de planter – on va dire qu’une forêt d’arbousiers, c’est parfait sur ma colline.

      Je suis hyper motivée pour tronçonner, tailler, puis remonter mes branches en haut de la pente; je te raconte pas comme c’est efficace comme cardio-training 😉 .

  4. Je pense qu’il y a des tutos pour absolument tout sur Youtube (pourquoi va t-on encore à l’école de nos jours déjà?). Petit conseil d’une femme de bûcheron : n’oublies surtout pas tes protections (casque, gants et protège cuisses). Les retours de branches font de gros dégâts..
    ps1: ok il n’est pas vraiment bûcheron, plutôt jardinier-élagueur mais c’est moins sexy..
    ps2: mais où s’arrêtera ta punk attitude!?

    1. Oui, je mets casque, gants, chaussures crantées pour ne pas glisser; j’en rigole mais j’ai à chaque fois peur de l’accident possible – je sais bien que ça ne pardonne pas.

      Par contre, côté cardio-training, c’est excellent ! Si ton homme élague à tour de bras, j’imagine qu’il doit être sexy après ça – voilà un sport plutôt complet 😉 .

  5. Aaah, j’imagine , les arbousiers ayant les chocottes en te voyant t’avancer armée.
    Vous allez faire quoi dans cette partie de jungle? vous avez un projet?
    Je n’ai jamais eu de jardin , ou terrain. J’ai toujours pensé : « quel boulot! pas pour moi!! »
    Dans notre cour, on a un arbre (il s’appelle Aramis) qui a gelé l’hiver dernier et du coup, n’a pas fleuri cet été (dommage , jolies fleurs roses) . On va lui redonné une chance cet été . Si toujours improductif , on le taillera, le coeur gros, mais manque de place oblige , on le remplacera par une grosse plante bien colorée.
    RAV: il neige (peu et elle ne tient pas) mais mes collègues sont contents comme des gamins, Je les aime pour cette jeunesse de coeur.

  6. On va lui redonner !!bouh la vilaine !

    1. Hum, le projet serait d’éviter que notre maison ne risque de cramer dans le cagnard de l’été – ce serait déjà pas mal, non ?

      Ah, si tu veux un nouvel arbre, je peux t’offrir un arbousier; c’est beau, et plein de jolis fruits à l’automne. Faut juste arriver à le déterrer ( je te conseille de partir direct avec une barre à mine ).

      Oui, on a beau se prendre au sérieux, au premier flocon on retrouve notre âme d’enfant. Je suis jalouse, sur ce coup-là.

  7. Et donc t’as combien d’autonomie avec ta super tronçonneuse ? T’as 2 batteries ? T’as réussi à monter ta chaîne toute seule ? Respect.
    Ton jardin-terrain a l’air superbe même sous forme de jungle mais ce que j’y préfère c’est ta piscine !!
    Et donc toute la France est sous la neige, et toi t’es encore sous le soleil ?
    PS : j’ai relu ton article sur les plantes du jardin et je comprends pourquoi mes iris ne poussent pas, je pensais qu’il leur fallait au contraire de l’eau les pauvres doivent être noyés cils sont sous la gouttière. Par contre j’ai des arums qui peuvent rivaliser en junglitude avec tes arbousiers.

    1. En fait, ce n’est pas l’autonomie de la batterie de la tronçonneuse qui me limite; plutôt la mienne. J’ai quand même bossé 3 h d’affilée sans recharger ( le top, c’est que tu n’as pas besoin de redémarrer la tronçonneuse à chaque coupe ). J’essaie du coup de convaincre l’homme de m’offrir un taille-haie sur batterie lui aussi; j’en ai marre de réparer la rallonge à chaque fois qu’on la coupe par erreur.

      La chaîne, ce n’est finalement pas si compliqué à monter; la première fois, je la prenais du bout des doigts de peur de me couper, maintenant j’y vais franco – limite j’hésite à monter une chaîne youtube sur l’élagage.

      Je dois t’avouer que je laisse mes iris faire leur vie à l’état sauvage; ils semblent bien mieux se débrouiller sans moi.

  8. Hey, il est pas très SEO ton titre 😉
    Mais il est excellent par contre !!

    1. Est-ce vraiment une bonne idée d’optimiser le SEO sur un article spécial tronçonneuse ? Imagine un peu le trafic que je vais recevoir ensuite 😉 .

  9. J’ai été obligée d’aller regarder sur google à quoi ça ressemble un arbousier ici en île de france il n’y en a point et je n’y avais jamais fait attention pendant mes vacances in the south.
    Nous sommes sous une épaisse couche de neige et malgré les difficultés que ça engendre c’est quand même chouette à regarder, j’ai même vu des traces de ski de fond ce matin, hier il y en a qui ont dû s’amuser…

    1. Désolée Margo, ça me semble tellement évident que je n’ai même pas précisé ce que c’est, un arbousier. C’est un très bel arbre, typique de ma garrigue – va savoir pourquoi, j’en ai plein sur mon terrain, alors que mes voisins n’en ont quasi aucun. Mais vu la jungle dense qu’ils ont formée au fil des ans, il est grand temps que j’aille mettre un peu d’ordre là-dedans.

      J’ai rêvé devant cette avalanche de photos neigeuses – la neige nous fait toujours retomber en fance; quelques flocons suffisent à mettre de la magie dans le quotidien. Ici aussi, tu sais, 2 ou 3 cm suffisent à tout bloquer. Et puis on offre un sujet de rigolade à nos cousins québécois quand ils nous voient tous penauds avec notre neige. 😉

      PS : si tu veux en savoir plus sur l’arbousier, j’en parle ici : https://www.befrenchie.fr/jardin-de-garrigue-en-automne/

Laisser un commentaire