solitude

Ecouter le silence

Et si on apprivoisait la solitude ?

J’aime être seule. J’aime le silence et la liberté qu’offrent la solitude. Mais en réalité, je n’ose pas trop le dire. Solitude : aujourd’hui, j’ai l’impression que ce simple mot est mal vu. Et pourtant, être seul n’est-il pas essentiel pour se reconnecter avec soi-même et s’offrir une chance de s’ouvrir aux autres ?

On est priés d’être sociables, connectés, disponibles. On reçoit notifications, alertes, fil d’actualité qui défilent en permanence. On vit à l’heure de la flexibilité, on nous serine qu’il faut s’adapter et suivre le mouvement. Les bureaux se font open space, la télévision s’est engouffrée dans la téléréalité et on partage notre quotidien sur les réseaux sociaux. Mais dans ce mouvement permanent, quel vide cherche-t-on à remplir ?

Nos vies instragramables

On n’a jamais eu autant de temps disponible. On peut en faire ce qu’on veut, libre à nous de choisir. Et pourtant, n’avez-vous pas aussi le sentiment de courir tout le temps ? De courir après quoi, d’ailleurs ? Les sollicitations sont de plus en plus nombreuses ; on regarde vite, parfois plusieurs choses à la fois avant de passer illico aux suivantes. On zappe, oublie et continue notre course effrénée. Et puis, il y a cette culpabilité qui nous attend au tournant. A force de voir toutes ces vies si parfaites s’étaler sous nos yeux, on commence à douter. Suis-je à la hauteur ? Sur instragram par exemple, les recettes de cuisine semblent toujours réussies, les enfants si joliment habillés et maisons parfaitement rangées. 99,9 % du temps, ma vie me parait fade à côté. Et alors ? Je n’en ai qu’une et j’ai bien l’intention d’en profiter ! Tant pis si je ne suis pas apprêtée ou à la mode, je suis moi, rien que moi, et c’est très bien comme ça.

Mais au fait, qu’est-ce que « profiter de la vie » ? Est-ce répondre aux miroirs aux alouettes que nous tendent réseaux sociaux, médias et publicité ? Le bonheur se trouve-t-il dans un smoothie bowl, miroir en rotin, boots Patricia Blanchet ou rolex au poignet ? Et si je ne veux rien de tout ça, suis-je une ratée, comme le proclama jadis Jacques Séguéla ?

instagramable

Loin de la foule déchaînée

Au fait, de quoi ai-je vraiment envie ? De plus en plus souvent, c’est très simple : j’ai simplement envie de déconnecter. Et d’être seule. Seule pour rêver, imaginer, créer. Seule pour bricoler, chanter, dessiner. Seule pour faire ce que je veux, sans aucune injonction, sans zapping ni interférence. Mais alors pourquoi la solitude est-elle si souvent vue de manière négative ?

J’ai envie d’être seule, non parce que je n’aime pas les autres, bien au contraire : j’ai d’abord besoin de comprendre qui je suis vraiment avant de savoir ce que je peux leur apporter. J’aime ces respirations, ces moments qui n’appartiennent qu’à moi. Est-ce égoïste ? Je ne sais pas. Mais je suis convaincue que pour apprendre à vivre avec les autres, il faut déjà apprendre à vivre avec soi-même.

Alors, je chéris ces moments de solitude. Ce soir, affalée toute seule dans mon canapé, une tasse de thé à la main, je prends le temps de pianoter ces quelques mots sur mon clavier. Et je me dis que peut-être sommes-nous nombreux à partager ce besoin de solitude et de calme pour aller puiser au fond de nous l’énergie nécessaire pour partager nos vies et se construire des souvenirs ensemble.

Mais j’entends la porte d’entrée s’ouvrir, les enfants débarquer et je sais que maintenant, après ce moment seule, je serai vraiment disponible pour eux. Je respire un grand coup, ferme l’ordinateur et souris; dans le fond, je sais que j’aime autant la solitude que la vie de famille. Que serait notre vie sans ces petites contradictions qui font nos personnalités ? Et que serait une vie qui ne serait pas partagée ?

Puis-je être curieuse; aimez vous passer du temps seul ? Que faites-vous de ces moments de solitude ?

This post was written by Daphné

19
Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Marikat (Selki)
Marikat (Selki)

Que oui, moi aussi j’aime les moments de solitude ! Un de mes plus grands bonheurs c’est lorsque mes louloutes sont à la sieste en même temps (chose trèèèès rare en ce moment 🙁 ) et que je peux m’échapper dans mon jardin (avec le baby phone) boire mon café et fumer ma clope (oui, pas bien je sais !) en écoutant les oiseaux chanter, admirer les feuilles qui se balancent , si nuages il y a, imaginer quelles formes ils prennent, rêver de l’endroit oùse dirigent les avions, me moquer de Noisette qui essaie en vain d’attraper la pie qui la nargue, et profiter d’un rayon de soleil !
Bon, pour le soleil, depuis une semaine, il se fait un peu languir !!!!
Donc, oui vive la liberté, la solitude, le silence et le farniente 🙂 (commentaire écrit en 2H30, parce qu’aujourd’hui, Ni liberté, Ni solitude, Ni silence :-). )
Bonne semaine dans la joie et la bonne humeur !

Soleil
Soleil

Comme je te comprends, j’ai aussi besoin de ma “chambre à moi”, pas facile quand on bosse et que l’on est maman… C’est pourquoi je me couche souvent (trop) tard! Je t’envoie un petit mail dans la journée au sujet de l’échange de maison, bonne journée!

Val Lao sur la Colline

Haaaaaaaaaaaaaaa ! Dans mes bras ! Oh que oui oh que oui, j’aime être seule !
Hier dimanche sur la colline, j’étais seule de 6h à 19h30, le BONHEUR ! Personne à la maison, grand champ de liberté pour bricoler sans qu’aucun rythme d’autrui ne me soit imposé (je me suis cousu une robe, oui oui ! et j’ai pris des photos. Et j’ai mangé des restes. Et j’ai dansé dans mon salon. Et oui bon, j’ai étendu/ramassé 5 machines de linge). Cette solitude est un vrai espace de liberté pour moi, faire ce que je veux quand je veux, ne pas devoir m’interrompre pour passer à table… Et à chaque soirée où les autres membres de la famille vaquent à leurs activités à l’extérieur, je me réjouis d’avance.
Tu parles de t’isoler dans une pièce, mais moi ce que j’aime encore plus, c’est quand la maison est totalement VIIIIIDE !

Reine
Reine

Dans mes moments de solitude, plus nombreux aujourd’hui qu’il n’y a plus d’enfants, ben j’écoute de l’opéra, parce que le Chéri déteste ça ,alors c’est devenu mon activité solo ! !
Je n’ai jamais habité seule, j’ai quitté ma famille pour vivre avec mon premier chéri et ensuite j’ai toujours vécu en couple. Je me suis souvent demandé comment c’était cette liberté. ..

Penat13
Penat13

Sur mon profil ig c’est écrit : je suis une contemplativeEt j’adore ça. Je m’énerve très peu aussi, une maman d’élève m’a fait un joli compliment l’autre soir elle m’a dit :”Evidemment que cela marche avec vous,vous êtes madame sourire”. Je suis loin d’être parfaite Et j’apprécie de voir sur ig ces intérieurs parfaits, ces cuisines toujours rangées mais je n’y crois pas. Je t’embrasse

Yanne
Yanne

Avec quatre enfants, j’ai chéri chaque instant où la maison était vide ! En général, je me précipitais sur mon violoncelle. Sur un livre. Mais pas dans mon bain. C’est drôle, je peux rêver d’un bain et quand j’y suis, en quatre minutes chrono, j’en ai assez, je m’ennuie, j’ai trop chaud et je sors ! Aujourd’hui que le nid est vide (enfin, pas tout le temps, là, j’en ai deux), j’aime bien être seule de temps en temps. Mon homme est un courant d’air donc j’ai mon espace de liberté mais de temps en temps, je râle trop c’est trop ! Ce que je fais ? Je regarde une série (jetez-moi des pierres), je travaille pour la chorale, je fais des albums photos, je lis des polars… Et en ce moment, je me remets à l’allemand, échange avec des autrichiens prévu !

Jo Ridée rieuse

Ah le silence, j’ai un petit billet en cours sur le sujet. Ce qui fait du bien, c’est surtout d’avoir un petit moment pour soi, Moi aussi, j’aime ces moments de solitude,
Comme il n’y a plus d’enfants à la maison et que mon mari part tôt au bureau, je prends le temps de lire mes blogs préférés le matin en buvant mon café et le soir, vers 22 h, je déconnecte en rêvassant.
En janvier, j’ai accéléré le rythme pour aider mes parents et je n’avais plus une minute à moi, je commençais à me sentir mal. Le soir, à 22 h, je prenais mon bloc pour griffonner quelques mots d’un billet de blog. Mon mari me disait – Mais, ce n’est pas une obligation, ce blog.
Il n’avait pas compris que c’était ma petite récréation de la journée et en aucun cas une corvée, mais un défoulement.

Miss Blabla

Je suis comme toi, j’ai besoin de m’évader loin du tumulte et, pourtant, je l’aime également. J’aime les grandes tablées d’amis à la maison. J’aime aller me promener en ville.
Mais j’ai l’extrême chance d’avoir un lieu où sont ancrées mes racines familiales, un lieu au milieu de nulle part mais dont j’ai besoin régulièrement pour me couper du monde et m’y reconnecter avant de repartir comme toi à la course du temps !

Je suis sur Instagram et sur la Face du Bouc mais j’y vais plus pour voir comment vont mes amis ou voir de belles photos. Je ne l’ai jamais vu comme une mise en comparaison de ce que je peux être ou de ce que ma vie est… Je ne peux même pas dire que c’est ma force de caractère qui m’y aide. C’est juste que jusqu’à ce que tu l’écrives, je ne l’avais jamais envisagé sous cet angle ! 😉

Je crois que la solitude est mal vue car cela implique que celui qui l’aime n’a pas besoin de la société autour…

Sabine demain-unautrejour
Sabine demain-unautrejour

La solitude, ça me parle bien. J’adore être seule, je trouve cela tellement reposant. A vrai dire, j’adore mes soirées quand l’homme et les enfants ont déserté. Pouvoir être soi, sans être parfaite, profiter d’un moment de calme pour se ressource, je te rejoins à 100%. Et puis les réseaux sociaux, quel beau moyen pour nous faire culpabiliser de nos vies pas totalement parfaite selon ces normes.