Les super-pouvoirs du biais de confirmation

Le biais de confirmation est probablement l’outil le plus puissant qui soit pour modeler notre pensée .

Laissez-vous expliquer de quoi il s’agit : imaginons par exemple que je sois fan des films de Wes Anderson et que je me demande s’il ne serait pas le plus grand réalisateur de cinéma actuel . Que vais-je spontanément faire ?

Je vais chercher des infos pour étayer ma pensée : lire des articles , regarder des émissions , discuter avec des gens qui aiment aussi son travail . Naturellement , j’ écarterai les sources d’information qui mettent en doute son talent puisque je sais que Wes Anderson en a . Et si jamais je tombe sur un article moins élogieux , je serai prompte à la critique . Au final , avoir cherché des infos sur le talent potentiel de Wes Anderson n’aura fait que renforcer ma certitude : Wes Anderson est le plus grand réalisateur actuel .

J’aurai ainsi transformé un préjugé en certitude .

Moonrise Kingdom , un film de Wes Anderson

Toutes les photos de cet article sont extraites de films de Wes Anderson

Le biais de confirmation sur internet

Le biais de confirmation n’est pas nouveau : cela a toujours influencé notre manière de penser . Mais que se passe-t-il à l’heure d’ internet et des réseaux sociaux ? On aurait tendance à penser que la multiplication des sources d’information & leur libre-accès à tous permet de mieux s’informer et d’ avoir plus d’ avis contradictoires .

Hors les algorithmes qui répondent à nos recherches sont entrainés pour répondre au mieux à nos attentes . Ils vont donc cibler les résultats de recherche les plus susceptibles de nous plaire et vont s’appuyer sur le biais de confirmation pour capter notre attention .

Mais toute notre activité sur internet et les réseaux sociaux étant scrutée , je n’ai même plus besoin de faire la moindre recherche pour tomber sur du contenu qui valide mes certitudes : il m’est directement adressé sans action de ma part .

Par exemple , Google ayant remarqué que je m’intéresse au travail de Wes Anderson , il me proposera dans mon fil d’actualité de plus en plus d’articles à son sujet . Instagram me présentera des comptes qui s’inspirent de son univers & Facebook me proposera de faire partie de groupe de fans de Wes Anderson . Et ainsi de suite pour chaque site ayant remarqué mon intérêt pour ce réalisateur .

Comment internet met en danger notre capacité à nous concentrer

Comment internet renforce le biais de confirmation

Tout cela renforcera encore plus le biais de confirmation , puisque c’est amené de manière naturelle dans mon quotidien , sans même que je n’agisse . Cette pensée peut aller jusqu’à m’ enfermer dans une bulle déconnectée de toute autre actualité cinématographique , puisqu’on ne me parlera plus que des films de Wes Anderson .

Nous évoluons dans des bulles de plus en plus distinctes et étanches . Les résultats de recherche , mon fil d’actualité ou les photos que vois passer sur Instagram sont triées par des robots pour répondre au mieux à mes attentes . Elles sont donc très différentes de ce que vous voyez passer sur vos écrans et cela modèle ma vision du monde .

comment capter l' attention pour développer une pensée

Comment capte-t-on notre attention ?

Nous vivons dans un monde où tout va de plus en plus vite : vous trouvez d’ailleurs peut-être cet article déjà trop long lire . Le succès d’Instagram – par exemple – repose sur le fait de scroller d’une photo à l’autre sans s’arrêter plus de 30 secondes sur chaque image et texte . Au départ , j’avais d’ailleurs écrit ce texte pour le publier là-bas , où ce sujet avait pour moi tout son sens . Mais j’ai eu beau le raccourcir de plus en plus , impossible de le caser dans la longueur de légende autorisée .

Comment développer une pensée construite en moins de 2000 caractères ? Les réseaux sociaux nous poussent à compresser de plus en plus les textes pour que les utilisateurs suivent le rythme prévu pour eux et scrollent sans jamais réellement s’arrêter . L’essentiel n’est pas d’apporter du contenu intéressant à son lectorat mais de proposer du contenu likable , qui suscite une émotion et pousse à réagir pour faire émerger un sujet de la masse .

génération zapping : comment améliorer notre concentration

L’ impression de zapper en permanence

Mais moi : qu’ai-je à y gagner ? J’ai de plus en plus souvent l’impression d’éteindre mon ordinateur sans rien avoir appris , sans avoir progressé dans mon cheminement .

Comment puis-je structurer ma pensée si je ne prends plus le temps de me poser pour réfléchir tranquillement ? Nous sommes de plus en plus sollicités , poussés à être multitâches : on scrolle Instagram machinalement dans le métro , zone devant Youtube au travail , interrompt une conversation pour faire une recherche Google , regardons nos notifications dès que la sonnerie retentit .

Tout ça nous pousse à faire différentes choses en même temps sans accorder pleinement notre attention à une seule d’entre elles . Même au cinéma , je vois de plus en plus de gens qui ne peuvent s’empêcher de regarder leur téléphone pendant un film . Nous avons pris l’habitude d’interrompre ce que nous faisons pour chercher une distraction , ou par peur de rater quelque chose ( non, je n’avouerai pas combien de pauses j’ ai faites en écrivant cet article ).

comment cultiver son libre arbitre

Cultiver notre libre-arbitre

Mais tous ces facteurs accumulés ne risquent-ils pas de nous enfermer encore plus dans un même schéma de pensée ? Nous alimentons sans cesse le biais de confirmation et avons de plus en plus de certitudes alors même que nous vivons une époque qui appelle au changement .  On sait aujourd’hui qu’il est crucial pour notre avenir de remettre en cause les schémas établis et repenser notre manière de vivre .

Mais comment peut-on cultiver notre libre-arbitre alors même qu’on nous encourage à reproduire les mêmes schémas et qu’on s’enferme dans un modèle de pensée ? Je finis par me demander si nous n’avons pas construit nous-même les murs de notre prison .

C’est pourquoi aujourd’hui plus que jamais j’aime les gens qui tatonnent , remettent les choses en question sans brandir leurs certitudes :

  • douter
  • changer de point de vue
  • mettre les choses en perspective
  • prendre le temps de réfléchir avant d’agir
  • modifier un projet en cours de route

ne sont pas des faiblesses , loin de là . C’est le signe que nous sommes capables d’écouter différents points de vue et de changer de trajectoire si nécessaire . Que nous sommes humains , avons des failles et des doutes – et que c ‘est justement ça qui nous permet d’avancer . Alors : on les casse ces murs de notre prison ?

le biais de confimration : un outil puissant qui modèle notre pensée . Qu'est-ce que c'est et comment en atténuer les effets ?

Pour continuer votre lecture , je vous conseille de lire mon article sur le culte du rendement Work Hard , play hard  , ainsi que ceux sur ce qui nous rend addict à  Facebook  ou des   stories  sur Instagram .

PS : il est probable que Wes Anderson soit le plus grand réalisateur actuel . Mais je ne l’affirmerai pas .

S’abonner
Notifier de
guest
22 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Chloé
Chloé
23 février 2020 14 h 29 min

Très bon article.
J’ai tjrs pensé que savoir se remettre en question était une très grande force.

Merci pour ce questionnement, cette reflexion.

Claire Rêves de fripouilles
23 février 2020 14 h 34 min

Merci de ne pas avoir coupé ton texte et de l’avoir posé ici ! Je suis d’accord avec toi, parfois je pose mon téléphone après une séance d’instagram et j’ai le sentiment d’avoir vidé ma tête et d’avoir perdu du temps… quel piège ces RS… j’aime du coup prendre le temps de lire des articles tels que le tiens, plus poussé, développant une pensé, m’incitant à réfléchir et à me questionner. Quel piège cette manière d’obtenir de l’information prémaché, trop ciblée et incomplète…

GingerLemon92
GingerLemon92
23 février 2020 14 h 53 min

Je suis complètement d’accord avec ton article, très bien formulé. Je n’avais pas conscience de ce biais de confirmation. S’il y a une chose que la vie m’a apprise, c’est qu’il n’y a pas de certitude ni de vérité absolue. On évolue, on s’adapte en permanence. Quand Internet est apparu, on a parlé d’autoroutes de l’information, de village planétaire. Il y a de bonnes choses, mais le côté zapping et addiction me gênent. Je vais paraître rétro, mais je me souviens avec nostalgie de mes années lycée où je surfais avec plaisir d’un mot à l’autre du dictionnaire. Je pouvais y passer des heures. Je suis assez effrayée de toutes ces infos qui arrivent automatiquement sur mon téléphone dès que je consulte un sujet. C’est en cela que des comptes comme le tien, qui amènent à réfléchir autrement, sont d’utilité publique.

GingerLemon92
GingerLemon92
Reply to  Daphné
24 février 2020 13 h 27 min

Je continue à réfléchir à ce concept de biais de confirmation. Internet et les réseaux sociaux n’ont fait que l’accentuer mais c’est vrai qu’il existe depuis toujours. Quelque part ça peut même conforter notre mauvaise foi en la nourrissant de preuves. Ma mère de 92 ans, que j’aime par ailleurs, n’a jamais touché un ordinateur et pratique excellemment le biais de confirmation. Dès que son médecin lui prescrit quelque chose qu’elle ne veut pas faire, elle me cite au moins 3 personnes qui, par exemple, ne supporte pas les bas de contention. Je pourrais te citer des tas d’exemples de ses biais de confirmation

Jo ridee rieuse
23 février 2020 18 h 32 min

Le biais de confirmation, Clotilde Dusoulier en a parlé dans son podcast.
Elle a très bien expliqué le mecanisme.
Chaque jour, on peut trouver des exemples.
Si j achète une voiture bleue, je fais remarquer toutes les voitures bleues de ce modèle.
Depuis que je suis mamie de jumeaux, je repère tous les jumeaux dans la foule. Avant, je ne les voyais même pas.
Au debut du mouvement des gilets jaunes, des amis nous disaient que la révolution était en marche. Ils argumentaient en montrant leur fil facebook qui ne parlait que de ça et étaient désappointés en regardant le mien, qui n abordait pas le sujet.
Mefions nous de notre cerveau. Il est comme les algorithmes, il nous joue des tours.

Virginie
24 février 2020 9 h 17 min

Coucou!
Ton billet est super intéressant et résonne beaucoup en moi! Cela me fait aussi cet effet car je “consomme” beaucoup de contenus écolos et je me dis: chouette, le monde est en train de changer. Mais non, c’est que moi qui évolue toujours dans un même cercle (qui bouge) mais si je mets “le nez dehors”, je me rends compte que mon avis est biaisé… Bref, merci pour tes mots qui poussent à la réflexion.
Bises
Virginie

ps: j’ai regardé hier soir pour la première fois Grand Hotel Budapest et c’était génial! 😉

Claire
Claire
24 février 2020 14 h 09 min

Super intéressant, comme d’habitude. J’aime les articles denses avec du fond comme les tiens.
Difficile en effet de s’extraire de ce biais de confirmation. Mais est-ce que ce n’est pas déjà la même chose dans la vie non numérique? On a tendance à côtoyer des personnes qui nous ressemblent. Il reste assez peu de lieux où on se mélange… L’école encore un peu j’espère?
Et souvent ça demande un effort plus ou moins conscient de faire un pas vers l’autre différent, mais ça vaut le coup.
Sinon, pour les news par exemple, j’aime bien aller consulter des medias de tendance différente pour me faire une idée (par exemple de Libération au Figaro, histoire de sortir justement de ce que je peux penser spontanément).

rosine greyfell
rosine greyfell
24 février 2020 19 h 54 min

article très intéressant! par contre, je suis une buse pour tout ce qui est réseau sociaux, hormis instagram, je ne savais absolument pas que les pubs que je reçois sont ciblées en fonction de ce que je regarde, c’est effrayant ! bon allez je passe plus de temps dans ma cuisine et mon jardin que devant un écran, je ne dois pas encore être trop influencée par tout ça, enfin j’espère:) tu as une plume bien agréable à lire

Debobrico
25 février 2020 11 h 49 min

C’est extrêmement intéressant.
Bravo à toi d’avoir détaillé ta pensée ici.

Marjorie
Marjorie
28 février 2020 10 h 15 min

Merci Daphné pour cet article très intéressant! Même si je connais bien le fonctionnement des réseaux sociaux, je suis effarée de constater combien je suis moi-même attirée par ces médias … Je connais le risque que représentent les algorithmes sur mon libre arbitre, mais je retourne toujours à ces belles images, ces posts rapides à lire… J’ai supprimé plusieurs fois mes comptes et les ai rouverts ensuite en me disant que le plus important est d’être avertie, consciente que ce que je vois passer est bien le résultat d’algorithmes qui ont pour but de m’influencer et donc potentiellement de réduire l’ouverture d’esprit que j’étais venue chercher initialement. Ma façon de “combattre” cette frustration c’est de me “forcer” à lire devrais aricles, sur du papier, sur des sites internet et provenant de différentes sources, jusqu’à ce que cela redevienne un réflexe… et aussi de tenter de lâcher un peu plus mon smartphone….
Merci encore et à bientôt pour de vrais beaux articles comme celui-ci et tous les autres de ton blog!

Kate
Kate
2 mars 2020 16 h 48 min

Bonjour Daphné,

J’adore toujours tes articles de fond (mais aussi tes DIY!). Cela me rappelle que je suivais tout un tas de blogs qui ont peu à peu disparu! Il n’en reste quasiment plus avec des articles de fond, que des blogs de maquillage, beauté et vêtements. Bon, je ne jette pas la pierre, car je comprends bien l’investissement en temps et en finances pour faire rouler un blog qualitatif.
Pour revenir au sujet du jour, cela fait un moment que je connais cette histoire de biais de confirmation, mais j’en ai eu pleinement conscience lors du vote du Brexit, puis l’élection présidentielle (MLP au 2nd tour??!!), puis du mouvement des gilets jaunes. A chaque fois, je suis tombée lourdement de mon petit nuage. Bien sûr, je ne suis pas stupide, je sens que les choses évoluent, sans ressentir la puissance du changement qui arrive, peut-être parce que je viens d’un milieu populaire cultivé mais populaire et je fréquente aujourd’hui principalement un milieu aisé. Je ne vais sur plus FB que 4 à 5 fois par année, histoire de voir les sujets qui préoccupent les gens.
Par contre, je lis depuis toujours les commentaires des articles de presse de gauche et de droite (mais déjà il y a un biais, car il n’y a pas tant de personnes qui sont abonnées au Monde, et au Figaro et laissent des commentaires). Et vraiment, je constate depuis 18 mois un déferlement de haine contre tout ce qui est différent de celui qui écrit son commentaire: les jeunes contre les vieux, les hommes contres les femmes, les racisés contre les non racisés, ceux qui paient des impôts contre ceux qui n’en paient pas…. J’ai l’impression que le pays est au bord de la rupture. Les gens gagneraient à sortir de leur zone de confort et à voir ce qui se passe de l’autre coté du rivage. L’herbe n’est jamais aussi verte qu’on le croit.

Kate