L’île mystérieuse – Vestmannaeyjar

Une journée à Heimaey et l’ascension de son volcan

J’espère que vous n’êtes pas déjà blasés par le carnet de route de notre voyage en Islande en Juillet dernier. Nous avons adoré ce pays, et j’aimerais vous emmener dans mes bagages pour continuer à partager nos coups de cœurs. Pendant notre séjour à Reykjavik, nous avons scruté la météo chaque jour et voué à culte à Vedur, le site de l’office météorologique Islandais. Je sais, je radote à ce sujet, mais nous tenions à trouver la journée idéale pour mettre les voiles aux îles Vestmannaeyjar. 

Au premier jour de grand soleil sans vent qui se profilait, on a sauté sur les réservations pour prendre le ferry. Nous tenions à embarquer la voiture avec nous pour profiter au mieux de cette journée et les places sont rares en Juillet.

Ce petit chapelet de 15 îles volcaniques, aux abruptes falaises noires, défie les vagues déchaînées de l’Atlantique Nord. Bien qu’elles soient le point le plus au sud de l’Islande, les conditions de vie n’y ont rien de douces. Leur nom, Vestmannaeyjar, veut dire « les îles des hommes de l’ouest » en Islandais. Ces hommes de l’ouest, ce sont les esclaves celtes faits prisonniers par les Vikings. Condamnés à un dur labeur dans les fermes des sagas, ils s’enfuirent ici, dans ces îles isolées et inhospitalières. Leurs descendants y vivent encore.

Mais l’histoire mouvementée de ces îles ne s’arrête pas là. En 1627, l’île fut pillée par des pirates Algériens qui capturèrent 242 personnes, soit les trois-quarts de la population, pour les revendre comme esclaves en Afrique. Les habitants des îles Vestmann mirent 27 ans à récolter la somme nécessaire à racheter les survivants pour qu’ils puissent rentrer au pays.

Puis, en 1963, en une nuit, une île apparut au large lors d’une éruption volcanique. Il s’agit de la  dernière terre apparue sur notre planète et qui inspira à Hergé son album « L’étoile mystérieuse ». Classée au patrimoine mondial de l’humanité, l’île de Surtsey n’est accessible qu’aux chercheurs.

daytrip vestmann islands Iceland July 2015iles vestmann voyage en famille Islande juillet 2015heimaeay harbour skansinnvoir des macareux en islandetrajet en ferry avec voiture heimaey iles vestmann Islandestorhofdi Heimaey vestmannaeyjar

Mais le pire était à venir. En 1973, une faille volcanique de plus d’un kilomètre de long s’ouvrit le long de la ville principale, Heimaey. En une nuit, les bateaux de pêche évacuèrent les 5000 habitants. Seuls 300 d’entre eux restèrent pour lutter contre l’éruption. Un tiers de la ville fut enseveli mais les habitants réussirent à détourner la coulée de lave en l’arrosant continument d’eau de mer et sauvèrent le port, seul point de passage possible vers l’Islande. Cette bataille dura 5 mois. Les habitants d’Heimaey peuvent dire qu’ils sont les seuls à avoir résisté à un volcan.

Aujourd’hui Heimaey est un port de pêche dynamique, et une ville accueillante pour y passer quelques jours. Malheureusement, nous n’y sommes allés qu’une journée. Après un petit tour dans Heimaey, nous filons vers Storhofdi, la pointe sud de l’île, où nous espérons apercevoir l’île de Surtsey. Puis nous rejoignons un abri au bord des falaises d’où on peut observer le ballet des macareux, plongeant inlassablement dans l’eau.

vestmann islands family trip Iceland July 2015iles vestmann heimaey Islande juillet 2015Eldfell volcano HeimaeyHiking to Eldfell volcano vestmannaeyjarcuire son pain dans le volcan Eldfell Islande

Ensuite nous explorons la zone est de l’île, créée lors de l’éruption de 1973. Certaines maisons, ensevelies sous la cendre témoignent de cette catastrophe. On roule dans la pierre volcanique du champ de lave de Eldefllshraun avant de faire la courte ascension au sommet de l’Eldfell, volcan apparu  le 23 janvier 1973. Les pierres sont encore chaudes sous nos semelles et la montée est raide de ce côté-ci. Il faut faire attention à ne pas sortir de la trace laissée par les autres marcheurs pour ne pas accentuer encore l’érosion. Arrivés au sommet, on découvre une vue superbe sur l’île mais, surtout cette sensation étrange de marcher sur un volcan encore actif. Des trous, on sent l’air chaud qui sort et si on met nos mains devant, elles deviennent brûlantes. Certains habitants de l’île viennent ici cuire leur pain.

walk on an active volcano in Icelandferry herjolfur iles vestmann Islande juillet 2015

On termine la journée en faisant l’ascension d’un autre incroyable volcan, celui qui jailli dans la piscine d’Heimaey et éclabousse d’eau ceux qui s’en approchent de trop près. Et grâce à son toboggan-trampoline géant, la piscine a immédiatement été élue meilleure piscine du monde par les enfants ! Charitablement, nous leur avons laissé la place pour barboter dans le hot pot.

Un dernier tour sur la côte ouest, dans la lumière dorée du soir et il était déjà temps d’embarquer pour rentrer à Reykjavik. Si vous avez la chance de passer près de l’embarcadère pour Vestmannaeyjar par un jour de beau temps, n’hésitez pas à prendre votre billet, ces îles sont extraordinaires.

Comment y aller

L’embarcadère du ferry se trouve à Landeyjahöfn, tout près de la route n°1, et à 130 km au sud de Reykjavik. La compagnie Eimskip propose des traversées régulières, à réserver à l’avance sur son site internet. Comme toujours en Islande, les enfants sont merveilleusement accueillis et profitent d’une aire de jeux durant les 30 min de traversée. Si vous n’êtes pas motorisé, Viking tours propose des circuits en bus ou en bateau depuis le port.

This post was written by Daphné

3
Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
mila
mila

Lassée ? Ah, ça non, voyager vers des contrées lointaines en ces temps sinistres de lendemain de vote – j’habite dans le Val de Loire…-, ça me fait plutôt beaucoup de bien ! Merci !

Philéas

Oh, mais j’adorerais venir passer quelques jours dans le Val de Loire, une région que je connais trop peu. On est partis en voyage le lendemain du premier tour, atterrés par les résultats. Bizarre de se dire que le paysage politique aura changé à notre retour. Petite pause obligée dans mon périple Islandais mais j’ai encore d’autres jolis coins que j’ai hâte de partager par ici.