lien affilié

Tout ce qu’il faut savoir sur le lien affilié

Il y a quelques semaines, j’ai fait un petit sondage à propos du lien affilié sur Instagram . J’ai été très surprise de voir que plus de la moitié des gens qui ont répondu ne connaissaient pas son existence. Pourtant, on y est confronté quotidiennement et on clique tous sur des liens affiliés . Comme ce sujet est tabou chez les blogueurs, il m’a semblé qu’il y avait un vrai besoin d’information à ce propos. Attention, mon but n’est pas de critiquer les liens affiliés mais juste d’expliquer de quoi il s’agit, et comment les utiliser de façon pertinente.

Dans cet article, je vais t’expliquer ce que sont les liens affiliés , pourquoi ils sont autant utilisés – et souvent cachés.

lien affilié c'est quoi ?

Un lien affilié , c’est quoi ?

L’idée est toute simple : il s’agit d’un lien qui renvoie vers un site marchand. En cliquant dessus, vous arrivez sur la page d’un produit conseillé, ou sur la page d’accueil du site. Quelle est la différence avec un lien classique ? Celui qui place un lien affilié touche une commission en cas de vente. C’est-à-dire que si vous achetez un objet ou service en passant par ce lien, la personne qui vous l’a recommandé percevra une somme – généralement entre 2 et 20 % du montant de vos achats. Le pourcentage varie beaucoup en fonction des sites et types de produits. Il arrive parfois que la personne soit aussi rémunérée au clic : c’est-à-dire qu’à chaque fois que vous cliquez en suivant le lien, elle perçoit une ( petite ) somme, qui peut aller de 1 cent à 1 €. Bon à savoir : la commission est payée par le site marchand et cela ne change rien au prix final que vous payez.

Comment fonctionne un lien affilié ?

Un blog vous montre un joli miroir en forme de cactus pile dans la tendance. Sous la photo, un lien vers le produit ; quand vous cliquez dessus, il s’agit peut être d’un lien affilié. Si vous achetez ce miroir trop mignon, le blogueur percevra une commission.

Observez ce qui se passe en cliquant sur un lien affilié : regardez l’adresse web qui s’inscrit en haut de l’onglet. Un nom intermédiaire apparait avant de voir l’adresse du site marchand. Il s’agit du nom de la plateforme de mise en relation par laquelle votre clic transite entre le site qui recommande et le site marchand. Qu’elles s’appellent Awin, Affiliae, Tradetracker, les plateformes de liens affiliés se sont multipliées ces dernières années. Presque chaque site marchand utilise aujourd’hui l’une de ces plateformes pour développer son activité. Seuls certains gros sites comme Ikea ou Ryanair par exemple – qui n’ont pas besoin de publicité de ce type – ne l’ont pas mis en place.

Pourquoi intégrer un lien affilié ?

L’intérêt du lien affilié est simple : la personne qui recommande un produit ou service touche une commission pour chaque vente conclue. C’est une bonne manière pour un blogueur, « influenceur » sur les réseaux sociaux, ou site de recommandation ( comparateur, agence de voyage, site d’information ) de percevoir des revenus complémentaires. En fonction de la notoriété et du trafic du site, les liens affiliés peuvent générer de quelques cents à plusieurs dizaines de milliers d’euros par mois.

comment faire un lien affilié ?

Les liens affiliés sont-ils réservés aux blogs ?

Non, les liens affiliés sont également utilisés par de gros sites, pour qui ils font partie intégrante de leur modèle économique.

Enfin, on peut aussi utiliser les liens affiliés sur les réseaux sociaux. Par exemple : une « influenceuse » vous montre en story depuis la plage où elle est en vacances la jolie robe qu’elle a emmené dans sa valise. Story suivante, vous voyez une photo de la robe avec un message : « swipe up les filles pour découvrir ma robe en détails ». Vous faites glisser la photo et hop, un lien affilié vous emmène sur le site marchand où est vendue la jolie robe.

Quelle est la différence entre un lien affilié et un article sponsorisé ?

Un article sponsorisé est un article commandé par une marque à un blogueur, qui peut s’assimiler à un publi-reportage. Les articles sponsorisés ont un double but : faire de la publicité pour une marque, et améliorer son SEO . Les conditions d’écriture de l’article ( termes à placer, liens à insérer, partage sur les réseaux sociaux ) sont définies en amont. En fonction de la notoriété du blog, l’article peut soit être échangé contre un produit gratuit, soit faire aussi l’objet d’une rémunération. Il doit être précisé dans l’article qu’il s’agit bien d’un article sponsorisé.

Mon avis sur le lien affilié

Bien utilisés, je pense que le lien affilié est intéressant pour plusieurs raisons :

  • On choisit en toute liberté le produit qu’on souhaite mettre en avant
  • Comme la majeure partie des sites marchands participent à des programmes de liens affiliés, le choix est quasi-infini
  • C’est gagnant / gagnant pour les marques qu’on apprécie : elles bénéficient d’une mise en avant sans débourser d’argent
  • Tandis que lecteur qui achète un objet donne un petit coup de pouce au blogueur sans que ça ne change le prix final qu’il paie
  • C’est plutôt sympa de toucher une commission pour parler de produits qu’on aime
  • Sans avoir aucune obligation vis-à-vis du site vers lequel on renvoie

Pourquoi le lien affilié peut-il poser problème ?

A mon sens, pour deux raisons :

D’abord, je pense que le lecteur devrait être informé qu’il s’agit d’un lien affilié. Qu’il s’agisse de l’influenceuse qui montre sa jolie robe, le site de conseils voyages qui met en avant un hôtel, le blogueur qui conseille un appli, je pense qu’on devrait toujours le préciser quand on touche une commission sur un produit.

Ensuite, le lien affilié peut nous entraîner dans une dérive : recommander des produits non pas en fonction de ses réels coups de cœur, mais de la potentielle commission qu’on touche sur un achat – ou un clic. Pour connaître un peu les coulisses, et voir les pourcentages reversés, j’ai parfois des doutes sur la sincérité de certains liens affiliés. J’ai récemment vu passer des articles qui n’avait pas d’autre but que de pousser son lectorat à cliquer sur un lien affilié ( avec une petite phrase d’accroche du style : « hé mes poussins, vous ne devinerez jamais où j’ai trouvé ça ! Alors, à votre avis ? » ) pour toucher une commission sur chaque clic.

J’ai l’impression que les sites qui versent les commissions les plus généreuses sont généralement les plus mis en avant. Alors : hasard ou stratégie ?

lien affilié blog

Et l’intérêt du lecteur dans tout ça ?

Parfois, je me pose la question ! Quand il s’agit de partager un bon plan en parlant d’un produit qu’on trouve vraiment intéressant, le lien affilié me semble pertinent – à condition de préciser dans l’article qu’il s’agit bien d’un lien affilié.

Par contre, j’ai parfois un peu l’impression qu’on prend les lecteurs pour des pigeons quand je vois fleurir les fameuses listes shopping à gogo, qui semblent parfois n’avoir pour autre but que de mettre un peu de beurre dans les épinards.

Je pense que l’intérêt du lecteur doit toujours passer en priorité, pour proposer un contenu de qualité et qui fasse sens avec son blog. Bref, des idées shopping pourquoi pas – mais à condition que ça fasse sens, que les articles du blog soient suffisamment variés pour se renouveler, et qu’on soit honnête vis-à-vis de ses lecteurs.

Et moi, quels liens affiliés est-ce que j’utilise ?

Je n’avais jamais testé de liens affiliés jusqu’à cet article d’ idées de cadeaux pour nos ados . Jusque-là, je m’étais volontairement abstenue de parler de produits. Mais cette ligne me semblait quand même très restrictive. Du coup j’ai pensé que cet article serait l’occasion de tester ça. J’ai fait ma sélection en fonction de vrais coups de cœur, pour des cadeaux testés et approuvés, sans tenir compte d’éventuels liens affiliés. Je ne les ai rajouté qu’après coup, et seulement quand ça se justifiait ( produit difficile à trouver dans un magasin classique, ou excellent rapport qualité-prix ). Du coup, ma liste d’idées cadeaux n’était absolument pas optimisée côté commissions, la plupart des produits n’étant pas des liens affiliés. Mais je suis 100% en accord avec ce que j’ai publié – et c’est le principal pour moi.

J’ai récemment mis en place des liens affiliés vers Booking pour certains hébergements dont je parle. J’ai choisi de passer par Booking parce que c’est la plus grosse plateforme de réservation au monde, que leurs tarifs sont généralement les plus bas et que les conditions d’annulation sont souples. Le programme Booking n’était pas le plus rémunérateur mais il me semble le meilleur site pour vous, en tant que clients. Puisqu’il est logique de faire un lien vers un hôtel dont on parle, ce choix m’a semblé être le meilleur pour vous, et pour moi.

Les sommes que je gagne grâce aux liens affiliés sont minimes, mais cela me permet quand même de couvrir une partie des frais liés au blog ( quoi Daphné, un blog coûte de l’argent en plus de prendre du temps ? Ben oui – tu vois, je suis vraiment au top côté bons plans ).

Je continuerai à utiliser les liens affiliés ponctuellement, quand ça me semble pertinent. A condition que le produit / service ait un réel intérêt pour vous, qu’il corresponde au blog, et qu’il soit précisé dans l’article qu’il s’agit d’un lien affilié. C’est pour moi la seule façon de conserver ce lien de confiance que je veux établir avec vous. Parce qu’une fois que la confiance est rompue, on ne peut plus jamais revenir en arrière.

avis lien affilié

Et vous , quel est votre avis sur le lien affilié ?

Je sais que ce sujet est tabou chez les « influenceurs » ( mais qu’est-ce que je déteste ce terme ! ) – parler d’argent est toujours compliqué en France. Pourtant, les liens affiliés pullulent, sans que ce soit généralement précisé. Mais au fait, vous, qu’en pensez-vous ?

Connaissais-tu l’existence des liens affiliés ?

Comment souhaites-tu qu’ils soient utilisés ?

31 comments

  1. Tout ce qui m’intéresse, c’est de savoir COMBIEN TU AS TOUCHE POUR ECRIRE CET ARTICLE ?!!!!!!! Et QUI, QUIIIIIIII te paye ? Hein ????
    xxx

    Franchement, qu’un clic de ma part rapporte un peu d’argent à la personne qui a placé le lien là, ça ne me dérange pas, DU MOMENT QUE JE LE SAIS. Parce que oui, le biais de la commission peut quand même influencer les propos au sujet du produit, autant le savoir. Si ça n’est pas gênant pour de nombreux produits, ça peut l’être pour d’autres, surtout si on fait une confiance aveugle à la personne dont on lit le blog (tout est d’ailleurs dans le « aveugle ». Un peu de discernement, que diable !).
    Donc oui, en général, je sais que quand je clique là, ça va faire ding ding ailleurs. Je le fais en toute connaissance de cause.
    Par exemple j’ai acheté une chemise de cette façon. Compte-tenu du style habituel de la blogueuse qui a partagé ce lien, je ne pense pas qu’elle était totalement emballée par le produit MAIS
    1/ Moi la chemise, je l’ai adorée au 1er coup d’œil (je ne l’aurais jamais vue si elle n’avait pas été présentée par cette blogueuse, mais personne ne m’a forcé la main, je suis grande, j’ai acheté la chemise toute seule). Est-ce que ce n’est pas d’ailleurs la seule chose qui compte, au final ?
    2/ Je lis cette blogueuse depuis des années (plus de 10 ans, depuis ses débuts, quoi), elle vit désormais de son blog, et c’est ma contribution pour que ça dure encore, tout en me faisant plaisir : où est le problème ???
    3/ Malgré ce que je dis sur mes « doutes » par rapport au coup de cœur pour cette chemise de la part de la blogueuse, je pense tout de même pour la lire depuis très longtemps, qu’elle a aimé cette chemise, peut-être pas pour la porter elle-même, mais pour le côté décalé de la chemise, et aussi la qualité de sa soie, de l’histoire de la marque, etc.

    Merci pour ce nouvel article de « face cachée de la planète web »

    1. PS : cela n’a pas vraiment de rapport avec le sujet du jour, mais cela reste dans le thème de ta rubrique « digital ». Est-ce que quand on laisse un commentaire sous un billet « 10 ans » après tout le monde, tu en es notifiée, ou il faut que tu ailles de temps en temps faire un tour sous les billets plus anciens ? Je demande, parce que j’ai récemment tenté de rattraper mon retard dans les commentaires (et j’en ai appris de belles ! j’ai d’ailleurs commandé un livre d’un certain Michel R tout à l’heure dans ma petite librairie) (et je ne dis pas ça pour que tu répondes à mes commentaires, juste pour savoir si tu les lis 🙂 )

      1. Oui, bien sûr, et je lis tout. Seul hic, je rentre juste d’une escapade avec Virgile, et me retrouve noyée sous une pile de trucs urgents à faire – et des centaines de com’ spams de robots qui noient les vrais commentaires. Donc oui, j’aimerais vraiment répondre mais je suis obligée de me faire une to-do list d’urgence !

    2. J’avais fait un sondage en story sur instagram et j’étais surprise que la majeur partie des gens qui ont répondu ne connaissent pas les liens affiliés – il m’a semblé qu’il était important d’en parler.

      Héhé, je sais que ce sujet est tabou – mais je pense qu’un blog doit aussi avoir un rôle – et parfois aborder des trucs moins fun. La confiance, c’est quelque chose qu’on met des années à construire, mais qui peut s’écrouler très vite quand on réalise qu’on a pu en profiter. Le lien affilié n’est pas un problème en soi, mais je pense qu’on doit le mentionner, pour permettre au lecteur d’exercer son libre-arbitre.

      PS : moi je kiffe grave ta chemise et son joli motif printanier – seul hic, je ne rentrerais pas dedans.

  2. Coucou ! C’est vrai qu’on ne parle pas assez des liens affiliés ! J’ai appris leur existence il y a peut-être 2 ans, figures-toi ^^ Mais j’ai décidé d’en mettre dans mes articles depuis fin 2017 et je l’ai expliqué dans la page « partenariats » du blog et je mets une précision en fin d’article également 🙂
    Comme toi ça me dérange pas s’il y en a, après c’est à nous de choisir si on veut passer par eux ou pas. Après ce qui est dérangeant, c’est pour les wishlist où on sait toutes très bien que celles d’une marque assez connue sont sponsorisées, et que ce n’est pas précisé… 🙂
    Top ton article en tous cas ! 🙂

    1. Je n’y prêtais absolument pas attention non plus avant – mais le fait d’avoir un blog pousse à regarder les coulisses pour comprendre ce qui se passe sur la toile. J’en ai parlé en story il y a quelques semaines, fait un petit sondage dans la foulée et d’un coup j’ai réalisé que la majeure partie des lecteurs n’en avaient pas entendu parler – alors même qu’on est chaque jour amené à cliquer sur des liens affiliés.

      Oui, je partage entièrement ton avis : il est question de mesure et d’honnêteté avec ses lecteurs. Mais j’ai des doutes parfois en voyant certaines marques tant mises en avant – je pense qu’on devrait préciser les liens affiliés, pour donner au lecteur toutes les clés pour juger des choses. Parce que c’est un outil intéressant, et pas une pratique à cacher un peu honteusement.

  3. Comme je te le disais sur Instagram, ce sera le thème de mon article de lundi prochain, avec une approche un peu différente 🙂

    J’aime beaucoup cette méthode de monétisation car pour peu que l’on ait une éthique personnelle, elle est très « saine » et naturelle : on propose un produit que l’on apprécie, que l’on trouve cohérent avec son univers, que l’on aurait mentionné sans lien ; il s’intègre parfaitement à nos contenus existants donc on n’a pas besoin de se « compromettre » pour intégrer un lien ou de modifier sa manière de bloguer.

    Comme ton article le souligne très bien, on en revient à cette question centrale de l’éthique : propose-t-on un produit parce qu’on l’utilise soi-même ou qu’on le connaît… ou simplement parce qu’il rapporte ?

    1. Du coup j’ai hâte de lire ton article; ton contenu est toujours très pertinent et offre des pistes de réflexion intéressantes. Tes articles résonnent longtemps après leur lecture; il m’arrive souvent de revenir dessus après avoir laisser une idée infuser.

      Oui, le lien affilié me parait être une manière intéressante de parler de ses coups de cœur, puisqu’on garde une totale liberté dans ses choix de produits / services, ton de l’article et manière de présenter les choses. On est vraiment dans une notion de gagnant / gagnant, y compris pour le lecteur – à condition que les choses soient claires, et qu’on reste honnête dans ce qu’on met en avant. Je pense qu’on doit toujours privilégier ce lien de confiance qu’on crée avec un lecteur.

      Il me semblait important d’en parler aussi sur un blog généraliste, parce que j’estime que c’est aussi un devoir qu’on a : informer clairement des enjeux, pour permettre à chacun d’exercer ensuite son libre arbitre.

  4. Alors moi, je n’ai toujours pas compris comment on allait sur Instagram et d’abord c’est quoi une story ? Alors les liens affiliés, tu imagines…
    Comme j’ai bien tout lu et que je me souviens que, parfois, tu précises que tu touches, ou pas, une commission, je vois quand même de quoi tu parles !
    Cela ne me gène absolument pas que tu mettes des liens, par exemple dans la liste des cadeaux de Noël que j’avais trouvée super. Au contraire, c’est pratique pour moi et si ça te permet de rentrer un peu dans tes frais concernant le blog, c’est top.
    Mais je me rends compte que c’est parce que je te fais entièrement confiance et que ce genre de truc m’agacerait probablement sur un autre blog où je sentirais que c’est l’appât du gain qui prévaut. Je ne t’imagine pas nous conseiller quelque chose pour gagner des sous ! Pas venant de la nana qui explique comment changer un mitigeur ou faire un escalier en béton (je n’en suis pas remise de l’escalier en béton) !
    Merci pour ces explications très claires, en tous cas et longue vie à be frenchie !

  5. Je te rassure Yanne : on vit très bien sans story ou instagram – sans doute mieux peut-être ! Les stories sont de courtes vidéos ( par tranche de 15 secondes, je me fais systématiquement couper la parole par instagram ) qui ne restent en ligne que 24 h. L’avantage de ce medium, c’est qu’il permet une grande spontanéité ( non, je n’avouerai pas que j’y commets parfois des comédies musicales du bricolage ) et qu’on peut facilement interagir – créer des sondages par exemple. Je m’en sers pour partager des tranches de vie, chanter ( faux ), et prolonger des articles en faisant des directs où on peut débattre en temps réel.

    J’ai longtemps refusé de cité quelque produit que ce soit, mais finalement c’était une ligne de conduite un peu restrictive. Les liens affiliés me semblent une manière intéressante de compenser une partie des frais du blog – mais uniquement à condition d’être claire à ce sujet. Donc, je note à chaque fois qu’il s’agit d’un lien affilié.

    Et flûte, la gourdasse que je suis n’a même pas pensé à faire des liens affiliés sur les sacs de mortiers nécessaires à la fabrication d’un escalier en béton.

  6. Bonjour,
    Personnellement j’en ai ras le bol de voir des articles de blog ou des photos sur Instagram qui ne sont que de la pub et des liens affiliés, sponso et autres collaborations déguisés. Chez certaines blogueuses, 1 article sur 2 est du business. Le tout, bien sûr sans informer le lecteur, voir en publiant de temps en tps des articles dénonçant ces modes de fonctionnement. Du coup, je ne lis plus ces blogs, ou du moins je n’ouvre plus ces articles ou photos en question.
    Si, comme tu le dis, tu informes tes lecteurs et que la majorité des articles sont « vrais », pourquoi pas!
    Mais sinon, ras le bol de voir que les lecteurs sont pris pour des pigeons décérébrés!!! Oui, je suis en forme ce soir!
    Merci pour ton article qui informe les lecteurs qui ignorent toutes ces coulisses!
    Bonne soirée à toi!

    1. Je comprends ce que tu dis Cece, mais d’un autre côté, je pense qu’on ne réalise pas non plus toujours le travail nécessaire pour créer du contenu de qualité, accessible gratuitement. Par exemple, dans son dernier article, Victoria, de l’excellent blog Mango & Salt, parle de son burn out : https://goo.gl/M4EG9G

      Dans mon cas, le blog me prend, au minimum, 20 h par semaine – sûrement bien plus à vrai dire, mais je n’ose pas me l’avouer. Il me parait juste d’essayer de tendre vers un équilibre pour tenir dans la durée. Quand Victoria parle du fait qu’elle travaille plus de 60 h par semaine pour gagner moins de 1000 € par mois, je comprends absolument son besoin de trouver un équilibre financier lui permettant de dégager du temps en déléguant certaines tâches – parce que ce n’est tout simplement pas tenable.

      Voilà, je pense qu’il existe autant de manières de bloguer que de blogueurs, et que c’est justement cette diversité qui va te permettre, en tant que lecteur, de trouver avec quels blogs tu te sens le plus en adéquation.

      1. Je suis d’accord avec toi. Je comprends la monétisation de certains blogs, mais en informant les lecteurs, même à demi mots. Car certains sont trop crédules et n’imaginent pas un instant que le blogueur est payé pour publier telle photo, avec tel hashtag, pour les clics sur un lien … Pour moi, le problème est là, dans l’utilisation, voire l’entretien de l’ignorance de certains lecteurs.
        Bonne journée printanière!

        1. Oui, Cece, il en va du web comme des autres sphères de notre vie; pédagogie avant tout, pour avoir en main toutes les clés pour comprendre les enjeux. C’est exactement pour ça que j’ai décidé de faire cet article – et pour les raisons citées au-dessus, qu’en même temps, il m’arrive d’utiliser des liens affiliés. Il me semble qu’il est ici question de valeurs fondamentales qu’on partage : honnêteté, clarté, et implication pour créer des choses intéressantes.

          Bon week-end !

  7. Merci Daphné pour ce post qui m’ouvre enfin les yeux sur la face cachée d’Instagram, réseau auquel j’avoue honteusement être accro depuis que je suis l’heureuse propriétaire d’un smartphone de la fameuse marque à la pomme (10 ou 15 ans après tout le monde, où est le problème ? ) Je viens d’un coup d’un seul de réaliser que j’étais jusqu’à présent d’une naïveté à pleurer, et loin, très loin de me douter que ces liens que je trouve généralement très pratiques pouvaient être rémunérateurs pour mes blogueuses ou instagrameuses préférées (qui ne sont sans doute pas les + malhonnêtes, mais quand même : ça casse un peu le mythe de la blogueuse à qui tout réussit ou presque… et finalement c’est peut-être mieux comme ça !) J’avoue moi aussi être lassée de ces innombrables concours ou articles sponsorisés, dont certaines usent et abusent jusqu’à l’overdose. Et même si je n’achète jamais via un blog ou un post Instagram, je serai désormais bcp + vigilante lors de mes lectures (et sinon je songe sérieusement à me faire désintoxiquer d’Instagram dont je ne peux + me passer, c’est grave Docteur Daphné ? Oui j’ai lu ton article sur l’addiction aux réseaux sociaux, et je m’y suis reconnue, à mon grand désarroi. Car si je vais désormais très peu sur Facebook, qui je trouve s’est singulièrement ringardisé ces dernières années, je peux difficilement me passer de ma dose quotidienne d’Instagram, où je ne poste d’ailleurs moi-même que de rares photos, de paysages le + souvent (j’avais déjà du mal à laisser apparaître ma bobine sur FB, mais que viendrait-elle faire sur Instagram, où je ne côtoie que des inconnus, et dans quel but ?)

    1. Le hic avec le concours, c’est que c’est parfois opportuniste des deux côtés – personnellement, je ne participe jamais à aucun concours. Tout simplement parce que je ne suis pas venue sur instagram pour ça. Il m’arrive d’en organiser de temps en temps sur mon compte, mais sauf exception, ce sont des choses que j’ai fabriquées, ou achetées moi-même. Ce qui au final me demande temps et argent.

      Je ne suis absolument pas contre le principe du lien affilié – je trouve que bien utilisé, c’est même une manière très saine de monétiser un blog. Mais on manque clairement de transparence à ce sujet, et je pense qu’on a aussi un devoir d’information pour permettre à chacun d’exercer son libre arbitre.

      Pour être franche, je me suis abonnée à instagram pour accompagner le blog, qui est mon outil principal, mon espace où je dis et fais exactement ce que je veux – loin de la censure, format imposé et monétisation d’instagram ( ou, mieux vaut payer pour être mis en avant par instagram – ce que je refuse de faire ). Au final, je trouve que ce medium est un bon complément au blog, notamment grâce aux stories qui permettent d’avoir une totale spontanéité. Mais le coeur de ce que je veux dire, et faire, reste ici 😉 .

  8. Merci pour ces informations très complètes. Même si j’avais une petite idée sur les liens affiliés j’en ai appris beaucoup.

    1. Le lien affilié me semble être une manière saine de donner un coup de pouce à un blogueur – mais le hic, c’est que cette pratique est trop souvent cachée. Alors qu’en réalité, il n’y a rien de honteux là-dedans. Je pense qu’un blog est aussi un engagement moral vis-à-vis de ses lecteurs et qu’on ne peu pas prendre le risque de rompre ce lien de confiance.

  9. Bon, j’ai fait quelques découvertes même si j’étais plus ou moins au courant du mode de fonctionnement des liens affiliés.
    Je ne vais m’étaler plus, les copines ont déjà tout dit !
    Je suis plutôt contente de savoir que t’es frais sont en partie couverts et si en cliquant sur un lien qui nous interpelle où nous fait les yeux doux, que ça te rapporte 3 sous et bien tant mieux 🙂
    Quant aux blogueuses et autres influenceuses, à par toi, Caro, parfois Violette et souvent Armelle, j’en connais pas d’autres, ah, si, celui de Stephanie (mais bien souvent les liens affiliés chez elle dépassent mes moyens donc j’achète pas !!!)
    Merci d’avoir pris le temps de toutes ces explications

    1. C’est exactement ce qui ressort de nos échanges ici, sur instagram, ou lors du direct : si on est courant, si le lien affilié fait sens, et si on a besoin de cet objet ou service, on est au contraire heureux de savoir qu’une petite partie de ce qu’on paie revient à celui qui nous en a parlé.

      Bien utilisé, je trouve que le lien affilié peut être une manière très saine de compenser une partie des frais liés au blog ( dans mon cas, on parle d’hébergement web, hein – pas d’hébergement en palace sur la côte ).

      1. Je trouve que tu ne te la pètes pas assez, Daphné, débrouille-toi pour qu’un lien affilié te paie ton hébergement palace !

        1. Good idea Val Lao ! Mais oh wait – il faudrait que je change de lecteurs au passage pour avoir un lectorat qualifié palace qui clique à gogo sur des trucs chers – et rémunérateurs ( tu crois qu’ils font de l’affiliation pour les Porsche Cayenne ? ). Du coup je serais toute seule dans ma chambre de palace et je ne vous aurais plus pour rigoler. La vie serait d’un ennui.

  10. Hello sweetie (on peut s’appeler comme ça maintenant que t’as vu le Yorkshire, tout le monde a du t’appeler Sweart heart ou My love, ou Duck là haut… !! 😉 )
    Bref…
    Merci pour ce message clair.
    Juste une question (en faut 2)
    1 – Quand tu dis « C’est gagnant / gagnant pour les marques qu’on apprécie : elles bénéficient d’une mise en avant sans débourser d’argent » : la marque débourse quand même de l’argent car c’est elle qui rémunère le blogueur non ?
    2- Quand toi, en tant que blogueuse-influenceuse (oui-oui), tu décides de mettre un lien affilié, comment fais-tu : est-ce que tu sollicites une de ces « plateformes de liens affiliés » ou bien est-ce l’inverse ?
    Parce que j’aime bien comprendre dans le détail.
    Je connaissais un peu le principe des clics rémunérateurs mais j’aimerai en savoir plus.
    Et question subsidiaire :
    3 – Quand sur Instagram je clique sur des images, je vois parfois des étiquettes noir avec des marques : sont-ce l’équivalent de ces liens affiliés ?
    PS : je n’ai jamais remarqué de lien affilié sur ton blog moi. Ni je ne me rappelle pas d’avoir vu de lien pour booking (c’est aussi cette plate-forme que j’utilise et je confirme leurs conditions d’annulation sans frais sont top et il y a quelqu’un qui répond au téléphone du service client ! Et aimablement en plus Whouhaou !)
    Voilà, voilà.
    Et la bise à Val Lao à qui je tiens à préciser que je ne touche rien sur le livre de Michel R ! Mais je suis contente si j’ai pu contribuer à le faire connaître par ici – et je serai heureuse d’avoir ton retour sur ce livre ?

    1. Oh la la, c’était chouette le Yorkshire Fanchette ! ( Quoique, mon coeur balance avec le Devon – je reste fidèle à mes premiers amours ). Ma carte mémoire est saturée, je crains de vous noyer sous les articles voyage dans les semaines à venir !

      Marlène, de l’excellentissime blog No Tuxedo a publié hier un article plus pointu qui explique très bien le fonctionnement des liens affiliés : https://www.notuxedo.com/affiliation-blog/

      Si tu veux mettre les mains dans le cambouis, je pense que tu y trouveras toutes les infos pour décortiquer de manière plus complète la manière dont ça marche.

      Effectivement, la marque verse un pourcentage au blogueur ( et à la plateforme d’affiliation ) uniquement en cas de vente – mais elle est mise en avant gratuitement. Ça s’apparente donc à la situation d’un porteur d’affaires, qui sert d’intermédiaire.

      Les liens que tu vois sur les images instagram sont des tags qui permettent de mentionner sur une photo des personnes, lieux ou entreprises pour que les lecteurs puissent les identifier. Ça fonctionne comme si tu mettais une petite étiquette descriptive, mais il ne s’agit pas de liens affiliés. Par contre, ce peut être utilisé dans le cadre de publications sponsorisées – qui doivent être mentionnées ( faire gaffe aux hashtags, dans lesquels c’est souvent noté ).

      J’ai rarement eu l’occasion de mettre des liens vers Booking, je ne le fais que lorsque c’est pertinent dans un article. Mais il y en a un qui arrive bientôt ! Oh wait, ça veut donc dire que du bon gros dossier voyage se prépare 😉

  11. Alors, j’ai compris depuis peu ces liens affiliés. Ils ne me dérangent pas lorsqu’ils sont cohérents et bien utilisés : par exemple, tu avais proposé des fleurs artificielles pour une déco, cela m’a permis de (re)découvrir la marque. Et l’article de Noel était top (mais je n’ai pas craqué pour la casque); C’est cohérent, pratique, tu restes fidèle à toi même, tu ne nous « utilises » pas. On sait. Idem pour Victoria, elle fait des liens vers une marque de vêtements que j’ai découverte grâce à elle . Mais elle a collaboré avec la marque, les produits sont conformes à ses habitudes de consommation, bref, cela ne me choque pas. C’est un peu comme une copine qui te fait partager sa dernière trouvaille en fait. et tant mieux si cela peut apporter un plus, le temps que vous passez à construire votre blog le justifie bien !

    Là où cela me gêne , ce sont les liens un peu contradictoires ou bizarres : la blogueuse à la peau hyper fragile qui te propose 10 produits peau différents en deux trois mois, Celle qui fait des allergies mais qui se découvre une passion pour une crème parfumée, les articles fourre-tout qui sont juste une pub déguisée ou celle qui reçoit le truc en cadeau mais veut te le faire acheter… C’est à nous de choisir et c’est bien d’avoir toutes les cartes en main pour le faire. Je me laisse hyper rarement tentée, je suis la fille qui réfléchit 10000 ans pour s’acheter la combi close de ses rêves en solde : et pour une fois je l’ai eue et elle me va tip top!!

    1. Oui Bobette, je trouve que la manière dont Victoria de Mango & Salt développe son blog est exemplaire; ses articles sont toujours très bien construits, elle a une vraie cohérence dans ce qu’elle propose ou développe, est très transparente sur la monétisation et elle sait partager les choses de manière toujours très positive. Je sais que lorsqu’elle parle d’un objet ou service, je peux lui faire confiance.

      Je pense que ce doit être compliqué à gérer quand on est très sollicitée et qu’on doit faire des arbitrages – c’est chronophage et prend beaucoup d’énergie, qu’on ne peut du coup utiliser à créer du contenu intéressant. Justement, Victoria parlait aussi de son burn out récemment. Je pense qu’on ne réalise pas toujours le travail qui se cache derrière un blog.

  12. Merci pour ce billet fort instructif ! Je suis d’accord avec les propos de Bobette, ça dépend sur quel blog je vois le lien. Chez toi, chez Caro, chez la Blonde Paresseuse, je vais cliquer sur un lien les yeux fermés parce que je sais que le lien choisi correspond aux goûts de la blogueuse, je clique donc en confiance. Même si je ne suis pas concernée par l’objet du lien, je clique cependant sur le lien par curiosité, également parce que « les petits ruisseaux font les grandes rivières » et que si clic peut rapporter ne serait-ce qu’un centime d’Euro, c’est toujours bon à prendre,

    1. J’hésite parfois à mettre des liens Kaylee, parce que c’est une responsabilité que je n’ai pas envie d’assumer. Recommander un produit, une série, un livre ou un hôtel, c’est aussi prendre le risque que les gens puissent être déçus – du coup je le fais avec parcimonie, et pas forcément par le biais de liens affiliés. Je ne les utilise que lorsque je suis sûre que le produit – et le site marchand – sont fiables. Du coup, je ne mets jamais de liens qui rémunèrent au clic, puisqu’ils ne sont généralement pas dans votre intérêt 😉 .

  13. Salut Daphné,
    Super article pour une debutante comme moi 🙂
    En faite je cherche partout mais je ne trouve pas ou je dois mettre la ligne de code que booking donne pour verifier mon site .. Saurais tu a quel endroit precis il faut le coller ?
    Merci beaucoup 🙂

    1. Coucou Karen, je suis désolée, je l’ai fait il y a plusieurs mois déjà – mais il me semble qu’ils l’expliquent dans une vidéo. Sinon, je te recommande l’article de No Tuxedo à propos de Booking, tout y est clairement expliqué. Je suis sûre que tu trouveras la bonne solution !

  14. Merci beaucoup Daphné 🙂 C’est sympa de m’avoir repondu.

Laisser un commentaire