Chemin de traverse – sur la piste de Kaldidalur

La piste de Kaldidalur : seuls face à la force de la nature

Je n’avais pas encore partagé avec vous ma journée coup de cœur en Islande, loin des hordes touristiques. Si vous y allez cet été et voulez sortir des itinéraires touristiques, cette boucle à travers les hautes terres vous plaira à coup sûr.

Tous les voyageurs qui se rendent en Islande font la fameuse boucle du cercle d’or, qui est très fréquentée en été. J’avais envie de m’aventurer hors des sentiers battus et de découvrir des endroits sauvages. Et puisque grâce à notre échange de maison à Reykjavik on avait un 4×4 à disposition, pourquoi ne pas partir à l’aventure ? Seules quelques lignes de mon guide de voyage mentionnaient les sites qu’on allait voir, mais j’ai pensé qu’on pourrait tenter une boucle d’une journée depuis Reykjavik :

 

deildartunguhver islandedeildartunguhver

 

En remontant la vallée de Borgarfjördur

Deildartunguhver et Reykholt

On part de Reykjvavik vers le nord et rejoint la vallée glaciaire de Borgarfjördur. A peine quittée la route n°1, il n’y a déjà presque plus de voitures et plus aucun bus de touristes en vue ( d’accord, plus aucun bus tout court ). Dans cette paisible vallée, de nombreuses fermes profitent de l’activité géothermique pour faire pousser tomates et fraises bien à l’abri sous des serres. Tout le long de la route, des petits stands permettent d’en acheter – ça vous parait peut-être anodin mais après avoir voyagé quelques jours en Islande, ces fruits frais sont une vraie vraie bénédiction. Premier arrêt à Deildartunguhver.

Deildartunguhver, c’est tout simplement la plus grande source d’eau chaude d’Europe – chaque seconde, il jaillit du sol 180 litres d’eau bouillonnante. Le parking est désert, un intense parfum d’œuf pourri flotte dans l’air et seule une petite rambarde nous protège. Presque impossible de prendre la source en photo, mon objectif se recouvre instantanément de buée. La rivière en contrebas est fumante et un énorme pipeline amène l’eau chaude vers les villes de la côte. On cherche un endroit pour se baigner dans la rivière mais l’eau est brûlante.

Quelques kilomètres plus loin, la bourgade assoupie de Reykholt est un haut lieu des sagas médiévales et la contrée du grand scalde Snorri Sturluson. Une jolie église en bois se dresse au milieu du village. Attention, c’est aussi la dernière occasion de faire des provisions avant de s’enfoncer dans les hautes terres ( j’espère que vous avez pensé au plein d’essence avant, pas de pompe ici ).

hraunfossarhraunfossar icelandfamily day out west icelandbarnafoss icelandbarnafosshraunfossar west icelandhraunfossar islande

 

Hraunfossar & Barnafoss

Encore un peu plus loin dans la vallée, on découvre Hraunfossar & Barnafoss. Petit indice; comme je vous l’expliquais ici, foss veut dire « chute d’eau » en Islandais. Et hraun, c’est un champ de lave – il faut dire qu’il y a en a pas mal dans l’île, ils méritaient bien d’avoir leur nom propre. Hraunfossar, « les cascades de la lave » donc, sont un série de résurgences qui dévalent des plaques de lave sur plus d’un kilomètre le long. On peine à voir le site dans son ensemble tant c’est vaste. Brun rougeâtre de la lave, vert fluo de l’herbe et bleu turquoise de l’eau brassée forment un tableau surréaliste.

Juste au dessus Barnafoss, « la chute des enfants », une cascade tumultueuse dans d’étroites gorges fut nommée ainsi en souvenir d’une fratrie qui s’y noya un soir de Noël. Je sais, les histoires Islandaises sont souvent très joyeuses – avez-vous tenté la lecture des sagas ?

iceland lava fieldsroute 550 kaldidalursurtshellirsurtshellir cavechamps de lave islandehusafell

Les tunnels de lave de Surtshellir

On quitte la route goudronnée pour s’aventurer dans les hautes terres. Plus aucun arbre dans ces champs de lave à perte de vue. Le vent souffle et on pourrait se croire sur la lune. D’ailleurs, les astronautes de la mission Apollo sont venus s’entraîner dans ces paysages déserts avant de s’y envoler. A Surtshellir, on peut descendre à l’intérieur d’immenses tunnels de lave. Ces tunnels encore glacés longs de plusieurs kilomètres permettent de faire une randonnée souterraine. N’oubliez pas votre lampe torche et réfléchissez bien avant de vous aventurer loin, tous les trous dans le champ de lave ne permettent pas d’en ressortir.

langjokull islandeday out in langjokulllangjokull iceland

La piste de Kaldidalur

Pour rentrer à Reykjavik, on va passer par la piste de Kaldidalur, la vallée froide. Je vous épargne un cours d’Islandais pour cette fois ? On longe le Langjökull, le deuxième plus grand glacier d’Islande avec ses 950 km2. La piste est réputée mauvaise et brumeuse mais il fait un temps superbe et nous avons l’impression d’être arrivés au bout du monde. L’an dernier, Intotheglacier a creusé un tunnel qui permet de descendre sous le glacier. Ça a l’air dingue mais complètement hors budget pour nous, dommage !

Par contre, la route qui va au tunnel permet aussi d’accéder au glacier. Comme il est déjà tard et que les employés sont partis, on tente le détour. On est complètement seuls et, incroyable, il y a même un parking juste au pied du glacier. Devant nous, du blanc à perte de vue, seulement marqué des traces des bus 4×4 spéciaux qui emmènent les touristes dans le tunnel. Les garçons font quelques photos sur les motoneiges garées là, histoire de frimer un peu au retour, et c’est parti pour une mémorable bataille de boules de neige.

Je me suis un peu plantée, ce matin, j’aurais dû mettre doudounes et gants dans le coffre plutôt que des maillots de bain.

langjokull glacier summerlangjokull glacier roadlangjokullkaldidalurkaldidalur islande

Carte de notre itinéraire d’une journée de Reykjavik à Borgarfjördur et Kaldidalur

 

Il est déjà 20:00, on reprend la piste de Kaldidalur pour descendre vers Reykjavik. Il faut me retenir de m’arrêter tous les kilomètres pour prendre des photos. On complètement seuls dans une vallée entre deux glaciers, on avance dans un paysage surréel et un panneau nous indique qu’à 1198 m on sera OK. Ah si, ces nuages qui foncent vers nous le semblent bien – réels. On va peut-être rentrer retrouver la civilisation ?

 

Côté pratique 

Comme je n’avais vu aucune mention de cette boucle par la vallée de Borgarfjördur et la piste de Kaldidalur, je ne n’étais pas sûre que ce soit réalisable en une journée depuis Reykjavik. Cette boucle fait 260 km dont 40 km de piste. C’est long, mais faisable si vous avez un 4×4. Seules les pistes vers Surtshellir et Kaldidalur ne sont pas goudronnées, les autres routes sont en excellent état. Il n’y a pas de gué à passer, ces pistes ne présentent aucune difficulté. Sans 4×4, vous pourrez tout même remonter jusqu’en haut de la vallée de Borgarfjördur.

Pensez à faire le plein de provisions et d’essence avant de quitter la route n°1, vous trouverez encore quelques petites épiceries dans la vallée de Borgarfjördur mais c’est tout. Je vous conseille de prendre des vêtements bien chauds, la température tombe quand on arrive dans les hautes terres. N’oubliez pas une lampe torche et de bonnes chaussures si vous voulez descendre dans les tunnels de lave ou marcher sur le glacier.

Nous avons fait cette boucle en une ( très ) grosse journée depuis Reykjavik mais il aurait été agréable de dormir en route vers Husafell. Bien sûr, n’oubliez pas de vérifier les dates d’ouverture de la route F550 ( la piste de Kaldidalur ), et de consulter la météo avant votre départ. Le site météorologique officiel Islandais, Vedur, est très fiable.

Alors, tenterez-vous cette traversée au pied des glaciers ?

This post was written by Daphné

17
Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Val Làô sur la Colline
Val Làô sur la Colline

Oh là là ! J’avais déjà super envie d’aller en Islande, depuis plusieurs années, mais là tu me titilles encore plus… Je suis sûre que j’adorerai(s) ce pays… Merci pour ces jolies photos et ce compte-rendu détaillé.

Morgane
Morgane

J’ai tellement envie d’y aller!! Mais comment as-tu réussi à trouver un échange de maison en Islande?! Tu es trop forte. Sinon Virgile est trop chou dans la petite vidéo:-)

Val Làô sur la Colline
Val Làô sur la Colline

Hasard complet, mais mon beau-frère et ma belle-sœur font un échange de maisons (ils sont aux Pays-Bas) cet été avec l’Islande (Reykjavik aussi). Apparemment, ce n’est pas si rare…

Val Làô sur la Colline
Val Làô sur la Colline

Bah non, tu ne nous saoules pas du tout, elles sont tellement jolies, tes photos !

Morgane
Morgane

C’est vrai dites donc, il y a plein d’offres en Islande! Hé hé…

Martine
Martine

wahouu! Tes photos sont magnifiques! Nous avons aussi fait une expédition dans cette région, mais le ciel était moins clément! Nos photos de Barnafoss sont bien ternes à côté des tiennes
Nous sommes descendus dans un tunnel de lave, avec une guide, sur un propriété privée. Expérience incroyable….nous avons eu la chance d’admirer les nids des elfes ☺️
Si tu retournes en Islande (et cela paraît très probable…), il y a un lac magnifique au sud de Reykjavik, le Kleifarvatn. A peine quelques lignes dans le guide touristique, donc absolument désert

Martine
Martine

Ha oui, la légende de Barnafoss donne à réfléchir! Oui, c’est Vidgelmir, effectivement accessible sans 4×4 (notre voiture d’échange ne l’était pas, on a eu quelques fois des sueurs froides, je dois dire ). Ce qui n’est pas dit dans le guide, c’est que c’est à partir de 8 ans, avec un pied sûr. Heureusement que notre dernière avait presque l’âge requis et un bon équipement!
C’est vrai que la péninsule est très peu fréquentée, alors qu’il y a déjà des coins magnifiques! On avait beaucoup aimé la zone géothermique de Gunhuver aussi.
Et pour les photos, je maîtrise assez peu les traitements, à peine la base, mais avec l’Islande, dès que le soleil se pointe, on a l’impression que tout est retouché! Même à 22h, les verts sont lumineux, ça m’avait vraiment impressionnée. Nos 2-3 premiers jours en Islande étaient un peu gris, et on trouvait déjà tout magnifique….alors au premier rayon de soleil, c’était l’extase

Martine
Martine

Alors je réalise en te lisant qu’on est passé à côté de Seltun, et qu’on ne s’est pas arrêté…ça me dit vaguement quelque chose, mais incapable de me rappeler pourquoi on a zappé!
Gjain a l’air de valoir le détour! Et voilà encore une excellente raison d’y retourner…
Et vraiment, les plus beaux endroits ne sont pas les plus fréquentés….à croire que les Islandais gardent farouchement leurs secrets et baladent les touristes sur le cercle d’or!

trackback

[…] Partir sur la piste de Kaldidalur en Islande. Je garde un souvenir très précis de cette journée, une de celles qui réchauffent […]